Vive le bilinguisme à la manière du ROC!

Amanda Simard, figure de proue des Franco-Ontariens

Pendant ce temps-là, au Nouveau-Brunswick...

F98fd13b6a5755bf8cdac0e331f68621

Tribune libre

J’ai écouté avec beaucoup d’attention l’entrevue accordée à Anne-Marie Dussault par l’ex-députée du gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford, Amanda Simard, lors de l’émission 24/60 télédiffusée sur RDI le 21 décembre.


J’ai été d’abord frappé par le calme que la députée indépendante mettait à répondre aux questions d’Anne-Marie Dussault, et l’assurance dans les arguments qu’elle évoquait pour justifier sa décision de quitter le parti progressiste-conservateur.


Toutefois, au-delà de ces qualités remarquables, trône chez elle une force de convictions exceptionnelle dans les principes qui sous-tendent son entrée en politique, notamment son sens du devoir envers ses commettants, à savoir les électeurs qui l’ont choisie comme députée de leur comté constitué de 70 % de francophones. À preuve cette affirmation qui se passe de commentaires : « Comme député, on travaille pour les gens qu'on représente, pas pour les premiers ministres ».


En écoutant cette toute petite jeune femme, je n’ai pu m’empêcher de penser au récit de David et Goliath, une Amanda Simard qui poursuit son combat contre le Goliath Doug Ford, tout en espérant qu’elle puisse remporter la victoire dans sa lutte pour la défense du français en Ontario pour la plus grande joie des Franco-Ontariens qui misent surement beaucoup sur celle qui est devenue leur figure de proue.


Pendant ce temps-là, au Nouveau-Brunswick…


À noter les similitudes avec le vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Robert Gauvin, l’unique député acadien du Parti progressiste-conservateur, qui a été secoué par les événements entourant la volonté de son gouvernement d'embaucher des ambulanciers unilingues anglophones dans une province officiellement bilingue... Vive le bilinguisme à la manière du ROC!



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1344 articles

  • 1 169 605

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire