Les amis de Vigile...

Des amis fidèles et généreux

Tribune libre


En descendant sur mon écran la liste impressionnante de donateurs qui ont contribué au financement de Vigile depuis sa création, je suis finalement parvenu au tableau récapitulatif des dons qui ont été offerts entre 2001 et 2011 et, question de pousser ma curiosité jusqu’au bout, j’ai calculé le montant total que ces campagnes de financement ont généré depuis 11 ans. Et, je suis arrivé à la somme de 214 758 $, pour une moyenne annuelle de 19 523 $… Assez impressionnant, n’est-ce pas ?
J’aurais pu vous donner mon interprétation personnelle expliquant une telle générosité mais j’ai préféré vous citer les témoignages qui apparaissent sous la rubrique « Financement » du site, lesquels vous permettront sûrement de mieux comprendre pourquoi les amis de Vigile demeurent aussi fidèles et généreux.
« La mission de Vigile est double, faire une vigile médiatique, bien sûr, mais aussi stimuler et organiser une délibération plus large sur le thème central de l’indépendance du Québec. » David Poulin-Litvak
« Il y a quelques mois, un ami m’a fait découvrir votre site Vigile.net. À mon grand plaisir, j’y ai retrouvé un forum où j’avais enfin l’impression que des souverainistes de tout acabit pouvaient se retrouver et s’informer. » Luc Gagnon
« Si vous le fouillez bien (extraordinaire arborescence), ce sont des milliers de pages de documents, de réflexions, d’études de toutes sortes et de commentaires critiques, concernant de près ou de loin le Québec et l’idée de l’Indépendance, qui vous sont là accessibles. Une mine d’or... bleue azur ! » Jean-Luc Gouin
« [...] une bonne façon de raffiner notre pensée et de ne pas se laisser engloutir par les opinions fédéralistes. » Les Zapartistes

« Pour entretenir deux sites internet, je connais l’ouvrage que cela demande, et je ne les renouvelle pas deux fois par jour. Il n’y a présentement aucun site souverainiste sur le web qui peut concurrencer Vigile au niveau de l’actualité, et des sujets abordés. » Pierre Desgagné
« Merci pour tout ce travail que vous réalisez quotidiennement depuis de nombreuses années. Votre oeuvre est remarquable et personne ne peut rester indifférent à tout ce qui s’est fait jusqu’à présent. » Robert Bertrand
« Bernard Frappier a réalisé une oeuvre d’une importance capitale dans le destin du Québec. Contre ceux qui voudraient effacer la mémoire de la nation, il a créé Vigile, grand phare et lieu de débat incomparable. » Bernard Desgagné
« En Vigile, Bernard Frappier a créé un de ces espaces trop rares où peuvent se réunir ceux qui luttent comme ils le peuvent pour la paix, la justice, l’amour et la liberté. Rencontres parfois émotives, bruyantes mêmes, comme le sont les naissances. Et c’est bien à une mise au monde que participe Vigile, celle d’une vie libérée, et d’une conscience même, peut-être... » Christian Maltais
En terminant, vous me permettrez de vous laisser sur une petite pensée personnelle : « Notre vie est un peu comme une pièce de théâtre dans laquelle nous devrions être davantage les acteurs que les spectateurs ». Bernard Frappier a résolument décidé d’être un « acteur »…et c’est tout à l’avantage de l’avancement de notre cause!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2037 articles

  • 1 426 703

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé