«Fake news» de gauche

1e2c8c3b99d5aa50a3c00488bde9c349

La gauche panique car elle est tranquillement en train de perdre le combat culturel


Étant moi-même social-démocrate, je comprends l’intention de certaines organisations de faire avancer la cause de la solidarité sociale, mais il me semble que c’est contre-productif d’exagérer.


Amnistie internationale Canada francophone a écrit sur Twitter, représentée par France-Isabelle Langlois (directrice générale) : « Personne, aucun État, aucune religion n’a le droit de dicter aux femmes quoi porter ou non. » Elle rajoute que son organisation « défend les femmes et les hommes qui se battent contre l’obligation de porter le voile en Iran et ailleurs ».


Premièrement, l’État du Québec ne dicte pas aux femmes quoi porter. Cette phrase manque de nuances, car la loi sur la laïcité touche seulement certains types d’employés de l’État (sur leurs heures de travail), et ça touche autant les hommes que les femmes, mais la directrice générale ne fait pas cette précision essentielle.


De plus, madame Langlois est une Québécoise et connaît la nouvelle loi sur la laïcité. Faire un lien, même indirect, entre cette loi québécoise et ce qui se passe en Iran relève du manque de jugement ou de la mauvaise foi.


En fait, on pourrait parler de fake news de gauche. En effet, je constate de plus en plus de ces fausses nouvelles qui viennent d’une certaine gauche très militante prête à utiliser tous les moyens, même les plus douteux, pour faire avancer ses idéologies. Désolé, je décroche, car cette méthode dogmatique est nuisible, car elle risque de nous faire reculer.









LE COURRIER DES IDÉES


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.