Appliquer la loi 21

9e136691e534bf248ad4f42baa2d6762

« Ceux qui s’imaginent que le débat sur la laïcité est terminé se racontent des histoires. »


Tout se passe comme on pouvait le prévoir. La loi 21, qui a suscité de grands débats ce printemps, et qui venait clore une décennie de controverses autour de la laïcité, commence à faire sentir ses effets avec la présente rentrée scolaire.


Celles qui enseignaient déjà avec leur voile peuvent le garder. Elles ont un droit acquis.


Celles qui veulent entrer dans la profession doivent le retirer, et c’est ce qu’exigent désormais les Commissions scolaires au moment des embauches. Rien de bien compliqué. Ceux qui disaient de la loi 21 qu’elle était inapplicable se mettaient un doigt dans l’œil.


Culpabilisation


Et comme prévu aussi, certains médias ralliés à l’idéologie multiculturaliste cherchent à nous faire pleurer en nous racontant l’histoire de telle ou telle jeune femme qui aurait tellement voulu enseigner, mais qui doit laisser ses rêves de côté à cause de la méchante loi québécoise.


On en rajoute en expliquant que le Québec est en pénurie de personnel enseignant et qu’il se punit lui-même en refusant d’embaucher des enseignantes voilées. En d’autres mots, la loi 21 se retournerait contre nous, et notre fermeture d’esprit nous condamnerait à l’appauvrissement à la fois culturel et économique.


On peut s’attendre à ce que cette campagne de propagande grossière dure un temps. Car les adversaires de la loi 21 sont toujours mobilisés. Ils ont toutefois changé de stratégie. Dans la mesure où ils ne peuvent plus empêcher la promulgation de la loi, ils ont décidé d’entrer en guérilla juridique, administrative et médiatique.








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Leur objectif : garder une tension autour de la loi, la rendre progressivement scandaleuse, en attendant que le gouvernement fédéral, après les élections d’octobre, s’en mêle et l’attaque ouvertement. Dans leur esprit, il faut tout faire pour éviter que la loi 21 n’entre dans les mœurs et n’instaure juridiquement et culturellement une nouvelle norme au Québec.


De ce point de vue, ceux qui s’imaginent que le débat sur la laïcité est terminé se racontent des histoires.


Certes, le peuple québécois a remporté une grande victoire avec la loi 21. Mais la laïcité demeure fragile tant que nous demeurons dans le cadre canadien. Il faut se souvenir de l’histoire de la loi 101, qu’Ottawa a démantelée progressivement, sans que les Québécois prennent toute la mesure de ce travail de sape. Aujourd’hui, les Québécois vivent dans l’illusion de la sécurité linguistique alors que leurs lois linguistiques ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes. Montréal ne se francise plus, mais s’anglicise.


Ottawa


Mais il sera plus difficile de faire tomber la loi 21. On ne peut la détricoter en cachette. Soit elle s’applique, soit elle ne s’applique pas. Soit on porte un signe religieux, soit on ne le porte pas.


Cette simplicité fait sa force. À travers elle, un modèle de société laïque s’impose progressivement.


Dès lors, les autorités québécoises ne doivent surtout pas flancher. Elles ne doivent pas céder devant les militants pleurnichards de l’anti-laïcité qui misent sur une stratégie larmoyante relayée par des médias complaisants pour nous culpabiliser collectivement.