Confinement

Le cas de la Suède

À la défense d’un enseignement traditionnel

A374ee8c2c12ffc876aaf15b5fa13056

Tribune libre

 


En Suède, un pays qui peut se comparer facilement au Québec en ce qui a trait à la population, 32 morts par 10 000 habitants ont été causées par le coronavirus comparativement à 37 au Québec. Et pourtant, les Suédois, hormis les mesures d’hygiène sanitaire et la distanciation sociale, continuent de vivre une vie normale, sauf les personnes âgées de 70 ans et plus qui ont été placées en isolement par mesure de protection.

Fait intéressant, une des particularités de la gestion de la crise par la Suède tient dans son caractère totalement dépolitisé. Dans ce pays, les questions sanitaires sont uniquement du ressort des scientifiques de l’État dont le pouvoir de décision prévaut sur celui des élus. Le gouvernement, tout comme les partis d’opposition, se plient à cette gouvernance d’experts scientifiques, tout en garant leurs guéguerres oiseuses dans le placard.

Partant de ce constat, je rejoins la préoccupation du chef parlementaire du PQ, Pascal Bérubé, lors du retour des députés à l’Assemblée nationale, absents depuis près de deux mois, à savoir où se trace la ligne entre la stratégie de la CAQ et la position de la Direction de la santé publique. La cohabitation entre la santé publique et le politique est-elle une bonne stratégie pour lutter contre une urgence sanitaire? N’aurait-il pas été préférable d’adopter un processus de décision similaire à la Suède?

À mon point de vue, la santé publique relève de facto de l’expertise du directeur national de la santé publique, lequel devrait agir comme maître d’œuvre de la gestion de crise. À cet effet, Anders Tegnell, épidémiologiste en chef du gouvernement suédois et architecte de la stratégie du non-confinement, estime que 40 % de la population sera immunisée d’ici la fin du mois de mai contre la COVID-19 dans la seule ville de Stockholm… Un constat qui mérite tout au moins une réflexion approfondie sur les effets collatéraux d’une gestion de crise en « symbiose » basée sur le confinement!

À la défense d’un enseignement traditionnel

La prolongation du confinement dans les écoles secondaires du Québec jusqu’en septembre 2020 a pavé la voie à l’enseignement à distance. Bien qu’il soit trop tôt pour évaluer les retombées d’un tel type d’enseignement, et surtout compte tenu que certaines voies s’élèvent en faveur de la continuité de l’enseignement à distance pour la rentrée de septembre, je me suis senti obligé d’apporter certains commentaires qui, je l’espère, sauront mettre en valeur les lettres de noblesse de l’enseignement traditionnel en demeurant le plus objectif possible.

À prime abord, pour avoir œuvré au secondaire pendant trente-deux ans, je suis convaincu que les périodes de préadolescence et d’adolescence sont caractérisées, entre autres, par un besoin naturel de contacts humains, autant entre eux qu’avec les membres de l’équipe-école, un besoin qui, il va sans dire, ne peut être satisfait par l’enseignement à distance.

Secundo, et c’est là peut-être la différence fondamentale entre les deux types d’enseignements, les élèves en difficulté d’apprentissage éprouvent un besoin d’attention qui ne peut être satisfait que par la présence attentive d’un enseignant qui, de ce fait, permettra la communication entre eux et leur professeur. Par contre, il m’apparaît évident que les images de l’élève et de l’enseignant sur un écran sont à mille lieux de la possibilité d’établir une saine communication entre eux.

Enfin, devant de telles carences inhérentes à l’enseignement à distance, il ne faudrait pas se surprendre d’assister à une augmentation substantielle du taux de décrochage, particulièrement chez les élèves en difficulté d’apprentissage, s’il fallait que l’enseignement à distance ne s’étende à tous les élèves du secondaire pour la prochaine rentrée scolaire…Attention danger!  


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1410 articles

  • 1 086 919

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Henri Marineau Répondre

    15 mai 2020

    Que la cloche appelant les élèves en classe sonne à nouveau! Vivement le rteour du bon vieux professeur dépensant toutes ses énergies un vendredi après-midi à 15 h pour faire comprendre à ses élèves le théorème de Pythagore!