"Le rêve de Champlain" de David Hackett Fisher

L'esprit de Samuel de Champlain

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

En se plongeant dans le Passé, en relisant les récits de ceux qui l'ont édifié, les générations d'aujourd'hui y puisent sans doute les forces nécessaires, pour écrire à leur tour de nouvelles pages, sur l'avenir de ce merveilleux pays de Québec, ce pays en français sur cette terre d'Amérique.
Cet important ouvrage "Le rêve de Champlain" de l'écrivain américain David Hackett Fisher qui sort ces jours-ci en Europe, nous permet de mieux approfondir non seulement la vie du grand Samuel de Champlain, cet homme rempli d'enthousiasme, pour qui nous avons depuis toujours une grande affection.. mais nous aide à mieux appréhender cette vision si importante du rêve qu'il portait ..Nous pouvons ainsi mieux percevoir le caractère que cet homme s'était forgé, après avoir lu les nombreux détails de sa vie, avant qu'il n'arrive en Acadie, puis dans les eaux du Saint Laurent.

En arrière plan des écrits élogieux de Fisher, en arrière plan de l'immense travail de recherches effectué, il est néanmoins intéressant de décrypter à nouveau ce syllogisme américain ciblant uniquement un homme de grande valeur, s’il mérite bien entendu, d'être honoré et mis en avant, est cependant commissionné par son pays, envoyé par le roi de France, a avec lui néanmoins, toute une équipe sans laquelle il n'aurait rien pu entreprendre.. Mais en ne mettant que lui dans la lumière cela permet de laisser ainsi de côté tout le reste.. Cela a été maintes fois observé au cours du passé, faire ainsi l’éloge d’un grand homme plutôt que d'un pays ou d'un autre peuple que le leur..Ainsi, entre autres, pour Henry Longfellow qui dans son poème " le chant de Hiawatha" emploiera le mot " étranger " au lieu de "Français" .. De même ce sera la statue du père Jacques Marquette, ce missionnaire parti avec Louis Joliet à la recherche du Mississipi, qui a été érigée dans le Michigan, et non celle de Cavelier de La Salle le découvreur et le fondateur de la Louisiane française, le représentant légal de la France, envoyé par le roi Louis XIV . Le père Marquette lui ne représentait pas la France à leurs yeux, mais la religion.. il paraissait donc neutre pour les Américains.
Depuis que les Turcs avaient pris Constantinople le 29 mai 1453, ils avaient institué désormais des droits de passage exhorbitants, pour atteindre les Indes. Tous les pays européens cherchaient depuis lors, un nouveau chemin pour se rendre jusqu’en Chine et en Inde. Christophe Colomb avait été l'un des premiers à ouvrir la route vers l'Ouest et le Saint Laurent paraissait être une de ces routes commerciales plus aisées, c'est pourquoi, en s’installant sur ses rives, cela permettrait de mettre en œuvre ces explorations.. Le roi de France Henri IV tentait de reconstruire son royaume mis à mal par les guerres civiles cela l’aiderait donc, au point de vue économique, si en effet les expéditions parvenaient à relier l’Asie.
Les Français, Samuel de Champlain et François Gravé Dupont, envoyés par Pierre Dugua, Sieur des Monts, mais avant eux Aymar de Chaste, Pierre Chauvin.. tous commissionnés dans cet esprit, étaient poussés par une sorte de mondialisation avant l’heure.. Champlain et Gravé Dupont sont accueillis chaleureusement par les Montagnais, qui fêtent une grande victoire sur leurs ennemis Odinossonis (Iroquois)…Chacun connaît bien cet évènement.. Mais ce jour-là il s’est passé quelque chose qui ne s'était jamais passé et qui ne se passera sans doute plus jamais, les Français sont alors invités par les Amérindiens à venir s’installer sur leur sol, ils seront le seul peuple, qui sera ainsi convié sur un sol étranger par les habitants eux-mêmes, et cela à la différence des Espagnols, des Hollandais et des Anglo Saxons qui accapareront les terres des tribus autochtones, et s’emploieront pendant des décennies à les repousser toujours plus loin.. .
