La continuité de notre identité historique à sauvegarder prioritairement

L'écrivain Maurice Dantec dénonce le métissage érigé en dogme de domination

Le Québec est à haut risque sur ce plan

Tribune libre


Le metteur en scène québécois Dominic Champagne (3 spectacles du Cirque du Soleil) déclarait l'autre jour à Mme Bazzo que ce qui lui manquait le plus actuellement était les gens au franc-parler à la Falardeau qui n'avaient pas peur de ruer dans les brancarts des bien-pensants. L'écrivain français réputé Maurice Dantec, maintenant établi au Québec, est peut-être l'un de ces audacieux de l'opinion.

Maurice Dantec n'a pas la langue dans sa poche lorsqu'il analyse les tendances de société imposées par les élites déconnectées et les pseudo intellectuels savants (comme dans idiot savant). Il a le courage de transgresser les interdits et la censure des tenants de la rectitude politique qui veulent conserver le contrôle de la société en faisant taire leurs opposants. Sa cause est juste.

M. Dantec démontre sans l'ombre d'un doute le danger que courent les nations et cultures avancées de ce monde si elles ne réagissent pas à temps à la menace de désagrégation qu'entraîne le brassage migratoire désordonné, à partir du tiers-monde sous-développé vers l'occident civilisé, des boat-people en passant par les simulacres de réfugiés politiques ou bien encore tout simplement par les vannes ouvertes des politiques migratoires officielles aveugles.

Maurice Dantec dénonce l'idéologie actuelle qui vante le métissage en tant que supériorité humaine:

"...pour que nous n’ayons plus rien à quoi nous rattacher, plus aucune signature, plus aucune légitimité à prononcer ces deux mots : chez nous ou simplement nous.

Justifier l’invasion de partout par l’affirmation que nous venons de nulle part. Que nous ne devons rien à personne. Pas d’ancêtres, pas de terres, rien. Brouiller toutes les pistes, tous les repères. Leur objectif est de gommer ce nombril que l’on a sur le ventre. De nous faire oublier que l’on a de la mémoire. De nous rendre orphelins. Pour finalement nous anéantir."

(fin de la citation)

Source:
http://ca.altermedia.info/general/le-metis-est-laryen-du-xxieme-siecle_3879.html


En tant que nationalistes, nous devons avoir à coeur de préserver les nombreuses caractéristiques léguées par les générations passées. Les composantes historiques de notre société doivent être respectées si on tient à ce que l'immigration non-occidentale aux valeurs irréconciliables ne soit pas la source de désagrégation de notre société.

Toute société possède une série de caractéristiques qui font qu'elle est ce qu'elle est et pas une autre. Ces composantes sont le fruit de générations d'affinage et méritent à ce titre d'être protégée de la lente érosion qui l'altérera à jamais.

Notre nation est d'origine européenne, française, de tradition catholique, de mentalité occidentale, avec un mode de vie et un ensemble de moeurs bien établies et différentes des autres. etc. Il n'y en a pas d'autres comme nous. À ce titre, rien au monde ne peut justifier que notre société homogène prenne soudainement le visage de tous les pays pauvres du tiers-monde miséreux. Ce n'est pas nous. Chaque pays doit valoriser ce qu'il est depuis toujours. Et nous ne sommes tout simplement pas un peuple issu du tier-monde. C'est une simple question de préserver notre identité fondamentale, qui est belle, formidable et unique au monde, et qui n'a pas à devenir autre chose que ce qu'elle est fondamentalement.

Un champ de framboises doit contenir des... framboises!

Le Québec, ce n'est pas qu'un territoire avec n'importe qui dedans, n'importe qui qui veut y habiter. Il faut que ses habitants concourent à transmettre la continuité identitaire qui a toujours été la nôtre, celle qui tisse les liens qui nous unissent, celle qui fait qu'on est tricotés serrés. Car si on laisse faire, ce ne sera plus le même pays que nous avons fondé et bâti pour nous refléter.

Bien sûr, nous apprécions toutes ces diverses cultures et tous ces groupes ethniques et allons les visiter en touristes. Mais nous n'avons ni l'obligation, ni le devoir de finir par leur ressembler à plus ou moins brève échéance. Rien ne justifie notre propre effacement, notre propre diminution devant tout autre culture qui cherche à s'implanter ici, quelle qu'elle soit.

Une société qui ne sera pas à notre image canadienne-française sera un jour simplement canadienne et passera massivement à l'anglais dans le temps de le dire, dès qu'ils formeront la majorité qui peut changer les lois à son avantage. Qui pourrait encore en douter?

Ayons la fierté d'affirmer et de défendre qui nous sommes en cette terre qui est la nôtre.
Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie555 articles

  • 1 029 656

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire une grande fierté d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 555 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion s'étendant sur une période de plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    24 septembre 2011

    M. Labrie,
    Encore milles mercis pour votre franc-parler. Falardeau est mort, mais la jeune relève est bien présente pour reprendre le flambeau. Il serait fier de nous, de ne pas baisser la tête.
    Falardeau est de son époque, du FLQ et des luttes sociales, sauf que le Québec qu'il rêvait avec le soi-disant mythe René Lévesque est mort avec lui, avec ses rêves. Nous comprenons aujourd'hui que les combats ont changé. Nos amis d'hier étaient britanniques, anglos, canadian alors que nous étions entre sujets Européens.
    Ces luttes du passé sont bel et bien finies, et doivent être enterrées le plus rapidement possible.
    Nos ennemis d'aujourd'hui sont les « mondialistes » apatrides qui, aussi souvent issus de notre peuple que d'autres peuples nouvellement atteris chez nous, veulent NOTRE propre destruction. Malheureusement, trop souvent des petits blancs boutonneux qui veulent la mort des identités occidentales.
    Dantec stipule que le Métis est l'Aryen du XXIe siècle et il a raison. Nous sommes que de «sales blancs», des colons racistes, que le mal leur ait pris d'être nous-mêmes, de résister à leurs propagandes et leurs mensonges. Leurs slogans sont aussi sournois que méprisants, car ils veulent rien d'autres que la disparition de nos origines et de nos identités dites européennes, canadiennes-francaises et québécoises « de souche».
    Chez Québec Solidaire et plus récemment au NPD, ils sont légions...
    nationalistement,
    Jean Voyne

  • Archives de Vigile Répondre

    19 septembre 2011

    D'où vient que Montréal ne peut intervenir dans notre noyade sous les allo? D’où nous vient le marasme moderne de Montréal? …de cette vicieuse DÉFUSION assenée par Charest dès son entrée en mission d'occupation à Québec! Le maire doit rendre comptes aux municipalités indépendantes, majoritaiement de langue anglaise, à l’ouest de l’île : Westmount, TMR, CSL, Dorval, Pointe-Claire, DDO, Beaconsfield, Kirkland, Baie d’Urfé, Ste-Anne Bellevue, Senneville… de plus, maires d’arrondissements quasi autonomes… ville piégée, ingouvernable. Partie du plan canadianisateur.

  • Archives de Vigile Répondre

    19 septembre 2011

    «Justifier l’invasion de partout par l’affirmation que nous venons de nulle part. Que nous ne devons rien à personne. Pas d’ancêtres, pas de terres, rien»
    Tellement vrai. Sur un blogue francais on apprenait que 48% des enfants américains nés en 2008, contre 37% en 1990, sont issus des minorités ethniques. En 2010, on était montés à 52%, donc les enfants blancs étaient maintenant minoritaires à la naissance aux États-Unis.
    Ce qu'il y avait de juteux c'est le commentaire du nick AlgerianGeek qui traduit très bien ce que dit Danec
    AlgerianGeek
    Quoi de plus normal que les blancs redeviennent minoritaires dans un pays (ou même un continent) qui à la base n'était pas peuplé de blancs
    ---
    Beaucoup d'Africains débarquent ici avec cette mentalité à savoir que nous ne sommes que de petits colons blancs et que le continent appartient en fait aux Indiens, aux vrais autochtones
    http://www.lefigaro.fr/international/2010/03/11/01003-20100311ARTFIG00598-etats-unis-les-minorites-seraient-majoritaires-en-2050-.php

  • Archives de Vigile Répondre

    19 septembre 2011

    Dantec joue le jeu des mondialistes.
    Il faut être aveugle pour ne pas voir que les immigrations massives que subissent les nations "démocratiques" sont loin de se transformer en métissage mais plutôt en communautarisme qui déstabilise les cohérences nationales et ainsi empêche les majorités électorales. C'est l'éclatement interne et le contrôle par des minorités dont les partis recoivent alors le financement des puissants.
    Le discours de Dantec vise à maintenir cette appartenance communautaire par ses distinctions douteuses entre un monde civilisé et tier-mondiste. Or, si on suit sa logique celui-ci n'a aucune objection à ce que la minorité Anglaise (supérieure) au Québec assimile le tout Montréal et pourquoi pas le Québec en entier.
    Car ces êtres supérieurs que loue Dantec ce ne sont pas les Québécois. Falardeau je suis sûr n'accepterait pas de servir ainsi de model à l'idéologie raciste de Dantec.
    Le métissage est impératif pour l'évolution et la santé d'un peuple, mais impossible par une immigration massive et incontrôlée.
    Le métissage n'est pas le but de ces immigrations barbares.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 septembre 2011

    Il se pourrait que notre nation soit un leurre. De toutes nos élites, le Chanoine Groulx fut peut-être le plus franc : il parlait des efforts de survivance canadienne-française, tout comme Henri-Bourrassa. Le sujet était clair, il s’agissait de tendre vers une cohésion pour échapper à la domination du conquérant. Aujourd’hui que la canadianisation connaît une croissance accrue, on voudrait nous faire croire le contraire.
    Les Premiers ministres du Québec comme du Canada nous rassurent sur l’état de la culture française à Montréal. Parmi les chroniqueurs mercenaires à cette fin, l’un des plus vicieux, Benoît Aubin récidive aujourd’hui : « Nos réflexes linguistiques sont encore conditionnés par la situation qui prévalait en 1970 : l'anglais était la langue du boss, le bilinguisme était une soumission; les immigrants passaient tous à l'anglais et nous étions une tribu isolée qui avait fait de sa langue populaire un objet de revendication politique et identitaire. Oubliez ça ! »
    Il déclare : « Nous ne sommes plus une minorité menacée qui sent le besoin de se retrouver et de s'affirmer en parlant son patois.Nous sommes devenus une majorité, une terre d'accueil. C'est un statut qu'il nous faut assumer. » Voilà, pour ces gens, nos batailles sont gagnées. Il faut maintenant « nous ouvrir au monde » et nous faire moins protectionnistes.
    Or la réalité est toute autre. Craindre que les Chinois du Plan nord ne fassent de nous de simples manœuvres, c’est oublier que depuis la conquête, nous n’avons jamais été autre chose que des bras au service des canadianisateurs. L’historien de la ville de Montréal, Paul-André Linteau, nous informe du renversement, vers 1840, de la population de langue française, de 19,000 à travers 43,000 immigrés de langue anglaise qu’avait commandé Lors Durham après les Rébellions de 1837. La portion ouest de la ville était déjà passablement développée. Comment se développa l’est(1860-1910)? Il s’agissait de servir les usines nécessitant de la main d’œuvre peu qualifiée : savon, coton, sucre, tabac, bateaux, chemin de fer…(La rue Ste-Catherine. Au cœur de la vie montréalaise, éd. De l’Homme, 2011)
    Était-ce différent en régions? F.-A. Savard nous décrit bien la chantiers de la Price en Charlevoix., tout comme en Mauricie. On connaît les maîtres des mines en Gaspésie et en Abitibi.
    Il va s’en trouver pour dire que la Révolution tranquille a tout renversé. Or, nos grands employeurs de descendance française ont un peu pâli : Bombardier construit au Mexique, Lavallin multinationale, un chapitre à lui-seul, Hydro-Québec, et le moteur-roue… Que s’arrachent les jeunes comme emplois? Les multinationales électroniques, informatiques, télécom, valeurs mobilières, assurances, banques… même Desjardins, dans ses services spécialisés est devenu fusionnel…
    Ainsi, le sentiment de nation distincte, l’appartenance au territoire, l’idée de « transmettre la continuité identitaire qui a toujours été la nôtre, celle qui tisse les liens qui nous unissent, celle qui fait qu’on est tricotés serrés. » on ne s’étonne pas que ça laisse de glace notre belle jeunesse « mondialisée ». Nous aurions plutôt développé, depuis le massacre des coureurs de bois, joyeusement métissés aux « petites sauvagesses », un réflexe de mercenaires. On se ré-intéressera à la Patrie, quand ça sera devenu payant.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 septembre 2011

    Maurice Dantec est un faciste, rien de plus. Pour reprendre les idées de Monsieur Labrie il est tout sauf catholique et son admiration inconditionelle de Nietzche, ses écrits (avez vous au moins lu un de ses ouvrages Monsieur Labrie ?, je l'ai fait), le surhomme...est tout droit dans la ligne des théories de domination raciale et d'ethno-facisme.
    Il n'y a heureusement plus grand monde pour souhaiter la continuation d'un Québec immobile, figé dans dans le purin campagnard, les belles soirées canadiennes avec ceintures fléchées, les curés et leurs sermons réactionnaires, les interdits bien-pensants de toute sorte.
    C'est cette incapacité de changer et de s'adapter qui a emporté les empires et les états bien avant le Québec (empire anglais après 1945, la France coloniale après 1950, Rome après l'an 300 après Jesus Christ).
    De plus nous n'avons pas recu du créateur ou de quelque pouvoir que ce soit le devoir de perpétrer le Québec par dela le temps de nos vies. Il s'agit d'un fantasme de survivance et les échéances qui attendent nos sociétés (disparition du pétrole, pollution, famines mondiales) emporteront au loin ces prétentions trans-historiques...

