La courtoisie est-elle raciste?

0366bdbcff2a3bd2a47dec7168255161

Le business victimaire prend des proportions folles


Dès qu’il est question de discrimination, notre société perd la tête. Elle veut voir du racisme ou du sexisme partout et ne cesse de s’imaginer qu’elle persécute les minorités.


On l’a encore vu la semaine passée quand on a appris que le très militant Tribunal des droits de la personne avait condamné l’entreprise la Vie en Rose à verser 5000 $ à Salim Kerdougli, un homme d’origine algérienne, parce qu’au moment d’un entretien d’embauche, un des recruteurs lui a demandé d’où provenait son nom de famille.


Politesse


Comme le rapportait La Presse Canadienne, l’homme s’est senti « ébranlé et déstabilisé par la question ». Il s’est senti « insulté et atteint dans sa dignité par la question ».


Houlala ! Une simple marque de courtoisie l’effraie ? Les codes les plus élémentaires de la civilité l’agressent ? Peut-être croit-il lui aussi au mythe du racisme québécois.


Rien n’est plus aimable, pourtant, que de s’intéresser au parcours d’un individu, surtout s’il vient d’ailleurs. On lui demande d’où il vient et on fait ainsi preuve d’intérêt pour son histoire. C’est ainsi depuis l’origine du monde.


Mais c’est désormais interdit.


Au nom de l’antiracisme, on s’interdira l’amabilité, tout comme au nom du féminisme radical, aujourd’hui, on ne prend plus le risque de complimenter une femme. C’est ainsi qu’on fabrique une société aseptisée, où tout le monde est invité à se taire ou à parler comme un formulaire gouvernemental standardisé, parce que tout ce qu’on dit peut être retenu contre soi.


Je l’ai dit, notre société veut voir partout des discriminations à l’endroit des minorités. À tout le moins, on veut l’en convaincre. Elle subit une propagande constante. Sans cesse, on l’accuse de racisme systémique ou de sexisme systémique.


Ce qui est particulier, ici, c’est que le délire de persécution est légitimé par les tribunaux, comme si le droit, aujourd’hui, reposait sur la sociologie victimaire pseudo-scientifique à la mode dans la gauche radicale universitaire.


On ne sous-estimera pas la portée d’un tel jugement. On ne saurait, aujourd’hui, avoir une confiance aveugle dans le système de justice. On justifie aujourd’hui un nombre incalculable de niaiseries au nom des « droits de la personne » mal compris.


Si le droit interdit aujourd’hui la courtoisie, ce n’est pas cette dernière qu’il faut abolir, mais le droit, qu’il faut changer.


De même, il faut apprendre à se méfier de ceux qui prétendent lutter contre le racisme et le sexisme en décryptant l’idéologie qui se cache derrière leurs belles paroles.


Résister


Cela dit, on l’a vu sur les réseaux sociaux, le commun des mortels s’est étouffé d’indignation en apprenant que le tribunal avait donné raison au plaignant. C’est que l’homme ordinaire a compris aujourd’hui qu’il y a un businessvictimaire et que les médias comme les tribunaux ont un préjugé favorable envers ceux qui se disent opprimés par la majorité.


On est même en droit de penser que l’homme ordinaire en a marre, qu’il se sent extorqué, et qu’il rêve du jour où on mettra fin au règne de la pleurniche. Mais quel politicien l’entendra ?