Troisième lien Québec-Lévis

La touche de Geneviève Guilbault

Le cirque médiatique de Donald Trump

Tribune libre

Si les rumeurs se confirment, une troisième mouture du troisième lien entre Québec et Lévis mettrait l’accent sur le transport en commun, ce qui permettrait à Québec de profiter de la cagnotte d’Ottawa d’une part, et d’autre part, d’aller chercher l’appui tant espéré du maire Marchand par l’intégration du tramway au projet.

Bien que ces informations soient fragmentaires, elles donnent clairement l’impression que la ministre des transports Geneviève Guilbault a mis à profit ses qualités de fine stratège et de rassembleuse en trouvant le juste compromis qui permettra de neutraliser toutes les critiques exprimées sur le troisième lien depuis des mois, voire des années. Ce serait la première fois que le gouvernement proposerait de faire passer le tramway sous le fleuve, dans un des deux tubes imaginés dans la deuxième version du troisième lien.

Sur ce, je dois vous faire un aveu. Jusqu’à la probable mouture d’un troisième lien mettant l’accent sur le transport en commun, je ne croyais pas que le projet initial serait réalisé. Il donnait plutôt l’impression d’être une patate chaude entre les mains de François Legault. Toutefois, si la rumeur devient réalité, je me rallierai, comme beaucoup d’autres citoyens de la capitale nationale auparavant perplexes.

Le cirque médiatique de Donald Trump

Depuis son arrivée sur la scène politique américaine au cours de la campagne électorale de 2016 et particulièrement depuis le jour de son assermentation à titre de président des États-Unis, Donald Trump s’est mérité sans hésitation le titre de personnage politique le plus médiatisé, tout au moins en Amérique du Nord.

Dès lors, il nous a entraînés dans un cirque médiatique de haut niveau, multipliant frasques et facéties à un rythme étourdissant. Aujourd’hui, la candidat déclaré à l’investiture du parti républicain pour 2024 fait face à 34 chefs d’accusation contre lesquels il s’est déclaré non-coupable. Mais rassurez-vous, je n’ai pas du tout l’intention d’aborder les conséquences juridiques reliées à ces allégations, mon expertise en ce domaine étant totalement nulle.

Par ailleurs, ce qui me chicote au plus haut point, c’est la couverture médiatique de Donald Trump en lien avec tous les médias qui plaident, à raison, que Donald Trump agit continuellement pour attirer l’attention, le plus souvent à titre de victime, et que, par ailleurs, les médias ne se lassent pas de couvrir à la une depuis sept ans ce loufoque personnage.

En termes clairs, les médias jouent le jeu de Donald Trump en sachant qu’il est prêt à tout pour attirer les projecteurs sur sa personne tout en le plaçant en tête de leurs manchettes. À titre d’exemple, pour conclure, l’émission 24/60 du mardi 4 avril a consacré une émission « spéciale » de 2 heures sur la comparution de Donald Trump devant le procureur du comté de New York, Alvin Bragg. Et, pour ajouter au cirque, Radio Canada a même interrompu l’émission pour présenter les atterrissages de l’avion privé de Trump et à New York et pour le retour en Floride. Quel était, diantre, l’intérêt de ces prises de vue?


Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2041 articles

  • 1 432 296

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • François Champoux Répondre

    10 avril 2023

    Bonjour M. Marineau,


    L’amateurisme couplé à l’obsession électoraliste du gouvernement Legault n’est plus à démontrer; depuis sa loi 21 faussement appelée "loi de la laïcité du Québec", depuis ce projet sans juste fondement d’un 3e lien entre la ville de Québec et celle de Lévis, nos politiciens ne savent plus travailler adéquatement et efficacement pour les citoyens: on est dans le sensationalisme pour épater et nous nous laissons berner et bercer d’illusions. 


    Et comme prévu, les ratés de ce gouvernement ne cessent de le rejoindre d’une semaine à l’autre; la dernière en liste : une religion ose faire installer des lieux pour la prière dans une école! Dire qu’il existe encore une chapelle à l’hôpital Sainte-Marie de Trois-Rivières et des signes religieux ostentatoires dans la salle du conseil municipal trifluvienne.


    Pendant ce temps qui passe, les citoyens attendent pour recevoir des soins physiologiques importants pour leur maintien en bonne santé, les écoliers ont des écoles et du personnel en souffrance, et quoi d’autre?


    Et s’il vous plaît, M. Marineau, ne perdons pas de temps de réflexion et laissons aux "amaricains" leurs politiciens qu’ils méritent: occupons-nous des nôtres afin de les aider à rehausser leur travail et mettre leur énergie là où il y a de vrais besoins de notre société à améliorer.


    L'argent ne pousse pas dans les arbres, mais bel et bien dans une vraie activité économique respectueuse des sociétés humaines à faire vivre ensemble dans une harmonie à créer sans cesse tous les jours.



    François Champoux, Trois-Rivières