La fin des églises

De443e537feba410d425904aab65aec2

Après avoir perdu la foi, nous sommes en train de perdre la langue et bientôt, le pays...


Fin mars, on apprenait dans La Presse que le diocèse de Saint-Jérôme pense fermer plus de la moitié de ses églises. Il en a actuellement 54. Il pourrait se départir de 33 d’entre elles. Il s’en justifie de la manière la plus simple du monde : la pratique religieuse s’est effondrée en un demi-siècle.


Catholicisme


Plus personne ne fréquente les églises, sauf pour les baptêmes, les mariages et les enterrements. Certes, il y a encore un petit noyau de catholiques pratiquants. Ils sont statistiquement insignifiants et à moins d’un miracle qui n’arrivera évidemment pas, les églises ne se rempliront pas demain matin.


Décision logique des autorités religieuses : on les ferme. On nous présente presque cela comme la seule solution possible. Certains rajoutent même que la vocation de l’Église catholique consiste moins à entretenir de vieux bâtiments construits avec de vieilles pierres que de propager le message du Christ de toutes les manières possible.


Mais une telle décision est peut-être à courte vue. Car une église, quoi qu’en pensent les esprits bêtement prosaïques, n’est pas qu’un tas de pierres.


Dans nos villes comme dans nos villages, l’église a une place centrale : elle incarne physiquement une dimension centrale de notre histoire. Elle représente ce que nous avons été pendant plusieurs siècles. Notre peuple, qui, longtemps, a survécu davantage qu’il n’a vécu, a trouvé dans le catholicisme une source de beauté, de culture et de grandeur.


Histoire


Le catholicisme n’a pas été qu’une gangue étouffante dont il a fallu se libérer. S’il fallait assurément contester le cléricalisme avec la Révolution tranquille, il n’était pas nécessaire de cracher sur notre passé comme on l’a malheureusement fait.


Un peuple peut-il se passer d’un minimum de vie religieuse authentique ? C’est incertain. Le jour où le peuple québécois ne verra plus dans les églises que de vieilles bâtisses sans valeur, pourra-t-il encore comprendre son histoire ?