Couillard, Jaggi Singh (GRIP Concordia) et cie

La mollesse souverainiste et autre devant le fascisme «antifasciste» (1/3)

Tribune libre


Introduction


 


     Parler contre l’immigration illégale ou massive est un acte téméraire dans le Québec d’aujourd’hui, car on est maintenant sous le joug d’une sorte de « terrorisme intellectuel et physique » encore bien pire que ce qu’il est convenu d’appeler le « politiquement correct ».  Ce texte veut analyser ce joug, de même que les réactions ou non-réactions qu’il a entraînées ainsi que les réactions qu’il serait possible d’avancer à son encontre. 


 


Jaggi Singh et le GRIP Concordia


 


     Les « antifascistes » à la Jaggi Singh traitent de racistes et de nazis tous les Québécois qui ne veulent pas d’immigration illégale ou qui remettent en question l’immigration massive.  Or, Marc Huber, dans son texte sur Vigile du 24 octobre dernier intitulé Confrontations (1/3).  L’extrême droite et l’extrême gauche, dévoile que cet « antifascisme » peut en réalité cacher un « rejet » des Québécois.  


 


     Jaggi Singh est un membre important, à savoir un des trois employés (« coordonnateurs ») permanents, d’une organisation reliée à Concordia:  Le Groupe de recherche d’intérêt public de l’Université de Concordia (GRIP Concordia) ou Quebec Public Interest Research Group at Concordia (QPIRG Concordia).  Cette organisation vise des changements sociaux sur des questions sociales ou environnementales comme, par exemple, la brutalité policière, en faisant le lien entre le milieu étudiant et la communauté et en s’appuyant entre autres sur l’activisme.  Mais, comme l’écrit Huber, elle « prendrait aussi part à une confrontation idéologique, en répandant le racisme systémique des Québécois chez les étudiants anglophones de Concordia et en organisant des manifestations, dont celle de Québec et de Lacolle ».


 


     Nous sommes entièrement d’accord que cet « antifascisme », cet « antiracisme », cet « antinazisme » de tous les Jaggi Singh du Québec cache (très faiblement) un racisme anti-québécois de leur part.  ll faut vraiment être raciste contre les Québécois pour dire, comme Singh l’a fait après les nombreuses illégalités et infractions criminelles que lui et d’autres « antifascistes » ont commises sans aucune raison valable à Québec le 20 août dernier (vandalisme, agression des policiers avec des pièces pyrotechniques ou des bonbonnes de répulsif à ours, agressions d’autres citoyens incluant blessures infligées entre autres de façon sauvage à un homme âgé marchant avec un drapeau des Patriotes, etc.), qu’un climat de racisme règne à Québec.  Cette agression sanglante d’un Québécois âgé marchant avec un drapeau des Patriotes prouve au reste totalement le racisme anti-québécois de ces « antifascistes ».   


 


     L’oppression et l’assimilation des Québécois ou des Canadiens français à l’intérieur du cadre « canadian » ne font visiblement et même certainement pas partie des « problèmes sociaux » que veut combattre le GRIP Concordia.  Les « antifascistes » vont au contraire faire tout ce qu’ils peuvent pour les amplifier par l’intimidation et  la violence, comme blesser gravement quelqu’un qui tient un drapeau québécois.   


 


     Le GRIP Concordia prétend vouloir lutter contre la brutalité policière, mais les « antifascistes » à la Singh font tout ce qu’ils peuvent pour l’attiser.  La brutalité « antifasciste » rivalise en fait aisément ou même surpasse la brutalité policière, comme on l’a vu à Québec.  Les « antifascistes »  se comportent comme de véritables fascistes.


 


Couillard et le P.L.Q.


 


     On doit ajouter que toutes les mêmes odieuses accusations de Philippe Couillard et du P.L.Q. contre le peuple québécois (« racisme systémique »), contre la Meute ou contre quiconque n’est pas de leur avis sur l’immigration cachent aussi (très faiblement) un même fort racisme anti-québécois.  Comme l’écrit Huber dans l’article susmentionné:  « En fait, ils (les antifas ou antifascistes) sont des sortes de Mr Hyde campant le côté monstrueux du PLQ du Dr Jekyll.  Le miroir déformant d’un PLQ qui menace l’espace de vie des Québécois par des lois, qui traite les francophones comme une tribu et renie toutes formes de symboles nationaux (…). » 


 


     Ainsi, à tous les « antifascistes » à la Singh et à tous les politiciens à la Couillard, on devrait retourner la « politesse » en les accusant d’être eux-mêmes des racistes contre les Québécois.


 


     Ce n’est cependant pas la façon civilisée de faire, la solution civilisée à ce problème.  On ne doit pas être aussi ignoble qu’eux. 


 


     Quand ils insultent la Meute ou Storm Alliance qui organisent démocratiquement des manifestations pacifiques et acceptées par la police, des accusations pour diffamation, atteinte à la réputation devraient être portées contre eux.  Quand en plus des « antifascistes » organisent des contre-manifestations dans le but d’intimider, de provoquer la violence, etc., il faudrait aussi déposer des plaintes officielles contre eux et les poursuivre pour ces intentions illégales et criminelles préméditées.  Si on est incapable de voir la différence entre le fascisme et l’antifascisme chez ces gens, il faut aller chercher un éclairage du côté de la justice. 


 


André Lafrenaie



Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Yves Corbeil Répondre

    17 novembre 2017

    Incroyable toutes les diversions du problème réel qui affecte toutes les démocraties dans le monde.


    Aujourd'hui la démocratie a été totalement remplacer par l'ÉCONOMIE, les dirigeants du monde entier s'assurent que la démocratie n'impacte pas l'économie et toutes les mesures sont prises pour ce faire.


    La dispersion de peuple dans toutes les directions et ce même quand il n'y a aucun conflit ou danger réel dans les pays de plusieurs qui se déplacent. Ça rentre partout comme réfugier mais réfugier de quoi, de qui?


    Ce sont les bras de demain qu'on mets en place, quand les champions de l'économie auront fait le tour de la planète pour exploité la main d'oeuvre bon marché un peu partout. Ils reviendront à leur point de départ après s'être assurer que les bras sont en place.


    Mëme nos systèmes d'éducations sont bâtis en fonction de fournir cette main d'oeuvre car il ne faut pas se leurrer, des génies ils en sort de moins en moins au publique et quand il y en a ils sont récupéré car on tous un prix.


    Non ça ressemble plus à des robots identiques former pour servir différents secteur, assembler pour produire la quincaillerie de demain qui permettra à ceux qui sont assis au sommet, ceux-là même qui ont remplacer leur prédécesseur après avoir été former dans les meilleurs écoles soit celle que le 99% ne fréquente pas et la roue continuera à tourner.


    La seule chose que je ne saisis pas encore, c'est comment ils vont faire pour contenir le choc des civilisations Chrétiennes et Islamiques dans les même pays. Ça je ne peux pas le saisir.