Donald Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien

71e639b555d1abebacf67ae538085b44

Il faut s'attendre à une montée des tensions au Proche-Orient


Le président américain a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, conclu en 2015 après des mois de négociation. Téhéran regrette cette décision, qui a été saluée par Israël et l'Arabie saoudite.


Le 8 mai, Donald Trump a tranché dans le dossier épineux de l'accord sur le programme nucléaire iranien, conclu en 2015 sous Barack Obama après 21 mois de négociations acharnées entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni), plus l'Allemagne. Dans une allocution faite depuis la Maison Blanche, le président américain a affirmé : «J'annonce aujourd'hui que les Etats-Unis vont se retirer de l'accord nucléaire iranien.»


Donald Trump, qui a assuré avoir la «preuve» que Téhéran poursuivait son programme nucléaire, pourtant surveillé par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a promis de «graves» conséquences si l'Iran se dotait de l'arme atomique. Il a en outre promis le «plus haut niveau» de sanctions contre ce pays dont il a jugé qu'il méritait un «meilleur gouvernement».



Voir l'image sur Twitter



Washington affirme être prêt à discuter avec Téhéran d'un accord «beaucoup plus large», mais l'Iran avait fait savoir depuis plusieurs semaines qu'une renégociation n'était pas envisageable.


Téhéran condamne


Le président de la République islamique d'Iran, Hassan Rohani, a fait savoir que Téhéran resterait dans l'accord sur le nucléaire, même sans les Etats-Unis. Il s'est par ailleurs dit favorable à un dialogue avec les Européens, les Chinois et les Russes.


Netanyahou applaudit, Paris regrette la décision


Fervent opposant de l'accord, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a salué la décision américaine : «Israël soutient totalement la décision courageuse prise aujourd'hui par le président Trump de rejeter le désastreux accord nucléaire.»


Autre grand rival régional de Téhéran, l'Arabie saoudite «soutient et salue les démarches annoncées par le président américain en vue d'un retrait de l'accord nucléaire», selon un communiqué officiel diffusé par la chaîne de télévision Al-Ekhbariya.


Dans un communiqué, l'Elysée affirme pour sa part : «La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine.»


«Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu», a commenté Emmanuel Macron sur Twitter après l'annonce, ajoutant : «Nous travaillerons collectivement à un cadre plus large, couvrant l’activité nucléaire, la période après 2025, les missiles balistiques et la stabilité au Moyen-Orient, en particulier en Syrie, au Yémen et en Irak.»


Le texte de 2015 prévoit une levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales imposées à l'Iran en échange de la garantie que Téhéran ne se dotera pas de l'arme atomique, garantie qui est contrôlée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).