RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX CONFLITS D'INTÉRÊTS ET À L'ÉTHIQUE

Un rapport accablant mais...

76e52cd3f497d19a8067002564987b86

Tribune libre

Avec le dépôt du rapport du Commissaire aux conflits d’intérêts et à l'éthique Mario Dion, le spectre de l’affaire SNC-Lavalin est revenu hanter le premier ministre Justin Trudeau. Le commissaire est catégorique : « M. Trudeau s'est prévalu de sa position d'autorité sur Mme Wilson-Raybould pour tenter d'influencer sa décision concernant l'infirmation de la décision de la directrice des poursuites pénales, laquelle avait conclu qu'elle n'inviterait pas SNC-Lavalin à entamer des négociations en vue de conclure un accord de réparation », peut-on lire dans le rapport.


De son côté, Justin Trudeau, devant la presse, a dit accepter le rapport du commissaire et prendre la « pleine responsabilité » de ses erreurs, mais a affirmé être en « désaccord » avec certaines conclusions sans toutefois apporter de précisions sur les dites conclusions. À sa défense, le premier ministre a fait valoir qu’il avait voulu « défendre l’intérêt public », notamment la survie de SNC-Lavalin, les milliers d’emplois mis en danger, les retraités et les actionnaires du fleuron québécois.


Toutefois, là où le bât blesse avec acuité, c’est que le rapport de M. Dion fait état du fait que le premier ministre a enfreint la loi sur les conflits d’intérêts. Or, aucune personne, quelle que soit sa fonction, ni aucune cause, quelque louable qu’elle soit, ne peuvent se situer au-dessus de la loi., le Canada étant un État de droit, un leitmotiv si souvent clamé par Justin Trudeau depuis qu’il occupe le poste de premier ministre.


Enfin, une question se pose : quelles seront les conséquences reliées à la divulgation de ces accusations envers Justin Trudeau sur l’électorat québécois? À mes yeux, les clans sont relativement campés. Conséquemment, je ne crois pas que ce rapport « accablant » puisse jouer un rôle déterminant sur les résultats du vote le 21 octobre…


https://www.tvanouvelles.ca/2019/08/14/en-direct--rapport-du-commissaire-a-lethique--justin-trudeau-reagit



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1332 articles

  • 1 167 877

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé