L'un des premiers à donner l'alarme dès 2006

L'écrivain Jacques Godbout sur la nation en péril

Poussons l'idée plus loin, anticipons la suite des choses

Tribune libre

Dès 2006, l'écrivain nationaliste Jacques Godbout fut l'un des premiers à donner l'alarme sur la menace faite à la survie de l'identité québécoise provoquée par une immigration tiers-mondiste massive non contrôlée.

Écoutons-le:

L'intervieweur: voulez-vous dire que ce que vous (les nationalistes) avez bâti est menacé?

- On se retrouve avec une immigration de plus en plus importante, qui, curieusement, ramène le religieux dont on s'était débarrassé. Le religieux revient avec le voile, le kirpan, les salles réservées à la prière dans les collèges et les universités, l'érouv qu'il faut tendre autour du quartier. Le religieux revient donc avec l'immigré, qui, lui, n'a pas vécu notre laïcité.

La langue française, elle aussi, est menacée, parce que ce n'est plus une immigration d'individus, comme dans les années 1970: ce sont des tribus qui immigrent, avec leurs costumes, leurs coutumes, leur religion et leur télévision. On sous-estime le fait que la soucoupe branchée sur Al-Jazira ou d'autres chaînes étrangères empêche ces gens de regarder la télévision indigène, qui, elle, ne les intéresse absolument pas. Donc, ils ne s'intègrent même pas le soir en rentrant à la maison. Ils sont entre eux. Sous prétexte de permettre aux individus plus de liberté, on se trouve à détruire une cohésion sociale.

La tribu canadienne-française est en mauvaise posture: elle n'a plus d'enfants! Elle doit mettre fin au retour du religieux qui s'opère par l'intermédiaire du militantisme immigré, musulman entre autres, car il est très dangereux. Une façon d'y parvenir serait de dire: "On vous offre nos églises, elles sont vides. Faites-en des mosquées!" Le jour où on fera ça, le peuple va se rendre compte que quelque chose ne marche pas!
(fin de l'extrait d'entrevue)
Source:
http://www.lactualite.com/societe/2076-la-fin-du-quebec?page=0,2

Autre article complémentaire de Jacques Godbout:
http://vigile.net/Continuons-le-debat-il-ne-fait-que
_________________________

J'ai moi-même écrit à cette époque un texte d'anticipation, avec toute la license créatrice et visionnaire que le genre permet, en réaction à cette réalité précaire résultant du processus d'effritement de la nation qui prend de l'ampleur, et que je vous propose.

Voici un texte étonnamment prophétique rédigé en 2006 sur le futur du Québec. Malheureusement pour les nationalistes enracinés comme nous, la dégradation de la situation actuelle démontre que j'avais vu juste. Même que tout est en train de se produire beaucoup plus vite que prédit alors. La réalité a déjà rattrapé la fiction à Montréal et la dépassera possiblement plus tôt que tard dans le reste du Québec. Et toute cette dégradation s'étant produite en 4 ans seulement, on n'ose imaginer la suite des évènements dans 40 ans!
Pouvons-nous contrecarrer la fin amorcée du Québec?
Titre du texte d'anticipation:

Le revirement du sablier (50% plus 1)
Tel un rêve prémonitoire...

Les futurologues ont déterminé comment pourrait se produire la fin du Québec en l'an 2050 plus un jour:
1- Aussitôt que les anglos et les immigrants issus du tiers-monde et réfractaires à l'intégration atteindront 50% plus 1, ils renverseront toutes les lois protégeant notre peuple, possédant désormais la majorité absolue pour le faire.
La loi 101 sera abolie, l'anglais dominera dans la vie courante, l'affichage et au travail. On nous abordera toujours en anglais. Le revirement de situation sera brusque et total.
On ne l'aura pas vu venir.
2- Comme ils seront devenus la majorité, ils oblitéreront notre culture, nos moeurs et notre histoire puisqu'ils n'ont aucune espèce d'attirance pour ces derniers; jamais ils ne développeront d'attachement envers ceux-ci, que de l'indifférence totale ou du mépris.
Le reste du Canada accourra en masse pour nous achever en nous noyant dans leur nombre, maintenant que la voie sera libre.
En attendant le jour X, ils nous font accroire qu'ils apprennent le français (à contrecoeur et juste le strict minimum) et nous aiment, mais c'est un leurre! Ils nous font accroire cela juste en attendant de nous dépasser en nombre.

Une fois atteint les 50% plus 1, Ils vont virer capot soudainement et sans prévenir, frapper dans le dos et prendre le contrôle. Et nous étant devenus minoritaires, tout recours aux lois pour nous protéger sera impossible. Ce sera la fin historique de notre peuple.
3- Chaque nouvel arrivant du tiers-monde optant pour l'anglais, refusant l'intégration et pratiquant le communautarisme est un grain de sable dans le sablier de notre perte qui s'ajoute aux anglos. À 50% plus 1, le sablier se retournera pour nous enliser et c'en sera fait de nous, irrémédiablement submergés par le nombre.
Monsieur Parizeau, le mal-aimé, l'incompris, l'un des pères de la nation, aurait donc vu juste! Bien qu'étrangers, ils ont commencé par nous refuser la victoire du référendum, et bientôt ils seront nos maîtres absolus, les nouveaux dominants.

50% plus 1, ça s'en vient, c'est pas loin.

(fin du texte d'anticipation)
D'après vous, si le Québec venait qu'à disparaître, quels seraient les scénarios envisageables?
À lire également, de l'ex-ministre nationaliste Jacques Brassard:

http://vigile.net/L-anglicisation-rampante

Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie537 articles

  • 1 009 096

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    23 avril 2010

    Bonjour, M.Labrie,
    M. Godbout, en 2006, avait parfaitement raison sur la nation en péril. Ce péril pour la nation canadienne-française a été officialisé en 1867 cependant.
    John A. MacDonald, premier ministre canadien en 1869, était membre de la loge orangiste de Kingston depuis 1840. Il a fait pendre Louis Riel. Il pouvait compter sur des canadiens-français comme Adolphe Chapleau, Georges-Étienne Cartier, Wilfrid Laurier et combien d'autres, qui nous ont trahis pour servir la race-anglo-saxonne hypocrite et perfide. Trudeau était un admirateur de MacDonald. Pour nous, Québécois, le drame se perpétue. La liste des traîtres à notre nation continue de s'allonger. Par notre ignorance, par manque de courage, par inertie ou par la lâcheté de nos "élites", nous avons permis que la situation se détériore.
    Les futurologues se trompent, comme d'habitude, la date de 2050 est par trop optimiste pour la fin de notre histoire. 2030, c'est le maximum, compte tenu de notre
    inconscience.
    Lawrence Tremblay.