Le Québec honni par le ROC

La fédération canadienne serait-elle en danger d’implosion?

À propos de la chronique de Michel David...

F45107f7d05f767b806e5c1fe65aa7e5

Tribune libre

Selon une étude menée par l'Institut Angus Reid, le Québec serait la province la moins aimée du reste du Canada. Au-delà de l'indifférence, le Québec est accusé par plus de la moitié des répondants au sondage de soutirer des fonds à la fédération canadienne plus qu'il en apporte. Pire encore, on y apprend qu'une infime minorité de Canadiens font confiance aux Québécois. Enfin, seulement 6 % des répondants canadiens vivant hors Québec disent avoir l'impression que le Québec entretient des liens étroits avec la province dans laquelle ils résident et démontre une attitude amicale à son égard.


Un portrait plutôt sombre qui démontre à quel point l’« unité canadienne », un des leitmotivs si chers au premier ministre Trudeau, est sérieusement ébranlée, et tout ce branle-bas à moins d’un an des élections fédérales.


En ce qui a trait aux motifs justifiant une tel tiraillement entre les provinces, on peut citer les propos acerbes de François Legault eu égard au dossier de l'oléoduc Énergie-Est, les « généreux » versements de péréquation du gouvernement fédéral au Québec alors que l'Alberta s'en voit éliminée, et la sortie du premier ministre manitobain, Brian Pallister, lequel n'a guère apprécié les tactiques de « marchandage politique » du premier ministre du Québec lors de sa rencontre avec Justin Trudeau en pleine période pré-électorale.


La fédération canadienne serait-elle en danger d’implosion? Une question qui peut sembler prématurée mais qui mérite, à mes yeux, d’être déposée sur la table de travail des journalistes politiques…


À propos de la chronique de Michel David...


https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/gravel-le-matin/segments/chronique/103482/angus-reed-sondage-michel-david-chronique-canada-quebec-politique




Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1308 articles

  • 1 169 427

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé