Aucune option écartée : Trump promet des «décisions majeures» sur la Syrie dans les 24 à 48 heures

5c0467cd58ceafd10b3b9089515d696b

Il y a quelques jours, Trump invoquait le retrait des troupes américaines en Syrie...


Dans un contexte tendu, les Etats-Unis ont rappelé qu'ils n'écartaient pas l'option militaire contre Damas, qu'ils accusent sans preuves d'être à l'origine d'une attaque chimique. Vladimir Poutine a mis en garde contre des «provocations».


Après l'attaque chimique présumée qui aurait eu lieu le 7 avril dans la ville de syrienne de Douma, l'une des dernières poches tenues par les rebelles islamistes en Syrie, Donald Trump a promis le 9 avril de prendre des décisions dans les prochaines 24 à 48 heures, dénonçant une «attaque odieuse contre des innocents».


Durant son allocution à la Maison Blanche, Donald Trump a souligné qu'il n'écartait aucune option, y compris militaire. Il a également fait savoir qu'il discutait avec des conseillers militaires pour déterminer qui était responsable de l'attaque, et ce alors qu'aucune enquête n'a encore pu avoir lieu. «Si c'est la Russie, si c'est la Syrie, si c'est l'Iran, ou si c'est tous ceux-là, nous allons le découvrir et nous connaitrons les réponses très bientôt», a-t-il fait savoir.


Damas, de son côté, dément être à l'origine de l'attaque présumée malgré les accusations de Washington.


«C'était atroce, horrible», a encore déclaré le président américain, promettant des représailles et ajoutant : «cela ne peut être toléré.»


La Russie met en garde contre les «provocations et spéculations»


Vladimir Poutine a, quant à lui, contacté par téléphone la chancelière allemande Angela Merkel. «La partie russe a attiré l'attention sur le caractère inadmissible des provocations et spéculations» sur cette attaque chimique, a assuré le Kremlin dans un communiqué.



Le 8 avril, la Russie avait déjà affirmé que les autorités syriennes n'avaient pas employé d'armes chimiques dans le cadre de leur opération militaire contre les rebelles islamistes à Douma. «Une intervention militaire pour des prétextes inventés et fabriqués en Syrie, où se trouvent des soldats russes à la demande du gouvernement légitime syrien, est absolument inacceptable», avait-elle en outre prévenu. La Russie, quant à elle, a attesté avoir supprimé ses derniers stocks d'armes chimiques en septembre 2017. Un acte qui avait été, à l'époque, salué par l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).


Washington s'appuie, dans ses accusations, sur l'organisation controversée des Casques blancs, qui a dénoncé un recours au «gaz de chlore toxique», ce qui a été immédiatement démenti par les médias publics syriens. Le tout aussi controversé Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a également fait état de dizaines de cas de suffocation, dont certains mortels, sans toutefois se prononcer sur l'emploi ou non d'armes chimiques. Les médecins du Croissant-rouge n'ont pas confirmé, pour leur part, une attaque qui serait d'origine chimique à Douma.


En intervenant en Syrie, Donald Trump remettrait ainsi en cause ses déclarations du 29 mars. Dans celles-ci, il affirmait vouloir se «désengager» militairement de la Syrie. Il justifiait ce retrait en invoquant la défaite de l'Etat islamique dans la région.


En outre, sous l'impulsion de la France, neuf pays ont demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, ce 9 avril à 19h.