Laïcité: des professeurs se posent en censeurs

C17e4a68628d61cee4acdf0f5561f545

Censure syndicale : la gauche multiculturaliste est incapable d'entendre des voix discordantes car elle ne veut pas débattre


À quelques semaines du dépôt probable d’un projet de loi sur les signes religieux, la laïcité reste un sujet « explosif » qui divise profondément les enseignants. La professeure Nadia El-Mabrouk, bien connue pour son opposition au port de signes religieux, a été bannie d’un colloque syndical auquel elle avait pourtant été invitée à livrer son point de vue.


Selon ce que Le Devoir a appris, la direction de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal a annulé l’invitation faite à Mme El-Mabrouk après l’éclatement d’une controverse chez les enseignants. La simple présence prévue de la professeure de l’Université de Montréal au colloque de l’Alliance a provoqué un « malaise » au sein de la profession, et même des « commentaires violents » dans un groupe de discussion Facebook.


L’assemblée des délégués du syndicat a voté à la majorité l’annulation de la conférence de Nadia El-Mabrouk sur la laïcité au colloque de l’Alliance, prévu les 18 et 19 février 2019. La professeure a aussi été bannie d’une table ronde sur le féminisme où elle devait prendre part avec la journaliste Pascale Navarro.


Ce colloque, qui célébrera le 100e anniversaire de l’Alliance des professeurs, doit regrouper une quarantaine de conférenciers de renom, dont Françoise David et le Dr Jean-François Chicoine. Ils aborderont une série de thèmes plutôt consensuels, comme l’école de demain, la gestion de classe, les jeux vidéo, le déficit d’attention, et ainsi de suite.


Photo: Jacques Nadeau Le DevoirNadia El-Mabrouk estime être victime de censure.

Les deux événements auxquels devait participer Nadia El-Mabrouk ont cependant mis le feu aux poudres. Cette expulsion de la conférencière sur fond de désaccord idéologique soulève la grogne au sein de l’Alliance. Des enseignants dénoncent cette « censure » digne des curés du siècle dernier. D’autres se réjouissent de ne pas être exposés à des idées contraires aux positions officielles du syndicat.


Des sujets « assez sensibles »


« Je vous écris pour vous faire part du malaise que certains profs ont ressenti en recevant le programme du colloque, hier matin, dans leur milieu. En effet, dans le résumé de votre conférence, il est question de sujets assez sensibles chez les profs ; port de signes religieux, cours d’ECR [éthique et culture religieuse], cours à la sexualité, bref, tout cela est assez explosif en ce moment. Nous n’avions évidemment pas prévu que la CAQ serait portée au pouvoir au moment où nous vous avons demandé votre intérêt à participer à ce colloque », indique l’Alliance dans un courriel à Nadia El-Mabrouk daté du 11 décembre 2018.


La présence de la professeure au colloque a été annulée le soir même par l’assemblée des délégués. Le conseil d’administration du syndicat s’est plié à la décision des délégués, même s’il avait recommandé de maintenir la conférence et la table ronde où Nadia El-Mabrouk était invitée.


« Le conseil d’administration a expliqué que cette personne-là avait été choisie même si elle n’avait pas nécessairement les mêmes opinions et orientations que notre organisation syndicale », explique Catherine Renaud, présidente de l’Alliance.


« On n’est pas toujours obligés d’entendre des gens qui pensent comme nous. Ça permet d’échanger et de faire progresser notre réflexion, ajoute-t-elle. On n’a jamais l’unanimité sur des sujets comme ça qui sont polarisants. Il y a des pour et des contre, et pour certains, c’est viscéral. Ce n’est pas différent de ce que pense la population de ces enjeux-là. »


Les syndicats d’enseignants, dont l’Alliance, s’opposent officiellement à l’interdiction du port de signes religieux que le gouvernement Legault a promis d’étendre à la profession enseignante. « On ne veut surtout pas que ces personnes-là soient congédiées non plus », précise Catherine Renaud.


« Censure » syndicale


Luc Charlebois, enseignant de francisation à l’école secondaire Louis-Riel, dans l’est de Montréal, est fâché. Il s’insurge contre ce qu’il considère comme de la « censure ». « La proposition [de retirer l’invitation à la professeure El-Mabrouk] a été amenée sur le plancher à la dernière minute, sans consultation des membres. Il y a un gros problème de démocratie syndicale », dit-il.


La professeure a été officiellement mise au ban à cause de ses positions sur l’identité des genres. Dans une chronique dans La Presse +, elle a déjà dit craindre que les cours d’éducation à la sexualité enseignent « l’idéologie queer ». Elle estime que ce phénomène devient une véritable « religion ». Elle déplore que cette seule mise en garde lui vaille d’être traitée de transphobe.


« Une accusation de transphobie, c’est une attaque à ma réputation. Ces gens n’ont sûrement pas lu mes articles », dit Nadia El-Mabrouk au Devoir.


« La vérité, c’est qu’on me censure. Si ma vie n’est pas en danger en allant au colloque, il n’y a pas de problème à ce que j’y sois. Il y a un débat sur la laïcité qui s’en vient [avec le dépôt promis du projet de loi du gouvernement Legault], et là, on est en train de faire de l’intimidation. Les gens n’osent pas s’exprimer sur les signes religieux par crainte d’être taxés de racisme », dit la professeure d’informatique.