Finie la superstition religieuse

L'auteur rappelle à Mgr Ouellet qu'il a passé trop de temps à faire des effets de soutane dans les couloirs du Vatican pour comprendre les changements intervenus au Québec durant son absence.

D421e99c581315dc086839f06b4d7084

Laïcité - Débat québécois


(Au cardinal Marc Ouellet) - Votre déclaration sur la persécution de l'Église catholique au Québec est encore une démonstration de l'incommensurable orgueil qui prévaut comme une tradition dans la haute hiérarchie catholique. La Vraie Foi, la Sainte Église, la Vérité éternelle, le Vicaire du Christ, le péché contre l'Esprit, la mission universelle etc. Tous des signes d'une folie des grandeurs, d'un goût immodéré du pouvoir et d'un manque de respect pour l'opinion des autres.
Comment ne pas réagir devant un donneur de leçons qui ne vise qu'à consolider son autorité sur la conduite du prochain? Je ne peux comprendre qu'un homme normal arrive à croire qu'il a été désigné par un être supérieur pour diffuser la seule vraie vérité et la faire servir à son profit. N'est-ce pas faire injure aux convictions des autres et prêter des limites à l'intelligence de l'être supérieur?
L'Église catholique, comme toutes les églises, est une propagandiste de l'ignorance et une adversaire de la dignité de l'homme face à l'immensité de l'univers. Elle cherche à le convaincre qu'il est d'une autre essence à condition de plier les genoux devant ceux qui se disent les ponts avec Dieu et embrassent leur anneau. Façons d'un âge d'obscurantisme et de servitude.
La vraie culture est dans la découverte de notre monde par la science et dans l'humilité des humains devant la grandeur et la complexité de la Nature. Un dieu inventé par l'homme n'a rien à voir avec cet exercice de la recherche de notre identité et de notre place dans le réel. La fameuse Révélation de votre Église n'est qu'un moyen d'asseoir les avantages de sa haute hiérarchie. L'exploitation de l'anxiété face à notre destin, de la souffrance et du désir de se survivre, constitue le véritable péché contre l'esprit. C'est abuser le genre humain.
Il n'y a qu'à suivre dans l'Histoire, l'évolution de sa Vérité à partir des Dires de Jésus par Thomas et en passant par les divers conciles pour aboutir aux dogmes des derniers siècles, on constate alors les manigances des évêques et du pape pour conserver leurs privilèges. Rappelez-vous Nicée, Trente et Vatican.
Les enseignements de l'Église sur l'amour et la justice viennent simplement de la raison naturelle comme les philosophes des anciennes cultures nous l'ont confirmé. Ce sont eux les auteurs de la Révélation, ceux qui se sont attachés au bien et au beau, les Bouddha, les Jésus, les Socrate et les Sénèque. Vous n'avez pas le droit, vous hommes mitrés, de ravir à ces penseurs la reconnaissance due à leur apport dans l'aventure humaine. C'est une véritable supposition de personne. Les paroles de Jésus n'ont pas besoin d'être magnifiées et interprétées par quiconque pour être une contribution valable à la marche de l'homme vers un meilleur accomplissement. Elles parlent d'elles-mêmes. Tout le reste est du fatras des hommes de robe.
Vous avez passé trop de temps à faire des effets de soutane dans les couloirs du Vatican et à pavaner vos costumes de soie et d'or sur les dalles de Saint-Pierre pour comprendre les changements intervenus au Québec durant votre absence. Notre peuple s'est affranchi de sa dépendance maladive au clergé. Il a rejoint le monde moderne et veut participer pleinement à l'émerveillement suscité par la science. Finis le recours aux apprentis sorciers et l'usage des simagrées commandées par la superstition religieuse. Vous devez accepter la chose et ranger ses anathèmes si elle veut jouir de la tolérance accordée aux opinions personnelles.
Je vous adresse une prière en terminant et vous demande un peu plus de modestie et moins de condamnation au feu éternel. Cela dérange ma sérénité et limite mon amour du prochain.

Gilles Néron, Québec


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé