Justin Trudeau n’a pas la légitimité de contester la loi 21, dit François Legault

95c43660f37c620450b490cf9ca1ea2b

Ça recommence raide !


Malgré la victoire de 35 libéraux au Québec, Justin Trudeau n’a pas la légitimité nécessaire pour contester la loi sur la laïcité, a indiqué le premier ministre François Legault, au lendemain de l’élection d’un gouvernement minoritaire à Ottawa.


«Je ne pense pas», a laissé tomber le premier ministre du Québec, lorsque questionné en ce sens lors d’un point de presse.


Réagissant aux résultats de l’élection fédérale, M. Legault a rappelé que les libéraux de Justin Trudeau n’ont obtenu que 33% du vote populaire.


En revanche, les Québécois ont envoyé un «message clair» pour le respect de la loi sur la laïcité, s’est réjoui le chef caquiste.


«Ce qui est clair, encore plus aujourd’hui qu’il y a un an, c’est qu’il y a une grande majorité de Québécois qui appuient la défense des valeurs québécoises», a dit M. Legault.





Photo Simon Clark




Il a d’ailleurs laissé entendre que libéraux et néo-démocrates auraient pu faire mieux s’ils n’avaient pas laissé la porte ouverte à une possible intervention du fédéral pour contester la loi sur la laïcité.


«Le message est clair: si vous voulez plus d’appuis la prochaine fois, appuyez le projet de loi 21», a résumé M. Legault.


Un vote «nationaliste»


Contrairement à ce qu’a avancé le chef péquiste Pascal Bérubé, François Legault voit, dans le retour d’une trentaine d’élus bloquistes à Ottawa, l’expression d’un «vote nationaliste québécois», plutôt qu’une résurgence du mouvement indépendantiste. «Les Québécois n’ont pas le goût de la souveraineté», croit M. Legault.


Selon lui, ce vote nationaliste devra notamment se traduire par davantage d’autonomie pour le Québec et le respect de ses compétences, que ce soit en santé, en éducation, en immigration ou en environnement.





Photo Simon Clark




Dans un contexte de gouvernement minoritaire, M. Legault croit que Justin Trudeau, qui demeurera son «principal interlocuteur», «n’aura d’autre choix que de tenir compte de la volonté des Québécois».


Le message vaut aussi pour les néo-démocrates, qui détiendront la balance du pouvoir, mais possiblement pendant une courte période, en raison de la menace d’un scrutin hâtif. «Pour améliorer leurs appuis au Québec, il va falloir qu’ils prennent en compte les priorités des Québécois», a prévenu le premier ministre.


Pour ce qui est des nouveaux arrivants et de la question des seuils, M. Legault a rappelé que l’idée n’est pas d’être «contre l’immigration», mais plutôt de «protéger ce que nous sommes», afin de ne pas verser dans les «extrêmes» comme dans certains pays.








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.