Marie-Maude Denis vs Marc-Yvan Côté

Protection des sources journalistiques

90eace731a4d2744a0e80c46ad73408b

Tribune libre

On ne compte plus les magouilles dans lesquelles a ou aurait trempé Marc-Yvan Côté au cours de sa carrière politique ou, subséquemment, dans sa vie civile, la dernière en liste référant aux soupçons qui lieraient l’ancien ministre à un système de collusion entre des élus et la firme Roche.


Or, la cause est encore en suspens, les avocats de M. Côté alléguant que la journaliste Marie-Maude Denis devrait révéler les sources journalistiques l’ayant conduit à l’allégation du système de collusion en cause. Dans ce dossier, en mars dernier, la Cour supérieure du Québec avait donné raison à M. Côté et forcé la journaliste à identifier ses sources. Face à ce constat, les avocats de Mme Denis ont sollicité la Cour suprême qui a accepté d’entendre la cause.


Une saga judiciaire qui révèle à quel point la confidentialité des sources journalistiques est fragile et, par ricochet, la difficulté, voire l’impossibilité, dans certains cas, pour un journaliste, d’obtenir des informations devant une instance judiciaire qui serait légitimée de connaître les noms des sources.


Par ailleurs, l'avocat de la journaliste estime que la jurisprudence protège les sources journalistiques sauf dans « quelques rares exceptions », comme des cas de crimes graves ou de sécurité nationale, ce qui, bien sûr, n’est pas le cas dans cette affaire.


Par conséquent, il est à souhaiter que la Cour suprême donnera raison à la protection des sources journalistiques, à défaut de quoi les journalistes peuvent dire adieu aux informations « confidentielles » qu’ils reçoivent de leurs sources!



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1221 articles

  • 1 167 611

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé