PORT DU NIQAB

Le Canada mûr pour une commission Bouchard-Taylor?

A9ddeff5b1623ac4c99792cebde9217c

Le malaise fédéraliste

Avant que ne s’envenime le débat actuel sur le port du niqab au Canada, le fédéral devrait tenir sa propre commission Bouchard-Taylor, selon le néodémocrate Alexandre Boulerice. Le député montréalais ne veut pas du niqab dans la fonction publique, la majorité des Canadiens non plus, croit-il. Mais avant de légiférer, il faut consulter.

Alexandre Boulerice ne s’en cache pas. « Le niqab, je n’aime pas ça », a-t-il laissé tomber sur les ondes du 98,5FM. « C’est quelque chose qui choque. C’est quelque chose avec lequel on n’est pas habitué et on n’est pas à l’aise, je suis d’accord avec vous », a-t-il confié à Paul Arcand jeudi matin.

Quelques heures plus tard, à sa sortie des Communes, le député est allé plus loin en s’opposant sans équivoque au port du voile intégral dans la fonction publique. « Moi, comme la plupart de mes collègues, on veut vivre dans une société où les gens sont à visage découvert. […] Je pense que la plupart des gens s’attendent à recevoir des services publics de la part de quelqu’un dont on peut voir le visage », a tranché le député. La veille, son chef Thomas Mulcair avait systématiquement refusé de préciser si le niqab était acceptable dans la fonction publique.

M. Boulerice ne va pas jusqu’à proposer de poser des balises légales. Avant tout, le Canada devrait à son tour — comme l’a fait le Québec il y a huit ans — consulter citoyens et experts.

« Il y a une espèce de vacuum en ce moment au niveau fédéral. Et ce qu’on voit, c’est des conservateurs qui jouent sur des préjugés et des amalgames pour essayer de marquer des points politiques. Et ça, on le déplore », a reproché le député de Rosemont.

Le débat sur le port du niqab a enflammé la scène fédérale depuis que le gouvernement a porté en appel une décision de la Cour fédérale permettant à une femme de conserver son niqab lors de la prestation de serment de citoyenneté — après qu’elle l’eut soulevé en privé pour prouver son identité. Le ministre du Multiculturalisme, Jason Kenney, avait changé les règles pour interdire la prestation de serment à visage voilé. La cour lui a donné tort.

Stephen Harper a depuis affirmé que le port du niqab est ancré « dans une culture antifemmes ». Des propos repris par ses troupes. Mais le ministre responsable de la fonction publique fédérale, Tony Clement, s’est en revanche dit d’accord à ce que des fonctionnaires le portent au travail.

Le NPD croit au contraire que le niqab ne pose pas problème lorsqu’une femme prête un serment personnel, mais qu’il ne devrait pas être accepté lorsque cette même femme est en relation de services avec le citoyen. M. Boulerice doute d’ailleurs qu’une seule fonctionnaire fédérale porte le niqab. Le bureau du ministre Clement — qui s’est dit convaincu cette semaine qu’il y en a — a indiqué au Devoir qu’il ne « recense pas ce genre d’information ».

Thomas Mulcair était du même avis que son député, en avril dernier. « Le visage découvert, pour livrer des services au public, est tout à fait respectueux des libertés », avait-il réagi lorsque Philippe Couillard a promis une charte de la laïcité édulcorée.

Le chef néodémocrate a toutefois refusé de répondre à cette même question mercredi. Son bureau n’a pas répondu aux courriels du Devoir lui demandant si le chef partage la position de M. Boulerice.

Le bureau du premier ministre n’a pas non plus voulu commenter cette suggestion d’une commission fédérale sur les accommodements raisonnables. « C’est à l’opposition d’expliquer pourquoi, dans des circonstances comme le serment de citoyenneté où personne d’autre n’aurait le droit de cacher son visage, nous devrions faire une exception pour une pratique qui n’est pas conforme aux valeurs fondamentales canadiennes d’ouverture et d’égalité entre hommes et femmes », a rétorqué une porte-parole de Stephen Harper.

Un malaise fédéraliste

Sitôt l’entrevue de M. Boulerice terminée, le Bloc québécois a accusé le député d’incarner un « malaise [qui] n’existe que chez les députés fédéralistes québécois qui sont pris entre les valeurs de leurs commettants et une idéologie culturelle intenable ». « Au Bloc québécois, c’est tout le contraire : nos positions sont claires et faciles à défendre puisque nous proposons simplement d’affirmer et de respecter les valeurs de notre société », a fait valoir le chef Mario Beaulieu.

Lorsque M. Mulcair a défendu le port du voile intégral lors du serment de citoyenneté, le Bloc avait répliqué à son principal adversaire électoral avec une publicité accrocheuse sur les réseaux sociaux : l’image des Communes vues à travers les trous du niqab laissés pour les yeux. « Faut-il se cacher le visage pour voter NPD ? », titrait le message publicitaire.

Le NPD craint-il que le Bloc lui vole des appuis en tapant sur ce clou ? « Bonne chance », a lancé M. Boulerice aux bloquistes.

L’ambassadeur du Bureau de la liberté des religions, mis sur pied par les conservateurs en 2013, voit d’un bon oeil toutes ces discussions sur le niqab. Andrew Bennett a affirmé à La Presse canadienne qu’il est fantastique que le Parlement canadien tienne ce qu’il a qualifié de « vigoureux débat », et que cela prouve que nos institutions démocratiques sont efficaces et permettent de tels débats.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé