Comment les civils libanais ont contrecarré les projets de guerre israéliens

Par James Marc Leas

Géopolitique du Proche-Orient

Liban - 27-08-2006
Par James Marc Leas
_ James Marc Leas est avocat à South Burlington, Vermont. Il est un membre de la Guilde Nationale des Avocats et est membre du conseil du Refuser Solidarity Network. Il a longtemps travaillé avec des groupes de pacifistes juifs s'opposant aux invasions israéliennes du Liban et à l'occupation de la Palestine. Il peut être joint à l'adresse suivante : jolly39@juno.com

Parce que les troupes israéliennes continuent à occuper le Sud Liban et à bloquer ses ports et parce que les commandos d'élite israéliens continuent leurs attaques militaires en violation de la résolution de cessez-le-feu, Israel fournit des raisons suffisantes pour construire cette campagne mondiale.
Les civils libanais ont déjà joué un rôle crucial.
_ Maintenant, c'est à nous tous.


----
En retournant tout simplement dans leurs maisons, les civils libanais ont joué un rôle majeur en contrariant les projets israéliens dans sa dernière guerre au Liban.
Comme l'a indiqué Associated Press le 14 août, immédiatement après le début de cessez-le-feu parrainé par l'ONU, des dizaines de milliers de familles libanaises, défiant les ordres des commandants israéliens, ont pris d'assaut les routes et sont revenues dans leurs villages au Sud Liban.
Leur action courageuse a étouffé tous les espoirs que le gouvernement israélien aurait pû avoir dans le but d'accomplir sa grande vision pour le Sud Liban avec cette guerre.
Comme l'a raconté le Los Angeles Times dans un article, "La vieille querelle au sujet du fleuve Libanais prend un nouveau tournant", le 10 août 2006, les trois des pères-fondateurs d'Israel, Chaim Weizmann, David Ben-Gurion, et Moshe Dayan, favorisaient tous l'occupation et l'annexion du Sud Liban jusqu'au fleuve Litani.
Israel a lancé des attaques massives sur le Liban en 1978, 1982, 1993, 1996, et maintenant en 2006, qui ont toutes finalement échoué.
Les éléments de la dernière attaque d'Israel révèlent un plan militaire semblable à celui utilisé pendant la guerre de 1967 pour acquérir les Hauteurs du Golan Syrien. Le bombardement massif des positions du Hezbollah le long de la frontière était conçu pour affaiblir ou détruire la capacité du Hezbollah à résister à la prochaine attaque terrestre israélienne.
Le bombardement des centres de population et de l'infrastructure civile dans cette région était conçu pour effrayer et chasser la majeure partie de la population civile qui soutiendrait les combattants guérilleros.
La mobilisation de 30.000 soldats réservistes signifiait qu'Israel a prévu d'envahir et d'occuper le sud de la région du Litani avec suffisamment de troupes sur le terrain pour chasser les civils restants et pour isoler les combattants guérilleros du Hezbollah qui avaient survécu de tout soutien et de tout réapprovisionnement. Puis ces troupes au sol détruiraient tous les guérilleros isolés restants, dégageant entièrement le terrain entre la frontière nord d'Israel et le fleuve Litani.
En conclusion, en reproduisant entièrement le dépeuplement réussi et le repeuplement des Hauteurs de Golan, Israel aurait fait venir des colons juifs pour sécuriser le contrôle israélien de la terre et prévenir tout retour des villageois libanais, Israel aurait pu ainsi finalement annexer la région.
Mais le bombardement israélien est allé beaucoup plus loin que la région située au Sud du Litani. Israel a également intensément bombardé des immeubles résidentiels, des écoles, des centrales électriques, des ponts, des routes et des hôpitaux dans la plupart des autres régions du Liban, y compris dans la ville massivement peuplée de Beyrouth.
Le bombardement des civils et de l'infrastructure civile au Sud du Litani a réussi à chasser 3/4 d'un million de personnes, vidant presque totalement cette région.
Mais Israel a réveillé la condamnation mondiale par sa campagne de bombardement qui s'est concentrée sur les civils, en particulier pour ses bombardements apparemment gratuits s'étendant bien au-delà de la région frontalière qui semblaient hors de proportion.
Ce ciblage des civils ne peut être expliqué que par un objectif israélien bien plus sinistre que celui déclaré par Israel qui était de rechercher ses soldats capturés ou de conduire le Hezbollah au nord de la région frontalière avec Israel.
Le bombardement dévastateur des maisons, des immeubles, des centrales électriques, des entrepôts de carburant, des routes, et des ponts aussi lointains que Beyrouth, et le massacre de plus de mille civils, a été vu comme étant dirigé intentionnellement contre les civils dans l'ensemble du Liban.
Son but semble avoir été de montrer un tel niveau de cruauté qu'il découragerait les villageois de revenir dans leurs foyers au Sud Liban une fois que le cessez-le-feu prévu de l'ONU serait finalement imposé.
Tandis que la partie du dépeuplement du Sud Liban réussissait suite à ses bombardements, Israel a constaté que ses deux premières semaines de bombardements n'avaient pas délogé les lanceurs de roquettes du Hezbollah ou n'avaient pas sensiblement affaibli la capacité du Hezbollah à résister à la prochaine attaque terrestre.
Ainsi, Israel a été forcé de retarder l'offensive au sol tout en prolongeant la campagne de bombardements.
Quand Israel a finalement lancé sa grande invasion le 11 août, l'opinion publique mondiale fortement négative avait déjà forcé le Conseil de Sécurité des Nations-Unies à imposer un cessez-le-feu et il a fallu trois jours avant que le cessez-le-feu entre en vigueur.
En dépit du mois de bombardements, Israel a constaté que ses tanks et son infanterie rencontraient une résistance féroce du Hezbollah qui a infligé de lourdes pertes et a maintenu la plupart des troupes terrestes israéliennes enfermées dans une région près de la frontière.
C'est seulement en transportant ses troupes en hélicoptères qu'Israel a pû augmenter sa présence dans la région près du fleuve Litani mais pas en nombre suffisant et pas avec suffisamment d'approvisionnements et d'équipements pour avoir un espoir de se protéger des guérilleros et de garder le fleuve afin d'empêcher le retour des civils.
Peut-être que ce fut la capacité inspirante du Hezbollah à résister au bombardement et à continuer de résister. Peut-être que les dizaines de milliers de civils savaient que s'ils hésitaient après le cessez-le-feu, comme les Palestiniens, ils pourraient bien devenir des réfugiés pour longtemps.
Quelque soit la raison, en dépit des bombardements destructeurs pendant 33 jours, de façon incroyable, la population civile n'a pas été assez choquée et intimidée pour s'immobiliser.
Par dizaines de milliers, une pléthore de civils libanais a hardiment pris les routes dans un énorme acte de désobéissance civile envers les troupes d'occupation israéliennes.
La stratégie de la guérilla bien exécutée par le Hezbollah combinée à l'affichage massif du courage des civils a écrasé tous les espoirs d'Israel d'obtenir un bénéfice de cette guerre.
Le soutien israélien presque total à la guerre s'est brisé juste après le début du cessez-le-feu, et une énorme vague de critique a éclaté, en particulier parmi les soldats qui revenaient, dont beaucoup ont annoncé leur refus de rester réservistes.
Les factions d'Extrème-Droite ont réclamé de reprendre la guerre avec des stratégies bien plus dévastatrices pour s'occuper des civils libanais.
Par exemple, un éditorial du bulletin d'Extrème-Droite Gamla en date du 20 août déclare : "L'IDF aurait pu écraser la résistance en quelques jours. Il est vrai qu'au lieu des 600 à 800 décès de civils, il y en aurait eu beaucoup plus. Mais quand vous avez entre vos mains le futur même de notre peuple, vous ne pouvez pas penser à la façon dont les choses "auront l'air" ou à ce que les médias traditionnels diront de vous."
L'arrêt de la prochaine guerre, qu'elle soit de nouveau dirigée vers le Liban ou qu'elle soit dirigée contre la Syrie ou l'Iran, exigera une campagne soutenue au niveau mondial appelant Israel à retirer immédiatement toutes ses forces du Liban et à respecter le cessez-le-feu.
Si la prochaine guerre peut être empêchée, cela dépendra de la capacité des gens dans le monde entier à refuser les tentatives israéliennes et américaines de trouver un prétexte pour détruire le cessez-le-feu et reprendre ou étendre la guerre.
Parce que les troupes israéliennes continuent à occuper le Sud Liban et à bloquer ses ports et parce que les commandos d'élite israéliens continuent des attaques militaires en violation de la résolution de cessez-le-feu, Israel fournit des raisons suffisantes pour construire cette campagne mondiale.
Les civils libanais ont déjà joué un rôle crucial.
Maintenant, c'est à nous tous.
A voir la petite vidéo réalisée par You Tube en hommage aux victimes de cette guerre (durée 5 mn 23)

Source : http://www.counterpunch.org/
_ Traduction : MG pour ISM


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé