Un Québec francophone et ouvert!

Tribune libre


Il est reconnu depuis la bataille historique qui a donné naissance au libellé de la loi 101, gagnée contre vents et marées par M. Camille Laurin et ses fidèles partisans, que le français est la langue officielle du Québec. Depuis cette époque, une loi, adoptée par l’Assemblée nationale du Québec, s’érige en porte-étendard relativement efficace des intérêts de la société francophone québécoise malgré les attaques récurrentes de ses adversaires.
Par ailleurs, personne ne pourra mettre en doute la réalité que le Québec, par sa situation géographique, baigne dans un milieu majoritairement constitué d’anglophones. Partant de ce constat, si nous désirons que nos jeunes aient en mains tous les outils nécessaires pour faire face adéquatement au mouvement de mondialisation omniprésent au 21ième siècle, tout en privilégiant l’enseignement du français tout au cours de leurs études, nous ne pouvons par ailleurs nous cantonner entre les œillères d’une peur maladive de la langue anglaise, symptôme d’un «Je me souviens» plutôt sclérosant, 250 ans après la conquête de 1760, et phobie qui ne pourrait que freiner l’épanouissement de notre jeunesse québécoise.
À mon sens, nous avons le devoir d’exercer une vigilance continuelle sur l’apprentissage, la maîtrise et la défense de notre langue maternelle tout en nous assurant qu’un Québec s’affichant résolument francophone demeure ouvert pour le plus grand rayonnement de notre nation à travers le monde!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1298 articles

  • 1 169 165

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé