Immigration en panne

18 139

9325582d319dade50f7fede0604ef128

Tribune libre

C’est le nombre de dossiers non ouverts qui sont empilés sur les bureaux des fonctionnaires du ministère de l’Immigration eu égard à des candidatures d’immigrants qui désirent s’installer au Québec. Certains dossiers datent même de 2005…


Un embargo pour le moins majeur qui met carrément « des bâtons dans les roues » du ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'inclusion du Québec, Simon Jolin-Barrette, dont le mandat consiste à réformer le système québécois d’immigration de façon à mieux « arrimer les immigrants aux besoins du marché du travail »…et , pour ce faire, les quelque 18 000 dossiers laissés en plan doivent d’abord être passés en revue. Le ministre aura beau évoquer la responsabilité du gouvernement précédent dans ce retard indu, il n’en demeure pas moins qu’il hérite d’une immigration en panne avec laquelle il doit composer.


L’une des conséquences majeures de ces retards réside dans le fait que le système de déclaration d’intérêt qui vise à permettre un arrimage entre les besoins du marché du travail et les immigrants est complètement paralysé tant que les dossiers en plan n’ont pas été analysés compte tenu que la loi oblige le gouvernement à traiter les dossiers dans l’ordre chronologique dans lequel ils sont arrivés.


En bref, je suis d’avis que le gouvernement Legault n’aura d’autre choix que de procéder à l’embauche de personnel supplémentaire s’il désire un jour voir le bout du tunnel et s’assurer « d’avoir un système d’immigration qui est efficace, qui est efficient et qui correspond aux besoins du marché du travail », conclut le ministre.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1260 articles

  • 1 167 781

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé