L’austérité n’est profitable qu’aux riches

L’austérité des assassins financiers

Rendre le peuple coupable et lui faire payer la dette

Tribune libre

La volonté des peuples est de s’émanciper de la tutelle des assassins financiers. Et le Québec n’y échappe pas. Cependant on n’en parle pas beaucoup. Dans nos médias. Pourquoi? Tout simplement parce que nos médias appartiennent aux puissants groupes industriels financés par les banques. Ces empires sont au-dessus des peuples.

Même le peuple américain, le plus puissant au monde, est tombé en récession depuis la crise de 2008. Beaucoup de citoyens ont perdu leur emploi et leur maison. Ici au Québec, nous avons perdu « seulement » 40 milliards de dollars dans notre caisse de retraite, et personne n’a été accusé ou trouvé coupable. Personne n’a été condamné et mis en prison. La Commission Charbonneau n’a fait que décrire l’ampleur de la collusion et de la corruption dans le domaine de la construction. J’ai bon espoir qu’un jour, les peuples vont mettre en prison ces assassins financiers à la tête de multinationales, de banques centrales, de la Banque mondiale, du FMI, de l’OMC et des Agences de notations Moody, Standard & Poor et Fitch, etc.

À date, un pays a réussi ce tour de force. Tout en protégeant les épargnes de ses citoyens, l’Islande a laissé les banques faire faillite et jeté des banquiers en prison. Le pays est parvenu à ce résultat, en créant des emplois, en ne payant qu’une partie de sa dette internationale, sans sacrifier son système social et les dépenses du gouvernement. Depuis 2011, elle a abaissé sa dette de 95% à 55%. Ailleurs dans le monde, (Canada, États-Unis, Europe, et autres) ont préféré sauver les banques, en renflouant leurs coffres avec l’argent des travailleurs et des épargnants de la classe moyenne.

Le premier ministre grec Alexis Tsipras réussira-t-il ce même tour de force? Les dirigeants grecs corrompus soutenus par les assassins financiers ont conduit la Grèce au bord de la faillite. Mais ce n’est pas facile d’être un « antisystème ». Les assassins financiers font la loi et se comportent en maîtres du monde. John Perkins, dans son célèbre livre, « Confessions of an Economic Hit Man», a révélé comment les organisations internationales, telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), tout en annonçant publiquement sauver les pays et les économies en souffrance, (en faisant de la propagande mensongère), leurrent plutôt les gouvernements en leur promettant une croissance surprenante, de superbes infrastructures et un avenir de prospérité économique incroyable.

Ces organisations mondialisées ne demandent qu’une seule chose aux pays en difficulté de paiement, de leur emprunter des sommes faramineuses en échange de leurs richesses et ressources naturelles. C’est ainsi que les pays s’effondrent sous le poids de dettes écrasantes et insoutenables. C’est dans cette optique qu’est apparue la solution magique de l’austérité.

L’austérité n’a qu’un but : rendre le peuple coupable et lui faire payer la dette. « Oui, chers citoyens, vous ne travaillez pas assez, vous dépensez trop et vous vivez au-dessus de vos moyens. Serrez-vous la ceinture, dans quelques années, l’économie va reprendre et vous allez gagner beaucoup d’argent. Nous, les ploutocrates des grandes sociétés financières, nous savons mieux que quiconque ce qui est bon pour vous et voici les outils que nous vous proposons pour sortir de la crise : augmenter les taxes et la tarification des services, diminuer les impôts des entreprises, couper les dépenses de l’État, vendre les services publics (santé, éducation, prison, électricité, système d’épuration et de distribution de l’eau, transport, infrastructures, et autres) aux entreprises privées.

Comme par hasard, ici au Québec, nous avons entendu parler de la privatisation d’une partie d’Hydro-Québec et de la SAQ? Le Cirque du soleil se retire petit à petit de notre écran radar. Qui s’enrichit en investissant dans des grands projets d’infrastructure comme le CHUM, le COSUM de Montréal, aéroports, routes et chemins de fer dans le Nord du Québec, la cimenterie de la Gaspésie, le futur pont Champlain, etc.? Si je me souviens bien, ce sont les taxes des contribuables qui ont payé et qui paient encore pour le stade olympique? Personne n’a été imputable et condamné à la prison pour les dépassements de coût et de ne pas avoir encore un toit fonctionnel sur ce stade?

Pourtant, les grands intérêts économiques et les médias soutiennent massivement l’austérité. Et nous savons tous que cela ne fonctionne pas. Ces gens ne veulent pas un Québec uni. Nous devons comprendre cela. Je mets en garde contre la bête immonde de la division. Ils veulent diviser pour régner. Ils ne veulent pas de règles et de régulations standardisées. Que feraient nos grandes banques et sociétés financières sans paradis fiscaux? Elles luttent contre les lois sociales et environnementales. Ces grandes sociétés veulent maintenir le statut quo pour continuer de s’enrichir. Curieusement le PIB canadien (et québécois) augmente chaque année depuis une quarantaine d’années, alors que la classe moyenne s’appauvrit et voit son pouvoir d’achat diminuer, même si les femmes sont arrivées sur le marché du travail et apportent un deuxième salaire à la maison. Conclusion, c’est le PIB des riches qui augmentent. Le Canada, comme pays, a un écart de revenu parmi les pires pays au monde, estime l'OCDE.

Plusieurs pays ont renégocié leurs dettes et fait baisser leurs paiements. Nous l’avons vu avec l’Islande, le Brésil, l’Argentine, le Venezuela, l’Équateur et la Grèce présentement. C’est un geste intelligent. Tous ces présidents, doivent être conscients que s’ils s’opposent trop fortement au système, les assassins économiques ne seront pas contents et que s’ils ne parviennent pas à leurs fins, alors ils vont élaborer dans l’ombre des moyens pour les écarter du pouvoir : en créant de toute pièce un scandale public de drogue comme dans le cas de Bill Clinton, un scandale sexuel relié à Strauss-Kahn au FMI.

Le plus souvent, ils procèdent à un renversement de gouvernement par un coup d’État comme ils l’ont fait au Honduras et qu’ils tentent de faire, aujourd’hui, en Syrie depuis déjà quatre ans. Il y a quelques années, ils sont intervenus en assassinant des présidents opposés au système comme Saddam Hussein en Irak et Mouammar Kadhafi en Libye, ou encore en exerçant une pression telle que des dirigeants ont dû fuir comme dans le cas de la Tunisie et de l’Égypte.

Ces dirigeants doivent être tout-à-fait conscients qu’ils sont dans des positions très vulnérables : s’ils s’opposent ou vont trop fermement à l’encontre du statu quo, ils seront éliminés, d’une manière ou d’une autre. Et ici, soyons réalistes, si Pierre-Karl Péladeau a l’intention de faire du Québec un pays, sa vie est menacée de toute part. Même si nos élites politiques et les multinationales affirment haut et fort qu’elles défendent la démocratie, elles ne travaillent pas sur la base de la démocratie, mais sur la base du statut quo, du marché néolibéral établi depuis 200 ans, de l’exploitation et du profit à tout prix. Les peuples, l’environnement, la biodiversité, la diminution des ressources naturelles ne les importent peu.

Aujourd’hui, n’acceptons pas nos pertes d’emplois au Québec. Les seuls à être blâmer, ce sont nos dirigeants politiques et non pas le peuple québécois. Nous, les gens de la classe moyenne ne méritons pas de subir l’AUSTÉRITÉ, l’AUSTÉRITÉ et l’AUSTÉRITÉ. À la classe politique, nous demandons de cesser de détruire notre classe moyenne, de ramener l’emploi, d’innover dans les domaines de transformation, de réclamer notre dû de droits de passage à travers les voies d’accès du Québec. L’AUSTÉRITÉ N’EST PROFITABLE QU’AUX RICHES, AUX MULTINATIONALES ET AUX SOCIÉTÉS PRIVÉES QUI DÉVORENT TOUT SUR LEUR PASSAGE.

Marc Jutier
Peuples VS banksters
http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/peuples-vs-banksters-les-peuples-169301

Crise finale du capitalisme
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/crise-finale-du-capitalisme-ou-3e-137789

Une civilisation s’éteint, une autre s’éveille
Table des matières et les 380 liens URLs du livre
http://www.jutier.net/contenu/alternet.htm

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 115 608

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Marius Morin Répondre

    17 juillet 2015

    @Yvan Parent
    Merci à toi Yvan Parent pour enrichir cette réflexion. Le problème derrière les banquiers, les multinationales, le FMI, la BM, la Banque européenne, l’OMC, il y a les grandes familles : les Rothschild qui depuis le XVIIIe siècle œuvrent dans le domaine des banques et de la finance et la famille Rockefeller qui promeut le nouvel ordre mondial, pour ne mentionner que ces deux grandes familles. Les nations sont bien petites devant ces monstres de la finance (y compris le président américain et son congrès) qui tirent sur les ficelles en manipulant la FED. Elles ont mis dans leur poche, l’Union européenne à la suite des États-Unis. Heureusement que leur plan sur le monde est en train de se fissurer et de se modifier avec les BRICS, passant d’un monde unipolaire à un monde des régions économiques et des nations souveraines. Les peuples vaincqueront un jour.

  • Ivan Parent Répondre

    17 juillet 2015

    M. Morin, bravo pour ce cri d'alarme. Les commentaires qui suivent votre article sont aussi très explicites. À plusieurs reprises, ici même sur Vigile, j'ai parlé du livre de John Perkins sur les assassins financiers et je croyais que les paroles avaient été perdues dans le vent. L'étranglement de la Grèce remet à l'avant-plan tout ce mécanisme d'étouffement des nations ayant pour but cette fameuse mondialisation, cet esclavagisme mondial au profit des banquiers. J'ai, à plusieurs reprises, dénoncé le modus operandi de ces banquiers, la base de leurs actions mais, il m'est impossible de l'appeler par son nom car Vigile ne me publierais pas. Cette méthode est décriée comme étant fausse, mais elle s'avère au fur et à mesure de ses applications dans le quotidien dont la Grèce sert d'illustration patente, explosive. L'article de Richard Martineau que j'ai dénoncé il y a quelques jours démontre l'ignorance et la duplicité de la faune journalistique...pas tous heureusement mais, ceux qui travaillent pour les grands médias, sont complices sous peine de chômage. Il est devenu surprenant que des personnes comme John Perkins n'aient pas été assassinés pour leurs déclarations, leurs dénonciations. Il est vrai aussi que si Pierre Karl Péladeau, devenu premier ministre, travaille efficacement à l'indépendance du Québec, sa vie sera en danger. La seule solution serait l'union de tous les Québécois mais, là, c'est beaucoup demander.
    Merci M. Morin et merci à tous ceux qui ont écrit autant d'excellents commentaires.

  • Gérard Lamontagne Répondre

    15 juillet 2015

    M Morin
    Merci de si bien expliquer ce qui se produit présentement dans le monde. Je suis un profane de la finance et de la politique , mais comme vous j'ai lu le livre de John Perkins «La confession d'un assassin financier», et je fus scandalisé des moyens utilisés pour pousser dans la gorge des dirigeants des pays des énormes montants d'argent pour réaliser des projets dont le peuple ne profitera aucunement.
    On envoie la CIA pour les dirigeants récalcitrants, et on retrouve leurs restes dans des débris d'avions. Et si la job est trop grosse comme l'Irak, alors on envoie les forces armées détruire le pays pour le reconstruire avec son argent venant de ses ressources , mais nos entrepreneurs, comme le prévoyait un dénommé Wolfowitz.
    M Morin, maintenant que vous avez exposé le problème, avez-vous une solution à suggérer afin que je me conforte et conforte mes amis qui voient le monde comme vous , sans issue pour les populations.

  • Marius Morin Répondre

    14 juillet 2015

    @Réal Pelletier
    Merci M. Pelletier de contribuer à cette réflexion en nous référant à l’article de Paul Krugman, économiste et Prix Nobel d’économie. Excellent article!

  • Marius Morin Répondre

    13 juillet 2015

    Une vidéeo simple, sensible et vraie sur les "pinces" de la dette:
    Étienne Chouard Vidéo http://www.dailymotion.com/video/x25kbnj_etienne-chouard-la-situation-n-est-pas-catastrophique-pour-ceux-qui-financent-les-elus-ce-soir-ou-ja_tv

  • Réal Pelletier Répondre

    13 juillet 2015

    Dans la veine de votre article, monsieur, il faut lire l'article de fond que publie The Guardian sur l'austérité pratiquée en Grande-Bretagne, un article signé par nul autre que Paul Krugman, économiste et Prix Nobel d'économie.
    On obtient le texte en tapant sur Google les mots suivants :
    Paul Krugman Austerity The Guardian
    Bonne lecture,
    Réal Pelletier,
    journaliste retraité