Attentat de London (On) : Et si les pendules étaient remises à l'heure !?

Attentat de London (On) : Et si les pendules étaient remises à l'heure !?

Tribune libre

Malgré un multiculturalisme traditionnellement bien implanté dans l’Ouest Canadien, il est évident que le crime de London (On) qui a été commis par Nathaniel Veltman non pas contre les musulmans mais contre l’étranger qui ose porter ses vêtements traditionnels au Canada, ne peut s’expliquer après coup par de simples considérations de santé mentale. L’acte en lui-même a été prémédité ce qui veut dire qu’il a été réfléchi et émettons l’hypothèse qu’il a été peut-être partagé. L’enquête si enquête sérieuse est entreprise déterminera les vrais tenants et aboutissants de cette tragédie.


C’est de la haine pas de l’islamophobie


La famille de Salman Afzaal. Le père, la sœur âgée de 15 ans, et la grand-mère, est originaire du Pakistan comme elle aurait pu être d’Indonésie ou de Malaysie ou d’Inde. Les vêtements de ces pays se ressemblent à quelques éléments près. Mieux, ils auraient pu être hindouiste, chrétiens ou jaïniste. Malheureusement, les médias ont bondi à des conclusions orientées en signifiant qu’il s’agissait d’une famille musulmane, certes cela s’est avéré juste mais pourquoi n‘avoir pas dit ‘’ Canadienne’’ sans autre qualificatif ? Est-ce le multiculturalisme qui signifie qu’avant d’être canadien – même d’adoption - l’immigrant est qualifié d’abord par sa religion lorsqu’il s’agit notamment des musulmans ? L’usage des mots a son importance dans l’expression de la pensée. Les journalistes, les analystes, les politiques etc. le savent très bien.  


C’est ainsi que l’on remarque qu’un nouveau cadre de références est imposé depuis deux décennies dans un pays comme le Canada qui se dit ouvert à toutes et à tous, quelque-soit l’origine, la religion, la race, etc. Par conséquent, dans ce qui nous intéresse aujourd’hui, tous se mettent à dénoncer l’islamophobie cible parait-il de tous les musulmans et qui dans les faits n’en est pas une … Au racisme qui n’en est pas un. À la discrimination et à la stigmatisation qui n’en sont pas. En revanche ce nouveau cadre de références tient compte d’enjeux politiques cachés et qui met de l’avant d’un côté les islamistes et leurs soutiens parmi les fédéralistes et les Anglos et de l’autre les communautés musulmanes dans leur diversité et la société d’accueil. Et pour mieux paraitre les faiseurs d’opinion et leurs élus, etc. préfèrent détourner l’attention sur la loi21 et ses effets dont l’un serait Les actes terroristes de London (On) et de la mosquée de Québec. Mais, il y a bien entendu un mais, tous taisent en toute connaissance de cause, l’attentat de la Rue Yonge (23 avril 2018) en plein cœur de Toronto. Rappelons-nous, Alek Minassian (un Incel) avait foncé sur des passants avec sa camionnette tuant 10 personnes, presque toutes des femmes et blessé pas moins de 16 autres passants. Non ! Il faut surtout éviter de citer cet attentat et faire le lien seulement avec celui de Québec et la loi21.


Les amalgames qui tuent …


Pourtant, si les effets négatifs occasionnés par le terroriste Québécois lors de son attaque de la mosquée de Québec avaient été pris au sérieux par les autorités Canadiennes, London n’aurait pas été témoin de celui provoqué par le terroriste Ontarien.  Mieux encore si le Canada anglais n’avait pas ouvert la porte aux amalgames entre musulmans et islamistes au Québec et empêché que des idéologues kidnappent des morts en agissant de manière discriminatoire pour se mettre de l’avant et surfer sur la victimisation de tous les musulmans et la culpabilisation de tous les Québécois, peut être que la famille de London (On) serait encore parmi nous. 


Si la mort de Canadiens était respectée par des élus du Québec et du Canada, peut être que ni Québec ni London n’auraient été témoins de ces crimes abjectes.  Même au Québec, bien des faiseurs d’opinion, se sont dressés contre le fait que Justin Trudeau fasse le lien entre cet attentat et la loi21, c’était leur devoir, mais ils l’ont fait sans compassion ni empathie pour la famille des victimes et des communautés musulmanes. 


Le crime terroriste commis à London (On) qui a effectivement décimé toute une famille Canadienne, laissant un jeune adolescent orphelin et seul, pour se reconstruire, nous interpelle tous. Dès lors, réagir à chaud n’est pas approprié. Le musulman, pratiquant ou de tradition, pas l’islamiste, préfère s’abstenir de commenter par respect pour les défunts et leur famille tant que les dépouilles ne sont pas mises en terre. Il prend le temps de renouveler ses condoléances et sa sympathie aux proches.


Une stratégie d’intégration à revisiter


Les amalgames et la récupération politiques n’ont pas quitté l’espace public et politique et l’on observe un grand retour dans la sphère gouvernementale et médiatique. Une occasion rêvée pour ceux qui s’accrochent à la victimisation et accusent tous les autres de discrimination, de racisme, de xénophobie, etc. Le ministre Benoit Charrette en a fait les frais face à des personnes instrumentalisées pour la circonstance. Qu’en aurait-il été si tous les musulmans de Montréal avaient rejoints cette vigie ? Encore une fois, le multiculturalisme ghettoïse les communautés au lieu de considérer tout le monde d’abord en tant que citoyen afin de créer des ponts entre tous et en distinguant notamment les milliers de musulmans des quelques centaines d’islamistes … qui s’auto-proclament leurs représentants ! La famille Canadienne de London (On) n’avait rien de fanatique, ni d’extrémiste, ni d’islamiste ! Ses membres portaient leurs tenues traditionnelles qui n’a rien à voir avec ce que portent les femmes et les hommes islamistes ! Mais la haine aveugle même les gouvernants … Ce n’est point de cette façon que les vraies connections s’établiront entre les Canadiens en général, les Québécois en particulier et l’immigration. La stratégie d’intégration doit être revue de fond en comble pour configurer un vrai profil du citoyen Canadien et Québécois ce qui éviterait que d’autres drames ne surviennent et que la porte s’ouvre encore une fois pour que des extrémistes manifestent leur haine envers les personnes et la société d’accueil.


 


Ferid Racim Chikhi


Conseiller en insertion socioprofessionnelle


& en Intégration socioculturelle.


Featured 5003654121f766561cb8761f78f11b32

Ferid Chikhi62 articles

  • 57 349

Algéro-Canadien, Ferid Chikhi vit au Québec depuis 2001. conférencier et formateur, il est membre de plusieurs groupes et collectifs d’études. Contributeur de presse il est auteur d'articles, de réflexions et d'analyses tant politiques qu’économiques. Il a publié divers textes sur les problématiques d’accueil et d’intégration des immigrants au Québec. Ferid est membre du Conseil d'adminstration des IPSOs; membre fondateur de l'Association des Nord-Africains pour la Laicité (AQNAL) ; membre du Groupe d'Études et de Réflexions Méditérannée Amérique du Nord (GERMAN) et l'animateur du site www.convergencesplurielles.com  





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé