Étudiante en techniques policières voilée: la politique de la division

A8b3386407b977751c06ff86c975d5e9

Même les interculturalistes du Devoir trouvent que Couillard va trop loin

Une étudiante en techniques policières au cégep d’Ahuntsic, Sondos Lamrhari, veut devenir la première policière à porter le voile au Québec. Philippe Couillard voit en elle une « pionnière », dont il faut louer la bravoure. C’est faire peu de cas de l’importance d’assurer la neutralité — religieuse ou autre — de la fonction de policier, dont le pouvoir sur les citoyens est considérable. Et ce n’est pas la première énormité que le premier ministre profère à ce sujet.


Encore récemment, Philippe Couillard estimait que la question du port des signes religieux par des policiers était un problème « imaginaire » que les partis d’opposition avaient tort de soulever. Aujourd’hui, il voit une avancée extraordinaire dans la possibilité qu’une policière porte un jour le voile. Il a accusé les partis d’opposition de vouloir briser le « rêve » de la jeune femme, donnant un tour onirique à l’imaginaire qu’il avait évoqué.


La semaine dernière, Philippe Couillard affirmait qu’il était illégal d’interdire aux policiers de porter des signes religieux. C’est faux. La Cour suprême n’a jamais eu à trancher la question. Seule la Cour fédérale s’est prononcée : elle a jugé légale la permission accordée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à ses policiers de porter un signe religieux, notamment le turban. La décision n’a pas porté sur une interdiction ; c’est bien différent.


Ce n’est pas à la légère que la commission Bouchard-Taylor, qui s’appuyait sur des avis juridiques, a jugé raisonnable l’interdiction faite aux agents de l’État exerçant un pouvoir de contrainte sur les citoyens de porter des signes religieux tandis qu’elle estimait qu’une interdiction générale étendue à tous les employés de l’État allait trop loin. Contrairement à ce qu’affirme le premier ministre, à moins de preuve du contraire, cette interdiction limitée est compatible avec les chartes des droits.


Plus qu’une fonction, plus qu’une tâche, le rôle du policier a une charge symbolique. Il incarne l’ordre, l’autorité de l’État : il dresse les constats d’infraction, il procède à l’arrestation de citoyens, il peut user de violence en toute légalité, jusqu’à causer la mort. On ne choisit pas le policier qui nous interpelle. Contrairement à un juge, qui, lui aussi, exerce un pouvoir de coercition, on ne peut même pas demander au policier qu’il se récuse. Pour ces raisons, sa neutralité, notamment religieuse, ne doit faire aucun doute.


Cette neutralité implique qu’ils délaissent une part de leur individualité en endossant un uniforme auquel ils ne peuvent déroger. Les corps policiers ne badinent pas avec l’uniforme, dont chacun des éléments est imposé. D’ailleurs, le projet de loi 133, que le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a fait adopter l’automne dernier pour interdire le port des pantalons bariolés en guise de moyen de pression, réitère l’importance de l’uniforme et de son intégrité pour le maintien de la confiance de la population envers les policiers.


Il est tout à fait légitime pour la population du Québec d’exiger que leurs policiers affichent la plus stricte neutralité religieuse. Que le Canada anglais, comme d’autres pays du Commonwealth, ait choisi une autre voie ne devrait rien changer à l’affaire. Les Québécois, dont la tradition juridique est marquée par le civilisme, c’est-à-dire la codification du droit par opposition à la common lawjurisprudentielle, s’accommode déjà mal du « cas par cas » des accommodements ; c’est tellement vrai que le gouvernement libéral s’est résigné à faire adopter le projet de loi 62, qui vise notamment à codifier un tant soit peu ces accommodements, ce qui ne serait jamais venu à l’idée des Canadiens. Cette tradition juridique, c’est d’ailleurs un des éléments fondamentaux de la notion de société distincte chère aux libéraux.


Mais voilà, Philippe Couillard a décidé que les Québécois devaient abandonner ces réflexes civilistes et se borner à se conformer au Canada anglais en matière de laïcité. Jouant sur les sentiments, il accuse les tenants « liberticides » de la neutralité religieuse des forces de l’ordre de vouloir forcer cette « brave » étudiante en techniques policières à quitter le Québec. 


> La suite sur Le Devoir.