On assistera de fait à une véritable entente entre les Amérindiens et les Français, une entente interculturelle qui s’avérera durable et bien plus solide que tous les traités officiels, dûment paraphés... Champlain emporté dans un élan d’enthousiasme prononcera avec chaleur la phrase devenue célébre :" Nos garçons épouseront vos filles et nous ne formerons plus qu’un seul peuple " auquel le chef Amérindien répondra avec la fierté caractéristique de son peuple :" ...et nos filles apprendront à leurs fils à devenir des hommes valeureux ! " Ce jour-là les eaux du grand fleuve ont assisté la naissance d'un nouveau peuple, le peuple franco amérindien.
Grâce à cet esprit des Lumières de cette France d’alors, dont Champlain est issu, où lorsqu’un esclave en touchait le sol il devenait immédiatement un homme libre, Champlain possède ce comportement, cette pensée, cet esprit, cette mentalité universalistes. Dès l’arrivée des Français, dès Champlain il est possible de sentir déjà l’esprit qui conduira un siècle plus tard, à la Grande Paix de Montréal.
Les Français arrivés sur le sol de cette Amérique septentrionale, n'étaient pas venus pour coloniser, mais pour trouver une route commerciale. Dans ce but, Champlain fait établir un petit poste à l'emplacement de Québec, en vue de ces explorations lointaines, alors que jusqu’à présent lorsqu’il ne s’agissait que de la pêche, une implantation quelconque s'était totalement avérée superflue . Cet établissement sur le fleuve n'est pour lui qu'un simple relais, servant de point de départ aux expéditions futures que les Français désirent entreprendre, en vue d'atteindre la mer vermeille, et par elle le chemin de la Chine, avec toutes les richesses qu'elle ne peut manquer de receler.. Ce poste de Québec est donc pour Champlain à la fois un point de départ, mais également un point de chute au retour des expéditions, c'est pourquoi il y construit un pays en faisant venir des personnes désireuses de s'installer sur ce territoire, il le fait mettre en valeur afin que tous puissent y vivre. Son souci de la santé des personnes est si important qu'il fait planter des cultures pour leur subsistance, afin d'éviter le terrible scorbut et les maladies graves, qui avaient décimés précédemment, la petite colonie de l'île de Sainte Croix..
Pourtant Champlain ne désire pas rester là, il regarde vers cet Ouest inconnu et immense qui semble se trouver de l’autre côté des grands rapides de Lachine, il se renseigne sans cesse auprès des Amérindiens pour savoir ce qu'il y a au-delà de ces rapides.. Il dessine des cartes, il écrit des rapports, il aide à construire cette grande amitié avec les Amérindiens, il les aide lorsqu'ils ont besoin des Français pour combattre leurs propres ennemis, ses quatre récits nous en apprennent énormément sur la géographie des lieux mais aussi sur la vie des autochtones, et cela plus particulièrement dans son recueil " Des Sauvages".
Champlain a eu la certitude que le Saint Laurent était la porte d'entrée de tout un continent. Il a tenté d'envoyer des hommes explorer aussi loin que possible, et en attendant il a aidé à l'implantation des Français, qui durant les cinquante premières années de la colonie étaient en très petit nombre, puisqu'en 1649 le total des habitants français était à peine arrivé à 330.. De plus il dut lutter contre les Jésuites qui ne l'aimaient pas, car il n'acceptait pas que des religieux lui dictent ce qu'il avait à faire pour la petite colonie, et ces derniers étaient finalement arrivés à faire nommer en France, au cours de l'hiver 1635, comme gouverneur de la Nouvelle France, Charles Huault de Montmagny, un chevalier de Malte qui correspondait mieux à leurs idées, mais Champlain ne voulut pas quitter la Nouvelle France à cause de leur inimitié.. Il resta à son poste sur ce sol qu'il avait tant aimé, jusqu'au moment où il mourut, fort à propos d'ailleurs pour les jésuites, en ce funeste jour de décembre 1635 et depuis lors, même si plus personne ne sait où ses restes reposent, lui et son merveilleux rêve d'Amérique franco amérindienne... l'esprit de Samuel de Champlain veille à jamais sur les bords du Saint Laurent.

