Où est passé le gros bon sens?

La pensée magique / Le "tebowing"

Insolites....


Émergée de la tête d’un professeur du Massachussetts Institute of Technology du nom de Nicholas Negroponte il y a dix ans, l’ONG américaine One Laptop per Child (un ordinateur portable par enfant) fait la promotion de l’aide humanitaire en procurant un portable à des enfants défavorisés de partout à travers le monde.
De son côté, Kentaro Toyama, chercheur en informatique à l’Université de la Californie à Berkeley et connaissant à fond l’aide humanitaire techno pour avoir agi en tant que responsable d’un programme de recherche pour Microsoft en Inde dont le but était d’observer comment la technologie pouvait favoriser l’éducation des enfants défavorisés des pays en voie de développement, allègue que le recours à la technologie dans l’aide humanitaire représente une pensée magique qui vient voiler les véritables enjeux auxquels font face ces pays pauvres, à savoir la consolidation de leurs réseaux d’éducation, la formation d’enseignants compétents et la construction d’écoles adéquates.
À mon avis, notre société automatisée, envoûtée par l’évolution ultra rapide des technologies modernes, est en train d’oublier que c’est le cerveau humain qui les a conçues et, qu’en ce sens, elle se doit de susciter la participation active de ces mêmes cerveaux si elle désire évoluer pour le mieux-être des êtres humains qui la composent.
***************
Le « tebowing »
L’une des premières questions à laquelle répondait notre petit catéchisme lorsque nous avons posé notre séant sur les bancs d’école référait à l’omniprésence de Dieu. Toutefois, j’étais bien loin de me douter qu’un jour Il se retrouverait sur un terrain de football.
C’est pourtant ce que nos voisins américains, reconnus pour leur excentricité débordante, viennent de nous révéler en instituant une nouvelle doctrine vouée au quart-arrière des Broncos de Denver, Tim Tebow.
En effet, au début de chacune des parties, le quart de Dieu enlève respectueusement son casque, pose religieusement un genou à terre tout en appuyant, tel le « penseur » de Rodin, son visage sur son poing fermé, les yeux-mi-clos.
Et, croyez-le ou non, depuis que les Broncos ont fait appel à Tim Tebow pour les sortir d’une léthargie au sixième match de leur saison régulière, l’équipe de Denver a collectionné les victoires, si bien qu’elle s’est retrouvée en séries éliminatoires pour la première fois en six ans.
Il n’en fallait pas plus pour que nous assistions à la naissance d’une nouvelle doctrine, le « tebowing », un culte qui est en train de s’étendre dans toutes les sphères de la société américaine, telle une véritable épidémie caractérisée par un harmonieux mélange de marketing, de sport et de religion. God bless America!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2037 articles

  • 1 426 703

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé