Le cheminement d'un baby-boomer vers le vert!

Tribune libre


Je suis né en 1947, soit dans les premières années de l’après-guerre et des baby-boomers. À cette époque, l’austérité et la pénurie des années de misère étaient balayées par un vent de libération et d’abondance. L’eau coulait à profusion des robinets et le climat suivait son cours normal. Pas question de pollution de l’eau ni de changements climatiques!
Avec le temps, j’ai assisté, comme témoin plutôt passif, à quelques sorties de scientifiques tentant de nous mettre en garde contre ces phénomènes émergents. J’ai vécu toute ma vie sans porter trop attention à ces cris d’alarme qui résonnaient plutôt comme des voix dans le désert à mes oreilles, puisque je ne percevais pas de signes tangibles de ces changements autour de moi.
Récemment, et plus particulièrement depuis que je me suis intéressé aux jeunes Québécois et à l’actualisation du projet de pays, j’ai proposé, dans la foulée de mon expérience personnelle et de mes lectures sur ce sujet, des pistes de solutions qui pourraient permettre la réalisation de notre souveraineté en créant une mobilisation générale autour de ce projet.
Dernièrement, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’entrevue réalisée auprès de Vladimir Thézier, publiée sous la plume de Ouhgo sur la tribune libre de Vigile en date du 15 février 2011.
À la question : « Que devraient être les objectifs d’un mouvement vert souverain à court, moyen et long terme? », je me suis arrêté à la première partie de sa réponse :

« La dilapidation de la richesse, les effets de la crise économique mondiale, la marginalisation croissante du Québec par le gouvernement fédéral, et le caractère rétrograde des politiques canadiennes à l’égard du climat mettent à l’ordre du jour l’urgence de la souveraineté nationale. À court terme, ce qui est important est d’amorcer un dialogue franc avec les jeunes adultes québécois pour leur expliquer pourquoi ils peuvent et doivent réaliser la souveraineté sur la base d’un projet de pays et de société où l’humain vivrait en harmonie avec lui-même, ses semblables et son environnement. »

Voilà, me suis-je dit, une réponse cohérente, une piste intéressante pavant une éventuelle voie pouvant rallier les Québécois de toutes générations confondues. C’est pourquoi, je suis maintenant ouvert à inclure, dans les pistes de solutions à notre cheminement vers la naissance du pays du Québec, une incitation à promouvoir le développement durable et la protection de notre environnement. Après tout, il n’y a pas de mal à se faire du bien!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1349 articles

  • 1 168 669

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    4 mars 2011

    Aujourd'hui, Vladimir est moins seul. Vous, moi, nouveaux catéchumènes qui faisons des p'tits, mais surtout, de vieux renards se lèvent enfin. Plus de 70 signataires de la Déclaration du groupe Maîtres Chez Nous 21ième siècle
    (MCN-21): Contre la privatisation des ressources naturelles.
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/318046/70-personnalites-denoncent-la-strategie-energetique-du-gouvernement-charest