Ça suffit, la censure!

72f34887b97c77233b8fdd80777d3264

Combattre la censure effectuée par une extrême gauche qui se croit maîtresse de l'espace public


La librairie Le Port de tête vient d’annuler un événement qui devait réunir le 9 mai prochain le sociologue bien connu Mathieu Bock-Côté et le philosophe Louis-André Richard. Le motif de cette annulation de dernière minute ? Des menaces étaient proférées sur les réseaux sociaux, et certaines personnes se proposaient même de venir sur place, au jour dit, pour perturber l’événement.


Voilà donc que ces apprentis censeurs qui, jusqu’à présent, ne se manifestaient qu’au sein des universités, veulent désormais imposer leur loi dans la cité. Il est plus que temps de leur signifier clairement que, dans une société démocratique, ces entreprises d’intimidation sont intolérables et qu’il n’appartient pas à des groupuscules extrémistes ni à de jeunes idéologues exaltés de décréter autoritairement quels propos et quelles idées sont légitimes et lesquels ne le sont pas. Il en va de notre liberté de penser ! Dans une telle société libre, seuls les lois et les tribunaux ont le pouvoir de limiter ainsi la liberté d’expression. Et si l’on est en désaccord avec certaines opinions, on a bien entendu le loisir de les contredire publiquement, ainsi que de leur opposer nos propres arguments. C’est par le débat pacifique et non par la violence que doivent se régler les différends politiques.


Si on laisse agir impunément ces activistes de l’intolérance, ces deux libertés que nous venons de mentionner, et qui sont toutes les deux, rappelons-le, garanties par les chartes québécoises et canadiennes des droits de la personne, ne seront bientôt plus que coquilles vides. On ne peut donc qu’espérer que ces gens qui répandent leur haine sur les réseaux sociaux et y lancent des menaces, dont celles de s’attaquer violemment à des personnes, seront activement recherchés, arrêtés et poursuivis pour les délits qu’ils commettent, du moins si des « menaces inacceptables » ont effectivement été proférées, ainsi que l’affirmait vendredi le responsable du Port de tête afin de justifier l’annulation de cet événement.


Il ne faudrait surtout pas en effet que le sentiment s’insinue dans l’opinion publique que police et justice ne traitent pas de la même manière ce genre d’activités délictueuses selon qu’elles émanent d’individus ou de groupes qu’on dit associés à l’extrême droite ou d’individus ou de groupes qui s’inscrivent dans la mouvance de l’extrême gauche. Une telle impression qu’il y a deux poids deux mesures produirait un effet désastreux pour la confiance absolument nécessaire que les citoyens doivent avoir en l’impartialité de ces deux institutions. D’où qu’elles viennent, et peu importe les lieux où elles se produisent, ces entraves à la liberté d’expression exercées sous la menace doivent être prises en compte pour ce qu’elles sont : des atteintes à nos libertés.


En conséquence de quoi, nous demandons à la ministre de la Sécurité publique, Mme Geneviève Guilbault, à la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, au chef du SPVM, M. Sylvain Caron, de prendre dès aujourd’hui toutes les mesures adéquates pour protéger la liberté d’expression des habitants de Montréal et de tous les citoyens du Québec, et ce, quelles que soient leurs idées, à moins bien sûr que celles-ci ne tombent elles-mêmes sous le coup de la loi.


* Ont cosigné ce texte : Raphaël Arteau-McNeil, professeur au collège Garneau et directeur de la revue Argument ; François Charbonneau, professeur à l’Université d’Ottawa ; Nadia El-Mabrouk, professeure à l’Université de Montréal ; Patrick Moreau, professeur au collège Ahuntsic et rédacteur en chef de la revue Argument ; Danic Parenteau, professeur au Collège militaire royal de Saint-Jean ; Michèle Sirois, anthropologue et féministe.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.