L’identité nationale, pierre angulaire de la souveraineté du Québec

À la reconquête des 18-34 ans

3ede0612e3bc2caf85a1fac16dd3034c

Tribune libre

En 2012, Pauline Marois avait profité de la grogne des étudiants et des jeunes professionnels pour défaire le gouvernement libéral de Jean Charest. Un sondage Léger diffusé un mois avant le scrutin voyait le PQ largement en tête des intentions de vote chez les 18-34 ans. Six ans plus tard, trois sondages successifs de la même firme, diffusés entre avril et juin 2018, placent le PLQ en tête des intentions de vote chez les électeurs de 18 à 34 ans et, à chaque fois, le PQ est troisième avec 20% ou moins.


Un revirement pour le moins draconien qui laisse entrevoir que le virage jeunesse entrepris par Paul Saint-Pierre Plamondon en 2012 s’est essoufflé par manque de « carburant », à savoir de bougie d’allumage qui aurait dû pourtant perpétuer l’engouement des 18-34 ans envers le PQ. Récemment, les derniers sondages révèlent que le parti de Jean-François Lisée se situe au troisième rang eu égard aux intentions de vote des Québécois pour le scrutin d’octobre 2018.


Mais que s’est-il donc passé entre 2012 et 2018 qui pourrait expliquer un tel revirement? À mes yeux, avec le report d’une démarche concrète du Québec vers son indépendance en 2022, la question de l’identité nationale a pris le chemin du placard au détriment de l’image d’un bon parti « provincialiste », lequel se retrouve relégué sur le même pied que le PLQ aux yeux de la frange jeunesse de l’électorat.


Et pourtant, le PQ regroupe, à mon sens, la meilleure équipe de candidats susceptibles de former un excellent gouvernement. Ne manque que la promotion de sa marque distinctive, à savoir la souveraineté du Québec, pour aspirer à reconquérir le cœur des 18-34 ans!

 


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1204 articles

  • 1 171 332

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé