L'été des grands gâchis

Quebecistan


Les Juifs contre les Arabes. Les anglophones contre les francophones.
Les pro-Israël contre les pro-Liban. Les conservateurs contre les progressistes. Les fédéralistes contre les souverainistes, pendant qu'on y est !
Rarement a-t-on vu autant de discorde dans la société québécoise. Il a même fallu que le premier ministre du Québec et
le chef du Bloc québécois montent aux barricades pour défendre les élites du Québec - souverainistes, syndicalistes et gauchistes confondus. Jean Charest a qualifié de « grossièreté» les attaques contre un Québec soupçonné de sympathie pour les terroristes du Hezbollah. Et [Gilles Duceppe a dû remettre l'ambassadeur d'Israël au Canada - rien de moins! - à sa place->1581].
Lorsque les hostilités entre Israéliens et Palestiniens ont commencé
fin juin à Gaza, ce fut l'indifférence générale. L'armée israélienne pénétrant dans le petit territoire palestinien, démolissant les maisons de civils et des ouvrages publics comme un ministère, cela s'était déjà vu.
Mais quand le conflit s'est étendu au Liban, que la vague des réfugiés a échoué sur les plages et dans le port de Beyrouth, la société québécoise s'est sentie concernée. Et pour cause! Les Libanais sont partout, ils parlent presque tous français, et bon nombre font maintenant partie de familles d'ici.
L'ÉMOTION EN CONTINU
Les grandes catastrophes émeuvent toujours les Québécois, surtout quand la télévision, en continu, diffuse de images d'horreur. Contrairement à ce qui s'écrit volontiers au Canada anglais - encore! -, ils plongent dans leurs goussets pour envoyer de l'argent à la Croix-Rouge, à Oxfam ou à Développement et Paix.
Tout au plus débattent-ils de la lenteur ou de la pingrerie des gouvernements à réagir et à se porter au secours des victimes.
Mais des divisions de cette ampleur? Tant de hargne et d'insultes? Jamais. Et le premier responsable de ce gâchis est le premier ministre du Canada. Stephen Harper est peut-être un bon chef de gouvernement - un grand nombre de Québécois le pensent, en tout cas. Mais il est un très mauvais leader.
Dans les temps de crise, le premier devoir d'un chef est de rassembler le peuple derrière un grand élan de compréhension et de solidarité. Sa déclaration - dans un Airbus, à 12000 mètres d'altitude! -jugeant la réaction d'Israël à l'enlèvement de deux de ses soldats «justifiée» et « mesurée » - n'était pas seulement maladroite. Elle a mis le feu
aux poudres.
Comment le peuple, assis dans son salon, bombardé tous les soirs d'images insupportables de familles anéanties dans leur maison de vacances, pouvait-il comprendre cela? Et une de ces familles était
québécoise.
Le Québec n'était plus neutre - pas plus que les Canadiens ne l'auraient été s'il s'était agi d'une famille d'Ottawa ou de Toronto. Et le premïer ministre s'est entêté. A croire qu'il n'y avait pas un Québécois dans son entourage - et il y en a ! - pour lui expliquer à quel point les
attaques sauvages contre le Liban, et dont certaines n'avaient
rien à voir avec la présence du Hezbollah, enflammaient les passions au Québec.
Notre premier ministre nous demandait de prendre parti. Il
n'était même pas temps pour lui, contrairement à ce que fit Jean Charest, de souhalter un cessez-le-feu, ce qui est une façon diplomatique de dire à Israël « Arrêtez le massacre! »
INCOMPRÉHENSIBLE ENTETEMENT
Cet entêtement de Stephen Harper - que tout le monde appréciait lorsqu'il s'agissait d'imposer à l'opposition, majoritaire aux Communes, sa réduction de la TPS, ou son Plan universel pour la garde d'enfants de moins de six ans - est soudain devenu incompréhensible. Et ce
n'était pas un accident dû à l'influence du lobby juif sur la politique étrangère du Canada...
Il y eut aussi l'entêtement de Stephen Harper à refuser de saluer la présence au Canada de la XVIe Conférence internanionale sur le sida. Pourtant, cela se passe dans la prude Toronto. Ce n'était pas
comme les Outgames, qui se tenaient dans ce lieu pervers du Village gai de Montréal...
J'avoue que la décision du premier ministre de ne pas se présenter à la séance d'ouverture - le Canada étant fort dignement représenté par le chef de l'État, Michaëlle Jean - ne me choquait pas. Jean Chrétien aussi avait snobé une conférence sur le sida.
Mais lorsqu'il lui est apparu que cette décision était mauvaise parce que mal interprétée, non seulement Sephen Harper n'a-t-il pas tenté de s'amender, il a forcé son ministre de la Santé, Tony Clément, à reporter la présentation d'un plan d'action contre la propagation du
sida!
À ce stade, ce n'est plus de l'entêtement. C'est de l'arrogance...
Des Québécois tannés
Quebecistanais? Non, Québécois tanné !
Quebecistan comme dans Pakistan? Comme dans Tadjikistan? Comme dans Turkménistan? Amenez-en des républiques de banane et des dictatures!
Il n'y a rien de trop bas pour rapetisser le Québec! Nous ne sommes pas des «Quebecistanais». Nous sommes des Québécois tannés!
La [chronique fielleuse et raciste de Barbara Kay->1510] dans le National Post a provoqué toute une tempête politique au Québec. Que celui qui n'a jamais participé à une manifestation où il y avait des drapeaux du Parti communiste dans les années 1950, ou des drapeaux du Front de libération du Québec dans les années 1960, ou des drapeaux du Chili dans les années 1970; que celui qui n'a jamais eu de portrait de Che Guevara dans sa chambre d'étudiant jette la première pierre aux chefs politiques du Québec! Comme l'a si bien dit Gilles Duceppe, « on ne peut être tenu responsable des gestes déplacés que certains individus posent dans des manifestations. » Surtout des manifestations de 15000 personnes!
Le plus dégueulasse, c'est que les propos de l'égérie du chapitre québécois du Congrès juif du Canada ont été endossés par l'éditeur du National Post.
Le plus triste, c'est qu'une journaliste québécoise a repris des propos identiques dans un autre journal de Toronto, le Globe & Mail. « Denis Coderre, Gilles Duceppe, André Boisclair, dénonce [Lysiane Gagnon->1516], ont marché la main dans main avec environ 15000 manifestants dont certains vantaient les vertus du Hezbollah, une organisation déclarée terroriste au Canada et dont le but principal est de détruire l'État d'Israël... »
Et la même semaine, un troisième journal, le Toronto Star, publie un grand hommage d'Alexandre Trudeau à Fidel Castro, considéré comme l'un des derniers dictateurs communistes que la Terre porte encore! On peut être ami de Fidel, mais pas de Yasser Arafat dans ce pays...
C'est Lucien Bouchard qui le disait « Le Canada anglais est une passementerie d'hypocrisie ! »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé