Pour mettre fin au cafouillage des tests et des manigances

Des Jeux olympiques en 2 volets: pour dopés et non-dopés

Une solution pragmatique

53db7cb068308ff2cf7f9e12db82026c

Tribune libre

On ne vous apprend rien en affirmant que le monde du sport dans sa quasi totalité fonctionne avec le dopage. Bien peu d'athlètes semblent capables d'y résister, surtout lorsque cela devient le seul moyen de signer un contrat rapportant des millions de dollars.



Dans le sport professionnel, tout le monde l'accepte, puisque les spectateurs apprécient le degré de performance plus excitant qu'il produit. Pour certains, tout ce qui importe, c'est de gagner, peu importe les moyens utilisés par arriver à leur fins.



Mais c'est une autre paire de manches dans le cas des Jeux olympiques, qui soignent leur image de pureté de l'esprit sportif donnant toute sa noblesse à la perfection du corps humain se dépassant dans la performance physique, tel que voulu par Pierre de Coubertin.



Côté dopage, c'est toujours le petit jeu du chat et de la souris. D'un côté, certains athlètes et équipes nationales vont gober tout ce qu'ils peuvent en tentant de ne pas se faire détecter; de l'autre, on essaie de les tester et de les pincer, les 2 parties affinant sans cesse leurs techniques. Mais il y aura toujours moyen de truquer les choses et d'échapper aux contrôles anti-dopage. Donc, on ne peut jamais être à 100% certain de quoi que ce soit.



Pour contrer ce fléau généralisé, il suffirait d'accepter cette réalité en établissant à la place 2 sortes de compétitions aux Jeux olympiques: volet dopé et volet non-dopé.


MjAyMTA3OGZiNWM4MTdjNDI0MzBkZjZlMWVjMzkyNGMzOWQ1NzI (1260×708)


Il y aura le 100 m non-dopé, suivi du 100 m dopé, avec des coureurs différents bien entendu.


Cela doublera le plaisir de voir les performances, doublé de la curiosité de comparer les résultats.



Ci-dessus: La flamme olympique à l'ouverture des Jeux olympiques de Montréal en 1976


 


Les 2 catégories de spectateurs y trouveront leur compte: ceux qui ne recherchent que des records à battre à tout prix et des équipes gagnantes, peu importe comment, se concentreront sur les compétitions dopées. Tandis que ceux pour qui la victoire doit être honorable admireront les performances non-dopées, et l'effort humain et physique méritoires.



Cela atténuerait le cynisme ambiant face aux résultats obtenus, et permettrait de relativiser la valeur des exploits accomplis.


undefined


Les amateurs de statistiques sportives s'amuseront à déterminer le pourcentage d'amélioration que procure le dopage, genre un sprint couru en 10 secondes au lieu de 12, donc 2 secondes gagnées par le dopage, soit 16% de progrès.


On fera la comparaison entre l'artificiel et le naturel.



Au lieu de mettre dans le même paquet des athlètes dopé et non-dopés, ce qui est déloyal et malhonnête, les compétitions se dérouleront entre catégories semblables.



De plus, cela donnerait le choix aux athlètes de se doper ou non. Plusieurs subissent des pressions excessives pour le faire, alors qu'ils préféreraient être des sportifs propres.



De cette façon, le cycliste Lance Armstrong qui a remporté plusieurs fois le Tour de France dopé se serait mérité des trophées pour athlète dopé, et les meilleurs cyclistes non-dopés auraient eu le leur. Tout le monde aurait été content.


flamme-olympique-les-hardis-3


Ci-dessus: aux JO de Montréal en 1976, Cérémonie d’ouverture : Sandra Henderson (CAN) et Stéphane Préfontaine (QC), derniers relayeurs, allument la vasque olympique.


 


Il faut mettre fin à cette hypocrisie qui consiste à se présenter comme un athlète pur et dévoué à son sport lorsqu'on ne l'est pas. Offrir 2 volets de compétition permettra d'admirer les champions qu'on estime valables, d'un côté comme de l'autre, selon la conception de chacun de l'excellence sportive.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie808 articles

  • 1 397 734

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 805 articles publiés en ligne ont été lus un million 395 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé