Élections anormales

Tribune libre

Des Canadiens qui participent à des élections québécoises, ce n’est pas normal. Des représentants d’une nation étrangère qui siègent à l’Assemblée nationale, ce n’est pas normal. Le chef d’une formation corrompue qui fait campagne, ce n’est pas normal. Le vrai changement, et non pas celui annoncé par Legault, c’est un Québec qui n’a pas Ottawa pour capitale. Un Québec qui possède son Ministère de la Défense et des Affaires internationales. Un Québec qui prend son envol plutôt que de rester cloué sur place. Un Québec indépendant.
JJ Charest a causé énormément de dommages au Québec et il s’en félicite. On le paie grassement pour ça. La marge de manœuvre est bonne : il peut compter sur ses votants naturels lesquels préféreront toujours un gouvernement corrompu mais fédéraliste à un gouvernement intègre mais souverainiste. L’éparpillement des votes pourraient même jouer en faveur du PLQ, soit en lui redonnant le pouvoir, soit par la formation d’un gouvernement péquiste minoritaire.
Après neuf ans d’un règne libéral marqué par la partisanerie et des kilomètres de mépris envers Québécois, les électeurs ont à s’interroger sur la portée de leur vote car, qu’ils le veulent ou non, ils auront à choisir entre le cœur et la raison, entre conviction et stratégie. Ainsi, aussi bien intentionnée que soient QS et ON, leurs chances de faire élire au-delà de trois candidats, restent minces. Ne vaut-il pas mieux, en ce cas, accorder un appui fort au PQ de manière à débarrasser le Québec des libéraux, d’autant plus que les Québécois ont le Canada de Stephen Harper sur le dos? Certes Pauline Marois ne possède pas la stature d’un grand chef d’État, mais qu’ont gagné les Québécois à être représentés par un minus canadien? Que gagneraient-ils à être représentés par un traître qui, pendant des années, a menti aux Québécois, aux électeurs, à ses chefs, à ses collègues travail?
Il y a urgence à renvoyer Charest à l’expéditeur et, du même coup, fermer le caquet de Legault en le confinant dans l’Opposition. L’idéal serait que Pauline Marois ne soit pas élue dans sa circonscription et retourne cultiver son jardin. Le PQ ne peut se permettre de faire encore longtemps l’économie d’un chef véritablement indépendantiste. Il doit également entrevoir d’autres modes d’accès qu’un référendum à l’indépendance du Québec. Bref, pour sortir le Québec du Canada, il faut se l’enlever de la tête. La Constitution canadienne, les lois canadiennes, le gouvernement canadien, le cadre canadien, la moyenne canadienne, ne sont pas une référence. Il est temps de s’assumer.

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 238 217

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



12 commentaires

  • Frédéric Picard Répondre

    27 août 2012

    Je pensais, avec toute ton implication au PI, que tu avais dépassé l'argument de la peur, du vote stratégique. Manifestement, non. Car à l'idée de voir JJC au pouvoir, même minoritaire, te force à aller voir Pauline !!!Pourtant, JJC était là, en 2007 !
    Bref, je suis un peu déçu de voir Caroline Moreno, celle qui pourfendait la molassonerie péquiste, adhérer à une théorie peu fumante et surtout fumiste.
    Théorie voulant que le PQ, par l'intercession du saint-esprit, deviendra Indépendantiste (Vous vous trompez de mot, chouverainiste qu'on doit dire au PQ), parce que c'est son "Destin" ...
    Je n'en crois pas un mot. Seul un PQ Affaibli, avec un bon coup de pied au popotin, apprendra de ses leçons. S'il est porté au gouvernement, le PQ continuera. Après tout, on l'a élu pour ça, pas par dépit...
    Dis moi Caroline, est-ce qu'il y aura une coche "par dépit" à côté de Nicolas Girard ?
    C'est réconforter le PQ dans sa vélléité que de voter pour lui,
    ...en étant soi même vélléitaire...

  • Marcel Haché Répondre

    27 août 2012

    Est-ce qu'il n'y a personne autour de Pauline Marois pour lui suggérer de bien identifier les journalistes qui lui posent des questions lors de ses points de presse ?
    Cela permettrait de distinguer les journalistes des teneurs de micros, parmi les lesquels il y a pas mal de t.d.c.qui se permettent de commenter.
    Si les t.d.c.( oui,oui,vous traduisez bien)ont le droit de commenter et enguirlander les chefs, au moins que Pauline Marois,elle, les identifie !

  • Archives de Vigile Répondre

    27 août 2012

    En cette dernière semaine de la campagne électorale les taupes fédéralistes vont sortir et montrer leurs véritables visages . Le Parti québécois devrait les identifier et les nommer publiquement au lieu de les laisser s'introduire et détruire le PQ par en dedans pour qu'ils ne puissent pas par après passer au PLQ et à la CAQ ou au QS .
    John James Charest ne devrait même pas avoir droit d'être premier ministre du Québec lui qui a violé la Loi référendaire Québecoise et depuis 9 ans il a diminué les pouvoirs du Québec dans la supercherie du Conseil de la Confédération Canadian ,
    MICHEL

  • Archives de Vigile Répondre

    26 août 2012

    Une journaliste pas indécise.
    J'ignore pourquoi Martine Biron de Radio-Canada ne couvre plus la campagne électorale de Jean Charest, RDI fait le pari qu'elle est plus efficace pour démolir le P.Q. directement sur le terrain.

    Textuellement:
    "Une autre journée difficile pour Pauline Marois, d'ici la fin de l'élection son avance n'est pas assurée."
    Martine Biron
    Incroyable!

  • Archives de Vigile Répondre

    26 août 2012

    La CAQ va se battre pour qu'il n'y ait pas de référendum
    François Legault a de nouveau affirmé que le Parti québécois était tributaire des souverainistes purs et durs, qu'il appelle les " caribous."
    Et dire qu'on va enfin se débarasser de Jean Charest le 4 septembre que François Legault se met déjà l'imiter.
    http://www.radio-canada.ca/sujet/elections-quebec-2012/2012/08/26/006-caq-outaouais-liberaux.shtml

  • Archives de Vigile Répondre

    26 août 2012

    Tellement urgent que ce matin(dimanche 26-08-2012)je me suis levé en me disant: yes sir!Quelle belle journée!C'est aujourd'hui je crisse Charest dehors et sa gagne de bandits à cravates.
    Mais en même temps je me suis souvenu du vote anticipé de 2008 retrouvé par après dans le compté de Sherbrooke après que Charest fut déclaré perdant dans son compté par Radio-Canada.Puis je revois le débat des chefs de 2003 perdu aux mains de Jean Charest par Bernard Landry:
    ''Jacques Parizeau exige des excuses de Jean Charest pour avoir lancé, lors du débat des chefs de lundi soir, de «fausses accusations» selon lesquelles l'ancien premier ministre avait «persisté et signé» en reprenant des propos controversés qu'il avait tenus le soir de la défaite du OUI au référendum de 1995, défaite qu'il avait alors attribuée «à l'argent et au vote ethnique». Le chef libéral refuse d'obtempérer, faisant même ses choux gras des déclarations de Jacques Parizeau.Le premier ministre Bernard Landry estime quant à lui que Jean Charest a été «négligent», «imprudent», et qu'«il a mal fait son travail» lors du débat.
    http://www.ledevoir.com/non-classe/24596/charest-refuse-de-faire-des-excuses-a-parizeau
    Ensuite je pense au débat Marois-Charest la semaine dernière ou les dés était pipés par un modérateur absent,une madame trop bien élevée (comme Bernard Landry) et un bum de ruelle à qui on laisse le champ libre pour écraser publiquement sa vis-à-vis.
    Et la cerise sur le sundae,l'évincement des débats de Jean-Martin Aussant représentant d'Option Nationale
    qui nous montre bien les moyens qu'ils sont prêts à utiliser pour tenter de nous faire prendre notre trou.
    Alors dans cette perspective je me demande comment il se fait qu'on ne parle pas plus de la sécurisation des boites de scrutin,parce qu'avec un gouvernement frayant avec le crime organisé comme nous l'ont révélé à plusieurs reprises des journalistes d'enquête,le mot démocratie ne veut rien dire dans la bouche de ces gens là.Et la madame bien élevée qu'est madame Marois semble avoir une confiance aveugle envers le processus électoral.
    À sa place je me méfierais.Le Canada est en guerre contre tout ce qui s'approche de la souveraineté du Québec et le référendum volé de 1995 est une réalité.
    Prenons également acte des élections volées chez nos voisins du sud en 2000(Floride) et en 2004(Ohio)qui placèrent en selle pour 8 ans le criminel de guerre George W Bush.Prenons acte aussi des ''belles relations'' entretenues par JJ Charest avec ces gens là telles qu'illustrées au fameux party de Saggard chez mon oncle Paul.Ici au Québec il n'y a pas de limite au nombre de mandats qu'un premier ministre peut accomplir et il n'y a pas de limites non plus pour ce gouvernement tant qu'aux moyens à utiliser pour y parvenir.Soyons donc vigilants et non angéliques.

  • Caroline Moreno Répondre

    26 août 2012

    Aussant privilégie lui aussi l'idée d'un référendum. De plus, M. Aussant parle du peuple québécois comme s'il n'en faisait pas partie et, bien qu'il paraisse plus audacieux que Pauline Marois, son approche demeure très péquiste.
    Ce qui fait défaut aux chefs souverainistes, c'est le NOUS QUÉBÉCOIS

  • Archives de Vigile Répondre

    25 août 2012

    "Le vrai changement, et non pas celui annoncé par Legault, c’est un Québec qui n’a pas Ottawa pour capitale."
    Pourtant bien des Québécois "pure laine" salivent pour le changement à la Legault, en particulier dans la belle région de Québec, la "supposée" capitale de la nation québécoise.
    Comment expliquer cela? Je l'ignore.
    Mon hypothèse c'est que quand tu as un bon emploi, un bon salaire et que, bref, tu fais la belle vie, tu ne veux pas de changement, ni politique, ni économique, ni social, ni constitutionnel. Autrement dit, malgré que monsieur Legault se présente comme l'homme du changement, les électeurs qui s'apprêtent à voter pour lui sont tout à fait conscients qu'il représente une continuité aux libéraux de monsieur Charest.
    Je me souviens au lendemain de la défaite référendaire de 1995 qu'un marin suédois m'avait dit que la souveraineté du Québec, ça ne se ferait jamais. Il avait probablement raison. En tout cas, les 17 dernières années lui ont donné amplement raison.

  • Marcel Haché Répondre

    25 août 2012

    Lorsque P.E.T. s’est joint à Pelletier et Marchand pour rejoindre le P.L.C. personne alors ne pouvait être certain que c’est le moins connu des trois qui un jour allait survoler toutes les oppositions. Et Daniel Johnson (père) s’est révélé un bien meilleur P.M. que le chef d’opposition qu’il avait été. Enfin, Jacques Parizeau aura suscité bien des espoirs mais bien plus de déceptions.
    Il arrive que le Pouvoir donne l’altitude nécessaire aux aigles, ce qui n’a jamais été le cas de Jean Charest, triste moineau, mais ce qui pourrait être le cas de Pauline Marois, sait-on jamais ?

  • Archives de Vigile Répondre

    25 août 2012

    @ Caroline Moreno
    C'est toujours un plaisir de te lire! C'est incroyable comme nous tournons en rond ici au Québec. Comme l'écrivait monsieur Frappier, hier, suite à un article de Raymond Garneau, un fédéraliste indécrottable: "Le récit du Québécois colonisé, citoyen d'un Québec incapable de gérer ses propres affaires, souffrant d'un impérieux besoin de tutelle anglo-saxonne". Tout est là dans cette phrase implacable! Nous tournons en rond ici, au Québec, comme c'est pas possible. À un moment donné, il faut que tu te branches, que tu te prennes en main pour t'affirmer, te responsabiliser. Il en va de même pour un peuple comme pour un adolescent qui doit couper, à un moment donné, le cordon ombilical avec sa famille et voler de ses propres ailes.
    Depuis 1982 que nous devrions avoir notre pays suite au rapatriement unilatéral de la constitution "canadian" par le gouvernement fédéral sans l'accord du Québec et sans référendum. Je n'ai jamais compris le PQ de vouloir tenir absolument à un prochain référendum avec l'immigration massive qui déferle actuellement sur le Québec; c'est vraiment suicidaire!!! En 1982, le gouvernement du Québec aurait dû claquer carrément la porte en déclarant unilatéralement son indépendance et en se donnant une constitution québécoise. Nos dirigeants québécois sont vendus au fédéralisme "canadian" et aux affairistes de Bay Street depuis la conquête de 1759. Seul un vrai parti indépendantiste comme l'Option nationale peut nous sortir de ce merdier politique. Aussant est "IN"! Marois est "OUT"! VIVE L'INDÉPENDANCE DU QUÉBEC! VIVE L'OPTION NATIONALE!
    André Gignac 25/8/12

  • Archives de Vigile Répondre

    25 août 2012

    Le jour où Jean Charest va faire ses valises pour aller rejoindre une firme d'avocats à Toronto ou ailleurs, ce sera un très grand jour pour le Québec et pour moi-même.
    Clotaire Rapaille avait peut-être raison de dire que les québécois sont sado-maso. Élire un gouvernement minoritaire, c'est la grenouille qui se laisse ébouillanter à petit feu sans réagir plutôt que de sortir de la marmite fédéraliste une fois pour toute.
    Le parti québécois est très bien équipé pour aller en supplémentaire et terminer ça en tirs de barages s'il le faut, ce n'en sera que plus palpitant et enrichissant de découvrir le vrai François Legault à l'oeuvre dans l'opposition avec ses députés souverainistes- autonomistes-fédéralistes qui vont démissionner les uns après les autres parce que le gouvernail les mènent nulle part.

  • Henri Marineau Répondre

    25 août 2012

    "Le PQ ne peut se permettre de faire encore longtemps l’économie d’un chef véritablement indépendantiste."
    Vous y croyez encore vous, Mme Moreno, en ce messie péquiste? Le dernier en liste remonte en 1995...il y a de cela 17 ans!...Il s'appelait Jacques Parizeau et, depuis lors, on n'a vu se succéder au PQ que des chefs sans colonne vertébrale, montrant timidement leur couleur souverainiste quand leurs intérêts électoralistes le commandaient!
    Si vous décidez de vous contenter de la galette de la gouvernance souverainiste au lieu de savourer dans quelques années le bon pain fraîchement sorti du four...libre à vous!
    En ce qui me concerne, je préfère attendre mon pain et le déguster en compagnie de fins connaisseurs!