Vos gueules, les mecs!

95ee5572a8843880bf7a06d74ab2152a

Le féminisme revanchard devient délirant



Quand j’ai lu que Radio-Canada préparait pour 2020 une série sur les « angoisses existentielles » de quatre hommes hétéros dans la cinquantaine, j’ai aussitôt prédit qu’une de nos féministes les plus radicales grimperait dans les rideaux.




Bingo ! Soixante-douze heures après l’annonce de la série Les Mecs, une féministe crinquée s’attaquait à cette émission... dont on n’a pas vu une seule image !




Imaginez: une série écrite par un homme (beurk !), réalisée par un homme (re- beurk !) avec des acteurs masculins nés dans des corps d’hommes (quelle horreur !) qui parle des problématiques masculines (forcément toxiques !).




LES FÉMININTOLÉRANTES




Jacques Davidts a écrit la savoureuse série Les Parent, inspirée par ses enfants. Il a voulu écrire une série inspirée par ses amitiés masculines. Dans Les Mecs, on pourra voir Christian Bégin, Normand Daneau, Alexis Martin et Yanic Truesdale.




Davidts a eu le malheur de dire que sa série sera comme un « safe space pour hommes de 50 ans » et Ricardo Trogi (qui va la réaliser) a affirmé que ce sera comme une incursion dans un vestiaire de gars.




Pour les féministes enragées (qui sont une minorité, mais à qui les médias gogauche tendent toujours un micro), c’est impensable que des hommes, suppôts de l’oppression patriarcale, aient besoin d’un espace sécuritaire pour se parler entre eux.




Vous pensez que j’exagère ? Dans une chronique de La Presse publiée hier, l’écrivaine et professeure Martine Delvaux a carrément écrit : « Une comédie aux relents de vestiaire ne fait qu’enfoncer le clou de la violence genrée ». Simonak ! Excusez-moi, c’est rare que je sacre, mais là, vraiment !








Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.





Selon Martine Delvaux : « On donne un porte-voix – un de plus ! – à des voix qu’on entend partout. » Autrement dit, vos gueules, les mecs !




Pour les crinquées comme Mme Delvaux, seules les femmes (qui sont toutes des saintes et/ou des victimes) méritent une série. Les hommes ? On s’en torche, ils mènent le monde « en toute impunité depuis la nuit des temps. ».




Martine Delvaux est obsédée par le patriarcat. Elle avait dénoncé la supposée violence du film Le Mirage et affirme dans son dernier livre que le monde entier est un « boys club », où se produisent, à tous les niveaux de la société, de véritables viols collectifs. Elle trouve « pathétique » la série Les Mecs (dont elle n’a pas vu une image) parce que « les angoisses existentielles des hommes », elle trouve ça « risible ».




Imaginez si un homme écrivait des choses pareilles. « Ça suffit les bonnes femmes, on est tanné de vous entendre parler de vos règles, de vos grossesses, de culture du viol et d’équité salariale ! ».Pourquoi quand un homme tient des propos débiles, on le dénonce, mais quand une femme tient des propos haineux face aux hommes, ça passe ?




MON MEC À MOI




Ma définition du féminisme tient en trois mots: égalité hommes femmes. Le « vécu » des hommes est tout aussi intéressant que celui des femmes. Des hommes angoissés à l’idée de vieillir, sans points de repère face à une société qui change trop vite, ça me touche, ça me bouleverse.




Mon féminisme à moi se construit en écoutant les hommes. Pas en leur disant de se taire.