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    18 septembre 2011

    Monsieur Labrie,
    Voici une autre sorte d’immigration à caractère expansionniste et de mainmise sur les ressources économiques du Québec facilitée par le premier ministre anti-canadien-français et mercenaire de la politique JJ. Charest avec son ‘’Plan nord‘’ :
    [ La société d'État chinoise Wisco espère construire d'ici 2016 un gigantesque complexe minier de 13 milliards $ dans le Grand Nord québécois.
    En partenariat avec la société canadienne Adriana Resources, Wisco (Wuhan Iron And Steel Group Corp.) veut réaliser au Nunavik le plus grand projet minier de l'histoire du Canada.
    « C'est un projet immense et complexe. Il ne s'agit pas que d'une mine, c'est beaucoup plus grand que ça », a dit le président et chef de la direction d'Adriana Resources, Allen J. Palmiere, en entrevue plus tôt cette semaine depuis ses bureaux de Toronto. ]*
    Avec seulement cet exemple de contrôle sur les ressources économiques du Québec, nous pouvons prédire quelles en seront les conséquences pour l’avenir des Canadiens français.
    JLPM
    _________________
    *. Pour plus de détail sur cette mainmise des ressources naturelles du Québec, consulter l’article de Martin Ouellet publié dans la section lapresseaffaires.cyberpresse.ca : Les Chinois veulent construire un gigantesque complexe minier au Nunavik
    Note. N’oublions pas que les Chinois sont déjà plus de 1 000 000 en Afrique; consulter l’article suivant afin de constater cet expansionnisme démographique chinois qui se fait à l’extérieur de la Chine : L'Afrique est en passe d'être avalée par le géant chinois…
    http://www.bakchich.info/La-Chine-a-l-assaut-de-l-Afrique,03165.html
    Voir aussi ce tableau statistique sur Les Chinois en Afrique
    http://stm-own.france24.com/chinafrica/index.php?...

  • Archives de Vigile Répondre

    18 septembre 2011

    Monsieur Labrie,
    Quand vous dites "de tradition catholique" cette tradition est presque totalement perdue chez les jeunes générations de Québécois "pure laine". Ça fait deux fois récemment que j'ai des exemples. Il y a à l'émission "paquet voleur" de Radio-Canada où une jeune enseignante a répondu qu'un membre d'un conseil de Fabrique était selon elle un sacristain.
    Et une jeune reporter qui voulait parler justement d'un sacristain et qui a dit un "badaud" plutôt qu'un bedeau.
    Moi j'ai deux héritages puisque mon père et ma mère sont tous deux des mélanges Canadien-Français et Écossais. Mais je n'aime pas voir se désintégrer l'ethnie canadienne-française, celle qu'on appelait "pure laine" qu'autrefois les Européens identifiaient comme étant formée de "pièces de gars, bons vivants, bons au hockey etc..."
    On dit assez souvent que de perdre une espèce animale c'est dramatique, alors une ethnie dans l'humanité c'est inconcevable.
    Cependant, les maîtres du monde actuels, c'est à dire la riche aristocratie capitaliste internationale de la finance et des affaires, veut faire exactement ce que monsieur Dantec dit, nous anéantir, parce que ces gens considèrent les nations comme ennemis de leur projet de domination mondiale.
    Et leur projet de domination mondiale c'est d'être maître d'un monde non pas formé de Canadiens-Français, d'Italiens, d'Anglais, d'Allemands, de Japonais, de Mexicains etc... mais d'esclaves sans identité et sans racines.

  • Guillaume Labelle Répondre

    18 septembre 2011

    Mes trois premiers ancetres americains sont arrives bien avant les filles du roy, aussi se sont-ils metissés avec des amerindiens (une de vos civilisations inferieures?). Sans compter cet Irlandais (un autre de vos boat-people?) que mon arriere-arriere-grand-mere a marié, ou encore mon Italien de grand-oncle.
    Je nen dirai pas plus, je crois que vous pouvez comprendre mon point.