Facal et l'anti-sémitisme, 5828... les aînés, 53

Attaques et contre-attaques!

Et le combat pour l'indépendance du Québec?

Tribune libre


Mettons les choses au clair! Lorsque j’ai commencé à écrire des articles sur le site de Vigile, mon intention était de promouvoir, avec mes modestes moyens, la souveraineté du Québec… et mes objectifs n’ont pas changé!
Pourtant, dix articles parus sur ce site en deux jours, ont attiré pas moins de 5828 visiteurs autour des déclarations de Joseph Facal relativement aux accusations d’anti-sémitisme envers Vigile. À cet effet, je vous rappelle que je me suis déjà prononcé en faveur des défenseurs de l’intégrité de Vigile dans un article publié sur ce site le 20 mars, intitulé « Demeurer vigilants et rassembleurs » et dont voici un extrait :

« Depuis quelques jours, pas moins d’une douzaine d’articles ont été publiés sur Vigile relativement aux propos de certains bonzes de cette tribune jugés antisémites par quelques vils démagogues! À cet effet, je rejoins d’emblée le contenu des réactions qui ont suivi! Et, ce n’est pas la première fois, vous le savez fort bien, que ce site subit les attaques de ces empêcheurs de tourner en rond! »

Le 19 mars, un autre article, signé de ma main et intitulé « Avons-nous oublié nos aînés? », dans lequel j’ajoutais une cinquième piste de solution à la réflexion des jeunes Québécois sur l’actualisation du projet de pays, soit le rétablissement du pont avec les aînés, récolte, à ce jour, 53 visiteurs, soit environ 10% d’une moyenne de 583 évoqués au début de mon article! Par ailleurs, le seul de mes articles sur les 38 qui ont été publiés sur Vigile,
« Assez, c’est assez! », publié le 12 février, et qui me plaçait en mode attaque et contre-attaque envers Maxime Bernier concernant ses déclarations sur l’inutilité de la loi 101, a accueilli 681 visiteurs! Symptomatique, non?
Comprenons-nous bien! En rédigeant cet article, je ne ressens aucune frustration et je n’ai jamais éprouvé la moindre intention de m’accaparer les cotes d’écoute de cette tribune pour ma gloire personnelle! Je veux simplement susciter une réflexion sur l’origine de la création de Vigile, clairement définie par M. Bernard Frappier dans son article publié sur cette tribune le 22 mars, intitulé « Pour qui roule Facal? » et dont je me permets de citer un extrait :
« Vigile, c’est un lieu d’information riche et variée en relation avec l’expérience québécoise du combat pour la liberté nationale et l’indépendance du Québec. »

C’est ce « combat pour l’indépendance du Québec » qui m’allume encore et pour lequel je vous partage sur cette tribune libre, pour y parvenir, mes pistes de réflexions issues de mon expérience personnelle. Toutefois, quand je constate toutes les énergies qui sont dépensées pour contre-attaquer aux attaques de nos adversaires, je suis porté à me demander si nous ne sommes pas en train de mettre inconsciemment en veilleuse l’objectif premier de Vigile, soit de poursuivre sans relâche le combat pour l’indépendance du Québec. Pas vous?
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1330 articles

  • 1 167 897

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2011

    Monsieur Marineau,
    « Les bœufs sont lents mais la terre est patiente… » (quoique… la terre n’a pas de langue maternelle menacée)
    Le 11 mars, j’écrivais :
    Pour enterrer mon centième texte
    http://www.vigile.net/Republique-vegetalienne-stricte-du
    Dominique Desroches, philosophe sans chaire universitaire, nous a accompagnés sur Vigile pendant 1022 jours (14 mars 2007-25 nov 2009).
    Il a beaucoup écrit, sans être beaucoup lu. Relisons-le à propos de Shakespeare :Hamlet. (La pièce adaptée par JM Dalpé joue actuellement au TNM du 8 mars au 2 avril 2011.)
    À la fin de sa série « PENSER LE QUÉBEC » D.D. nous laissait :
    http://www.vigile.net/Le-fantome-de-Shakespeare-To-be-or
    "Le fantôme de Shakespeare - To be, or not to be... in French ?"
    L’esprit de notre langue en quatre actes
    Dominic DESROCHES
    Collaboration spéciale
    vendredi 20 novembre 2009
    Il déplorait la pauvreté des échanges favorisés sur la Tribune libre.
    Il s’est « suicidé littérairement » sur Vigile le mercredi 25 novembre 2009.
    Il avait publié 80 textes sur le site.
    J’en ai produit 100.
    J’ai cru rassembleur notre défi à nourrir la marée montante d’humains sur terre, notre questionnement sur les habitudes alimentaires dans la perspective d’une république verte du Québec.
    Mais ce texte est déjà rendu aux limbes. J’écris mes mémoires d’outre-tombe, à la Châteaubriand…
    Pure poésie de ma part. Le flôt de textes croît tellement que ça devient comme la table ronde interminable à l’ONU… amoncellement de papier.


  • Archives de Vigile Répondre

    23 mars 2011

    D'accord avec l'idée que nous devrions nous concentrer sur les moyens de favoriser la souveraineté du Québec.
    L'esprit critique, de plusieurs intervenants qui pondent des textes sur Vigile, les incite à critiquer le PQ, par amour ou autrement, ses chefs, les uns après les autres et ses autres députés qu'ils ne trouvent pas assez militants et trop...carriéristes.
    L'idée de souveraineté y est promue, ce qui a incité certains députés du PQ à y contribuer mais, pas le PQ qui semble trouver ce site Internet, un peu trop critique à son endroit. Les responsables au PQ doivent bien se dire : Pourquoi est-ce que j’encouragerais un site qui me tape dessus régulièrement ?