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir151 articles

  • 279 151

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



19 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    27 juillet 2011

    Publié par : Musée Du Château Dufresne
    Montréal, le 26 juillet 2011- L’année 2011 marque le 400e anniversaire du deuxième voyage de Samuel de Champlain à Montréal. Dans le cadre de l’exposition Signé Sollogoub. Le design dans sa diversité, le Musée du Château Dufresne invite le grand public à découvrir les vitraux de l’église de Saint-Paul et Saint-Pierre de Brouage en France, village natal de Samuel de Champlain. Présentées pour la première fois en Amérique du Nord, sur écran haute définition, ces verrières évoquent les voyages de Champlain au Canada. Six des sept vitraux de l’église de Brouage ont été réalisés par le designer montréalais Nicolas Sollogoub à qui le Musée du Château Dufresne consacre une importante rétrospective jusqu’au 11 septembre prochain. Nicolas Sollogoub a participé à l’essor de l’art public à Montréal en créant l’une des premières verrières panoramiques à sujet historique: celle de la station de métro McGill (1969-1974).
    Afin de mieux faire connaître la vie et les réalisations de Samuel de Champlain, le musée organise, outre la présentation des vitraux de Brouage, deux thés avec les historiens Denis Vaugeois et Jacques Lacoursière. M. Vaugeois sera l’invité du premier thé, qui aura lieu le samedi 6 août à 14h, alors qu’il abordera le tandem Champlain et Dupont-Gravé. Depuis l'exploration du Saint-Laurent jusqu'à la reddition de Québec en 1629, ils ont fait la paire. Dupont-Gravé a initié Champlain à la diplomatie franco-indienne et au choix d'un établissement permanent. Année après année, il a assuré le ravitaillement d'une colonie que Champlain a tenu à bout de bras. Dupont-Gravé a permis à Champlain de se faire explorateur, ethnologue, colonisateur, administrateur et cartographe. Avec Eustache Boullé, il est celui sur qui Champlain a pu s'appuyer.
    Jacques Lacoursière animera, quant à lui, le deuxième thé le samedi 10 septembre 2011 à 14h. Il nous entretiendra de l'énigme Champlain. «Champlain a-t-il été baptisé catholique ou protestant? Était-il le fils naturel du roi Henri IV, comme le laisse entendre l'historien américain Fisher? Pourquoi a-t-il épousé une jeune fille de 12 ans? Quelle était sa situation en 1603? Pourquoi a-t'il été le «fondateur» de Québec? Mérite-t-il le titre de «Père de la Nouvelle-France»? Comment se fait-il que l'on ait «perdu» son corps? Pourquoi laisse-t-il la majorité de ses biens à la Sainte-Vierge? Jacques Lacoursière répondra à ces questions et à celles du public.
    Denis Vaugeois a été l’un des principaux artisans du journal historique Boréal Express. En 1968 avec l'édition d'une synthèse historique appelée d'abord Histoire 1534-1968, constamment rééditée et mise à jour jusqu'en 1983, Canada-Québec. Depuis, il partage son temps entre l'édition et la recherche.
    Jacques Lacoursière est reconnu comme l’un des meilleurs vulgarisateurs de l'histoire du Québec. Coauteur du Boréal Express, journal d'histoire du Canada et de Canada-Québec, synthèse historique, il s'est ensuite fait connaître par ses nombreuses participations à des émissions radiophoniques et télévisées, ainsi que par la publication de sa remarquable série Histoire populaire du Québec.
    Le Musée du Château Dufresne est situé au 2929, avenue Jeanne-d’Arc, à Montréal, à deux pas du métro Pie-IX et est ouvert de 10h à 17h du mercredi au dimanche. Informations : (514) 259-9201 www.chateaudufresne.com
    Paul Labonne
    Directeur général
    Musée du Château Dufresne
    2929, avenue Jeanne-d'Arc
    Montréal (Qué.) H1W 3W2
    Téléphone: (514) 259-9201
    Télécopieur: (514) 259-6466

  • Archives de Vigile Répondre

    29 mai 2011

    Le rêve de Champlain, de l'historien américain David Hackett Fischer, est un ouvrage magistral qui nous fait découvrir des facette nouvelles du fondateur de «Quebecq» et père de la Nouvelle-France.
    Il y a 400 ans, le 28 mai 1611, Samuel de Champlain arriva au grand sault du Saint-Laurent, à la recherche d'un «lieu propre pour la situation d'une habitation». À une lieue (5 km) des rapides, il trouva bientôt une clairière en friche où les «sauvages» avaient jadis cultivé du maïs, la nomma «Place Royalle» et y fit construire une maison «pour voir comment elle se conserverait durant l'hiver».
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant;
    http://www.cyberpresse.ca/arts/livres/201105/28/01-4403832-le-reve-de-champlain-samuel-de-champlain-lhumaniste.php

  • Archives de Vigile Répondre

    1 mai 2011

    Champlain
    Documentaire de Denys Arcand retraçant les événements qui se sont déroulés dans la vie du fondateur de Québec, de 1603 à 1635, année de sa mort. Intrigues, guerres, victoires et capitulations sont passées en revue dans ce film où se mêlent documents d'archives, reconstitutions tournées à Tadoussac, au lac Ontario et au lac Champlain, ainsi qu'une centaine d'illustrations signées Frédéric Back.

    http://www.onf.ca/film/Champlain/
    Vive Champlain

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2011

    Les indépendantistes québécois doivent refaire cette grande alliance sacrée entre nos deux peuples sur notre territoire national.
    La Grande Paix de Montréal nous a montré le chemin à suivre et depuis ce temps, les anglo-saxons ont tout fait pour nous diviser.
    Merci Marie-Hélène pour ce texte éclairant.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2011

    Le personnage de Champlain représente un acteur important dans la construction identitaire de la société
    québécoise.
    Mathieu d Avignon a constaté que les historiens du 19e siècle ont bien raconté l œuvre de Champlain,
    certains même avec un peu trop de zèle.
    Il n est pas étonnant que les recherches archéologiques pour retrouver
    sa sépulture, suscitent autant de passion et d émotion.
    Les enjeux identitaires et la pratique de l archéologie
    autour de Champlain, font l’objet d’une étude par madame Sylvie Sagnes, membre du Comité Champlain 2008.
    Le présent texte vise à présenter chronologiquement, les diverses recherches visant à localiser la chapelle
    Champlain.
    Pour en savoir plus sur le sujet consulter le lien suivant:
    http://fr.calameo.com/read/0006162766245d9de4442
    Bonne lecture et découvertes!

  • Archives de Vigile Répondre

    16 avril 2011

    par Georges-Hébert Germain
    13 Avril 2011
    Champlain est le père des Québécois, des Acadiens, des Métis, selon l’historien américain David Hackett Fischer. Dans une biographie exceptionnellement fouillée, il nous fait découvrir un grand humaniste, qui rêvait d’accommodements raisonnables bien avant l’heure.
    On a compris, dès les premières pages du formidable livre de l'historien américain David Hackett Fischer, Le rêve de Champlain (qui sort ces jours-ci au Boréal), quelle était la nature de ce rêve qu'entretenait le grand homme.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.lactualite.com/culture/champlain-revele-sa-vraie-nature
    Bonne lecture et découvertes!

  • Archives de Vigile Répondre

    13 avril 2011

    Georges-Hébert Germain commente "Le rêve de Champlain".
    Vous vous devez d'écouter cette entrevue pour en connaitre un peu plus sur l'Homme qui a fait ce que nous sommes.
    Georges-Hébert Germain commente "Le rêve de Champlain".
    Avec : Isabelle Maréchal
    Émission : Isabelle le matin | Mis en ligne le mercredi 13 avril 2011 | Durée : 24:13
    Pour plus de détails consulter le lien suivant:
    http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=97378
    Bonne écoute et découvertes!
    Vive Champlain!

  • Archives de Vigile Répondre

    12 avril 2011

    Extrait de l’ouvrage Le rêve de Champlain, par David Hackett Fischer, avec l’aimable autorisation des Éditions du Boréal.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.lactualite.com/culture/livres/le-reve-de-champlain
    Bonne lecture et découvertes!

  • Archives de Vigile Répondre

    12 avril 2011

    Mme. Morot-Sir,
    En lisant votre texte sur Samuel de Champlain, j’ai ressenti une émotion très positive. Qu’une personne comme vous, aussi éloignée géographiquement du Québec, nous présente aussi aimablement un pan de notre histoire, me réconcilie avec la nature humaine qui, ces temps-ci, nos montre beaucoup plus toute la pourriture qu’elle peut receler quand elle n’a plus de balises et que le recherche des profits sans limites relègue ces capitalistes, ces prédateurs, la bave à la gueule, sous le règne animal. Au moins, ces derniers, en général, ne s’en prennent pas à leurs semblables.
    Nous aurions peut-être intérêt à reprendre contact avec nos frères autochtones, tous ceux qu’on a relégué dans des réserves, comme des animaux. Quelle honte!....surtout, qu’effectivement, un pourcentage assez élevé de Québécois, ont du sang indien qui circule dans leur veines. Tant qu’aux missionnaires, je vais garder le silence de crainte de me faire traiter de mécréant!!!
    Merci encore Mme. Morot-Sir de vos lumières. Je vais tâcher de trouver ce livre que vous nous conseillez, en librairie. Il est tout de même étonnant que l’on puisse apprendre des choses sur notre propre histoire par le biais d’un Américain.
    Il est toujours agréable de lire les textes venant de notre ’’cousine’’ de Provence.
    Ivan Parent

  • Archives de Vigile Répondre

    11 avril 2011

    2008 marquera le 400e anniversaire de la fondation de Québec. Pour souligner cette occasion, voici la chronologie présentée dans Champlain. La naissance de l'amérique française. Une bonne occasion de souligner l'homme exceptionnel que fut Samuel de Champlain.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.septentrion.qc.ca/septentrion/2007/05/chronologie_de_champlain.php
    Pour célébrer leur 15e anniversaire, les éditions du Septentrion, en collaboration avec le Conseil Général de la Charente-Maritime, réservent une surprise de taille aux amateurs d'histoire et de beaux livres : un ouvrage prestigieux sur le fondateur de l'Amérique française, Samuel de Champlain. Dans un volume grand format, en couleurs, sous une reliure de luxe, une trentaine de collaborateurs parmi les plus grands spécialistes au monde présentent, analysent et décortiquent tous les aspects de la vie de Champlain, de son époque, de ses voyages, de ses contemporains, accompagnant leur propos d'une riche iconographie.
    L'ouvrage comprend les 32 cartes connues attribuées à Champlain dont des originaux sont conservés à la Bibliothèque nationale du Canada, aux Archives nationales du Canada, au Musée Stewart de Montréal, à la Bibliothèque du Congrès à Washington et à la John Carter Brown Library de Providence. Pour la première fois reproduites en couleurs, elles affichent les stigmates du temps ? papier jauni et encre brunie. Vous découvrirez aussi des artefacts provenant de la place Royale à Québec, des illustrations diverses appartenant aux collections du Musée des civilisations d'Ottawa et du ministère de la Culture du Québec, des documents tirés des Archives départementales de la Charente-Maritime, divers documents commémoratifs, des reconstitutions préparées par des artistes prestigieux tels Marc-Aurèle Suzor-Côté et Francis Back, sans oublier les propres dessins de Champlain.
    Personnage étonnant, tenace, doué de multiples talents, Champlain est vraiment à l'origine de la Nouvelle-France. Son action justifiait un beau livre solidement documenté. Cet ouvrage deviendra la référence sur Champlain et la naissance de l'Amérique française.
    « [...] un des plus beaux livres au Québec cette année, un retour sur ce personnage hors pair que fut Samuel de Champlain. »
    Caroline Montpetit, Le Devoir
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/livre.asp?id=2260
    Bonne lecture et découvertes!

  • Archives de Vigile Répondre

    11 avril 2011

    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.septentrion.qc.ca/pdf/champlain_thematique.pdf
    Bonne lecture et découvertes!

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Intéressant cet auteur
    http://www.youtube.com/watch?v=4qLNmRGSoow

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Lorsque le géographe René Lévesque et l'archéologue
    Charles Beaudry ont mis à jour un
    cercueil dans la crypte de la chapelle Saint-Joseph
    de la cathédrale de Québec en juin 1988, ils
    croyaient bien avoir enfin trouvé la clef de l'énigme
    du tombeau de Samuel de Champlain. À la
    une, le journal Le Soleil du 2 juillet titrait en
    exclusivité: L'énigme du tombeau de Champlain
    enfin résolue.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd1040880/7285ac.pdf
    Hommage à Champlain!

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Le tombeau du fondateur de Québec, Samuel de Champlain, reste à ce jour introuvable. De fait, l'intérêt de ce patrimoine sans cesse attendu et espéré réside essentiellement dans les enjeux symboliques que sa localisation cristallise depuis plus de cent ans. Dans l'histoire mouvementée de cette quête acharnée, les fouilles de 1988 du géographe et archéologue René Levesque marquent un tournant décisif puisqu'alors, le bien-fondé même de la recherche est remis en cause. Mais la raison archéologique est une chose, la raison symbolique en est une autre. Indexée aux nouveaux idéaux de la modernité québécoise, cette dernière ravive encore et toujours le désir de retrouver les restes du père de la Nouvelle-France.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-255/Tombeau_de_Champlain.html
    Honneur à Champlain!

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Samuel de Champlain, fondateur de Québec
    Date de diffusion : 17 décembre 2004
    Comme la majorité des explorateurs de son époque, Samuel de Champlain rêve de découvrir un passage vers l'Extrême-Orient. Il souhaite que l'« abitation » qu'il crée le 3 juillet 1608, à la « pointe de Québec », serve de poste de douane entre l'Europe et la Chine.
    Géographe et cartographe talentueux, le fondateur de Québec a laissé de nombreux écrits sur ses voyages, mais peu de détails sur sa vie privée. À l'émission Indicatif présent, Denis Vaugeois parle à Marie-France Bazzo du mystère et de la vie étonnante du personnage. L'historien aborde entre autres les alliances établies par Champlain avec les Amérindiens de Tadoussac, dès 1603.
    Pour en faire l'écoute consulter le lien suivant;
    http://archives.radio-canada.ca/societe/histoire/dossiers/3533/
    Vive Champlain!

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Considéré comme le père de la Nouvelle-France, Samuel de Champlain est le fondateur de la ville de Québec, un grand explorateur, un cartographe et un visionnaire qui a travaillé sans relâche à l'établissement d'une colonie européenne auto-suffisante en Amérique du Nord.
    Champlain en Amérique raconte l'histoire de Champlain et de ceux qui lui ont enseigné comment explorer le territoire nord-américain et comment y survivre. Par le biais de ce film, Mountain Lake PBS explore aussi un nouveau territoire, un peu à l'image de Champlain. En effet, c'est la première fois qu'on diffuse, aux États-Unis et au Canada, un documentaire animé aussi fouillé sur Samuel de Champlain.
    Ce site Web contient une foule d'autres informations sur la vie de Champlain et sur son époque. Il permet également d'entrer dans les coulisses du film afin d'assister à sa création. Dans la section Volet éducatif, des thèmes ont été approfondis afin de permettre aux élèves et aux professeurs de revenir sur toutes les questions soulevées par Champlain en Amérique.
    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:
    http://champlaininamerica.org/fr/
    La musique de ce documentaire est l'oeuvre du groupe Terra Nova des gens de chez nous.
    http://champlaininamerica.org/fr/educators/soundtrack/soundtrack.html
    Vive Champlain!

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Merci, madame, pour cette intéressante référence. Je vais certainement me procurer ce livre.

  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    10 avril 2011

    Toujours un bonheur de vous lire.
    Curieux que ce soit des anglo-saxon qui redonne à Champlain sa véritable dimension historique.
    ...
    Le rêve de Champlain fut d'abord celui d'établir une colonie française en Amérique:
    " Entre tous les arts les plus utiles et excellents, celui de naviguer m'a toujours semblé tenir le premier lieu (...) .C'est cet art qui m'a des mon bas age attiré à aimer et qui m'a provoqué à m'exposer presque toute ma vie aux ondes impétueuses de l'océan, et qui m'a fait naviguer et côtoyer une partie des terres de l'Amérique et principalement de la Nouvelle-France, où j'ai toujours en désir d'y faire fleurir le Lys', ( Champlain.lettre à Marie de Médicis, 1613)
    (...)
    ...
    Avant d'arrêter son choix sur Québec comme emplacement de l'établissement de la colonie, Champlain a fut tenter de s'établir sur la côte est américaine:
    ''De là, l'expédition se dirigea jusqu'à la rivière Kennebec, dont l'embouchure est parse­mée d'îles. L'intérêt que cette région éveilla chez les voya­geurs l'emporta de nouveau sur leur désir de se rendre en Floride. On entreprit donc une étude détaillée de la rivière Kennebec et de ses îles, même si on en était déjà arrivé à la conclusion que la ré­gion n'était pas propice à la colonisation. Cette région offrait de nombreuses possibilités, sans compter que sa géographie et son cli­mat semblaient favorables. Mais la rivière Kennebec se situait à la frontière du pays des Almouchiquois, nation avec laquelle ni les Français ni leurs alliés indiens n'avaient conclu d'alliance. Pru­dents, les Français en conclurent qu'ils pourraient se trouver coin­cés entre deux nations en guerre s'ils s'installaient dans la région.''
    (...)
    (Champlain eut il insisté pour établir la colonie à cet endroit,que nous n'existerions pas comme peuple français en Amérique: La poussé démographique des anglo-saxons qui allait suivre sur les côtes antlantique nous aurait submergé par le nombre et balayé du territoire; comme ce fut le cas pour les hollandais et les allemands. En fait, si les français ont été les seuls à se maintenir en Amérique du Nord, devant la poussé des anglo-saxon, cela tient à deux raisons: Le choix de faire alliance avec les amérindiens; et de Québec comme choix définitif comme lieu de l'établissement de la colonie. Deux choix que l'on doit à l'intelligence géopolitique de Champalain)
    Le choix de Québec. :
    " Ayant dépassé la pointe orientale de l'ile, je cherchais un lieu propre pour notre habitation. Je n'en pus trouver plus commode, ni de mieux situé que la pointe de Québec, ainsi appelé par le peuple d'ici. La terre était belle à voir, remplie de noyers et protégée par un promontoire brillant sous le soleil. Aussitôt, j'employai une partie de nos ouvriers à les abattre pour y faire notre habitation. Le temps à bien montré que mon choix était le bon et que j'ai eu raison de persévérer dans mon dessein de travailler àl'établissement de colons en ces lieux" (Champlain le fondateur de Québec,Texte Émilie Cappela Magelan et Cie ).
    ....
    L' Abitation de Québec (orthographe de l'époque), n'était pas un simple poste de traite mais bien un établissement: Une place forte qui permettait à Champlain de remplir son mandat politique, celui de peupler et mettre en valeur le territoire. Le point d'ancrage d'où allait rayonner la colonie française sur le continent.Bref un embryon d'État (géopolitique)
    .....
    Le choix de l'alliance avec les amérindiens:
    L'auteur du livre, Le rêve de Champlain, David Hacket Fisher, le considère comme le plus grand explorateur à avoir arpenté le continent américain. Le seul européen qui a établi une relation de nation à nation avec les amérindiens. Un choix stratégique qui s'est maintenu et qui nous a permis que prenne racine et un élan critique durant 150 ans, contre les vents de L'histoire, un peuple francais en Amérique.
    Cette alliance avec les amérindiens pour la suite de l'histoire fut voulu par le ''Bon Roi'' Henry IV, lequel était curieux de ces peuples du nouveau monde depuis que certains amérindiens avaient séjourné en France, amené là par des expéditions antérieurs. (Une anecdote révélatrice. Le Roi hébergeait sous son toit un petit indien avec qui il partageait son assiette; son nom: Petit Canada ). Lors de son voyage Champlain ramenait donc certains d'entre eux pour faciliter l'alliance:
    ''D'après Champlain, l'un des deux Indiens fit un discours dans lequel il raconta à l'assemblée comment il avait été reçu à la cour et comment il avait été traité en France. Il conclut en ces mots: «Sadite Majesté leur voulait du bien et désirait peupler leur terre, et faire la paix avec leurs ennemis (qui sont les Iroquois) ou leur envoyer des forces pour les vaincre.» L'Indien décrivit égale­ment les châteaux et les palais qu'il avait vus en France, ainsi que le mode de vie des Français. À la suite de ce discours, que tous écou­tèrent en silence, Champlain et Pontgravé furent invités à fumer avec les Indiens rassemblés.
    Champlain rapporta alors la réplique du grand Sagamos: «II commença à faire sa harangue à tous, parlant posément, s'arrêtant quelquefois un peu, et puis reprenait sa parole, en leur disant: Que véritablement ils devaient être fort contents d'avoir sadite Majesté pour grand ami. Ils répondirent tous d'une voix: ho, ho, ho, qui est à dire: oui, oui. Lui, continuant toujours sadite harangue, dit: Qu'il était fort aise que sadite Majesté peuplât leur terre et fît la guerre à leurs ennemis, qu'il n'y avait nation au monde à qui ils voulussent plus de bien qu'aux Français.»
    ....
    De tout les personnages de notre histoire Champalin fut le plus déterminant: Un fondateur d'État.
    JCPomerleau

  • Archives de Vigile Répondre

    10 avril 2011

    Malgré et surtout les éloges du Globe and Mail, du Toronto Star, du New York Times qui me faisaient hésiter à commander ce livre sur Champlain, j'ai tout de même osé. Je devrais le recevoir à la mi-avril de ma librairie.
    J'ai cherché une arnaque, j'ai même consulté, mais voilà que vous soulevez un aspect très important.
    Bien sûr, je me plongerai dans cette biographie dès que je l'aurai en main.
    Nous en reparlerons.