Témoignage de Guy Rocher à la Commission parlementaire sur le projet de loi 21

L’islam, victime de sa visibilité

Gérard Bouchard rabroué…

0cc1efaeb559cd117376dabf6a5cc4d6

Tribune libre

Dans le cadre de l’émission 24/60 télédiffusée sur RDI le 14 mai, Anne-Marie Dussault rencontrait le sociologue Guy Rocher à la suite de son témoignage à la Commission parlementaire sur le projet de loi sur la laïcité de l’État québécois.


Nonobstant l’argumentaire fort étoffé du sociologue de 95 ans, je vous soumets deux éléments majeurs qui me paraissent apporter quelque lumière complémentaire eu égard à la défense du projet de loi 21. Tout d’abord, l’insistance de M. Rocher sur un terme qui avait été oublié depuis quelques semaines dans les propos des divers intervenants, à savoir l’interdiction des signes religieux « ostentatoires », le mot « ostentatoire » faisant bien sûr allusion à la visibilité. Un concept qui s’applique « visiblement » aux femmes musulmanes.


En second lieu et dans la foulée de cette précision pertinente, Guy Rocher a abordé aussi le « principe de précaution » en lien avec le prosélytisme possible d’une enseignante portant, par exemple, le hidjab, et qui pourrait endoctriner certains élèves. À cet effet, le sociologue répond qu’il est « scientifiquement » impossible d’apporter des preuves d’endoctrinement ou non de certains élèves par l’enseignante en question, un argumentaire qui conduit M. Rocher à conclure que, «… dans l'état d'incertitude, il faut protéger contre les risques possibles… L'islam est une religion visible, c'est son choix, mais la société n'est pas obligée d'accepter cela. »




Gérard Bouchard rabroué…


« …M. Rocher venait donner la réplique, en quelque sorte, à un autre sociologue renommé, Gérard Bouchard. Lors du passage de ce dernier en commission parlementaire, mercredi dernier, le ministre responsable du projet de loi, Simon Jolin-Barrette, l’avait d’ailleurs confronté aux positions défendues par M. Rocher.


Le coauteur du rapport Bouchard-Taylor dur les accommodements culturels avait surtout reproché au ministre de n'invoquer aucun "motif supérieur" justifiant d'interdire, aux enseignants et directeurs d'école, le port de signes religieux.


Il avait souligné qu'aucune étude rigoureuse n'a prouvé qu'une enseignante portant le hidjab, par exemple, puisse endoctriner ou traumatiser certains élèves. Rien n’a démontré non plus que le port du voile ou d’autres signes religieux puissent nuire à l’enseignement.


« Si jamais un seul de ces éléments était prouvé, personnellement, je vous le dis tout de suite, je serais tenté d'approuver votre projet de loi », avait affirmé M. Bouchard.


À l'invitation de M. Jolin Barrette, Guy Rocher a répondu à son confrère : « Si ces preuves n’existent pas, c’est parce qu’il est scientifiquement impossible de les faire. […] La recherche que M. Bouchard demande, elle est à peu près méthodologiquement impossible à faire pour qu’elle soit scientifiquement valable. »


En l'absence de telles preuves et justement parce qu'on ignore si les enfants sont véritablement susceptibles d’être influencés par les signes religieux que pourraient porter leurs enseignants, il vaut mieux appliquer le « principe de précaution », a plaidé le sociologue. « Dans l'état d'incertitude, il faut protéger contre les risques possibles. »


https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1169702/projet-loi-21-laicite-etat-signes-religieux-consultations-particulieres-guy-rocher



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1315 articles

  • 1 171 380

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé