Il était une fois Pierre Falardeau

E9e84e58e2c2f732e400fa2332b6a4b2

Et pourtant, Falardeau se berçait d'illusion sur la solidarité a entretenir avec le tiers-monde socialiste


À peu près tout le monde en prend conscience ces jours-ci : le 25 septembre, cela fera 10 ans que Pierre Falardeau nous a quittés. On se souvient du cinéaste, de l’écrivain, du militant indépendantiste. On se souvient en fait d’un personnage hors-norme qui refusait de se plier aux codes de la bien-pensance et faisait fi des mondanités médiatiques.


Sous des dehors bourrus, l’homme était complet, franc, authentique.


Courage


Ses admirateurs se trouvaient dans tous les camps, quoi qu’en pensent certains esprits sectaires qui aujourd’hui, se présentent comme les gardiens exclusifs de sa mémoire.


Dans une société amidonnée comme la nôtre, où les chiens de garde du politiquement correct traquent sans cesse les « dérapages » et veulent faire entrer ceux qui ne pensent pas comme eux dans la catégorie des délinquants intellectuels, il nous faudrait un Falardeau capable d’envoyer paître les censeurs de la plus verte manière.


On ne peut sérieusement parler de Falardeau sans évoquer son engagement indépendantiste. Falardeau n’était pas un souverainiste tiède. Sa pensée politique était ancrée dans l’histoire québécoise, auquel il consacrera deux films majeurs, 15 février 1839 et Octobre.








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





On peut bien évidemment ne pas partager l’ensemble de ses idées. Mais on peut difficilement ne pas admirer l’intégrité existentielle d’un homme qui ne trichait pas dans l’expression de ses convictions fondamentales.


Indépendance


Falardeau savait que le peuple québécois avait été colonisé, et savait aussi que la colonisation n’est pas sans laisser des séquelles psychologiques très profondes. Aujourd’hui, dans un Québec moderne et prospère, on s’imagine que tout cela est de l’histoire ancienne.


Sans le moindre doute, Falardeau aurait mis à mal nos illusions politiques.


Surtout, pour lui, l’indépendance d’un peuple avait une valeur en soi, et devait interpeller tout autant ce qu’on appelle la gauche et ce qu’on appelle la droite.


Comment ne pas être frappé par l’actualité de sa pensée ?