CHEFFERIE DU PQ

Chefferie du PQ: des centaines de millions de dollars pour la transition écologique

A99d3da22dd56752918c848aae921852

Gaudreault veut-il être le chef d'un parti nationaliste ou d'un parti écologiste ?


Candidat à la chefferie péquiste, Sylvain Gaudreault propose de créer un fonds souverain doté de centaines de millions de dollars afin de requalifier les travailleurs dans des industries plus vertes.


Inspiré d’une initiative de l’Union européenne (UE), il s’agit de la pièce maîtresse du plan pour une «transition juste», dont notre Bureau parlementaire a obtenu copie, mise de l’avant par le député de Jonquière.  


«Il s’agit d’un fonds dédié à la transition de la main-d’œuvre. À la fois pour la création d’emplois, mais aussi pour la formation de la main-d’œuvre, explique M. Gaudreault. Parce que, si on a vraiment de l’ambition avec la transition écologique, il va y avoir des emplois qui devront migrer vers d’autres types d’emplois.» 


«Ça peut être dans le même secteur, mais avec des nouvelles technologies», précise-t-il.  


Par exemple, des ouvriers de l’industrie forestière travaillant sur une machine à papier pourraient devoir se reconvertir vers une production de fibres cellulosiques.  


De la même façon, le domaine de la construction sera appelé à faire beaucoup de place aux matériaux de bois, plutôt que l’acier. L’efficacité énergétique deviendra également de plus en plus importante dans la conception des bâtiments. «À ce moment-là, les techniciens en mécanique du bâtiment, qui sont habitués de travailler avec un type d’énergie, ça va leur prendre une formation pour passer à autre chose», illustre M. Gaudreault.  


Piger dans le Fonds des générations


Pour créer ce fonds, le candidat à la chefferie péquiste propose de lancer des «Obligations pour la transition» ainsi que des produits de financement mixte (public-privé), en plus de mettre à contribution les organismes étatiques à vocation financière (Investissement Québec, Caisse de dépôt, Hydro-Québec).  








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





Il suggère aussi de piger dans le Fonds des générations, dédié à la réduction de la dette du Québec. «Si on ne s’attaque pas dès maintenant, de façon urgente, à la transition écologique, ce sont les générations futures qui vont le payer», fait-il valoir.  


Mesures importantes


Le député de Jonquière a fait de l’environnement un de ses principaux engagements dans la course à la succession de Jean-François Lisée. S’il devient premier ministre du Québec, il s’engage à «adopter une loi sur le respect des obligations climatiques du Québec». L’État québécois devrait ainsi, notamment, s’assurer que chaque projet de loi est «compatible avec l’atteinte des cibles de réduction des gaz à effet de serre».  


Toutefois, Sylvain Gaudreault assure que son approche miserait sur des «mesures incitatives» plutôt que sur la contrainte. «Les mesures que je propose, c’est pour encourager les entreprises à faire une transition vers un autre type de production, et de le faire progressivement pour éviter le choc», explique-t-il.