Retour sur l'Affaire Michaud

Affaire Michaud 2000-2011





[->31201] Jeudi matin, le 13 janvier, Paul Bégin, ex-ministre de la Justice et de l'Environnement et député péquiste de 1994 à 2003, tenait une conférence de presse fort intéressante à Québec.
Son objectif: dix ans après la fameuse «Affaire Michaud», présenter une liste de 51 députés qui disent aujourd'hui regretter leur vote du 14 décembre 2000 sur une motion sans préavis et sans précédent qui disait ceci: «Que l'Assemblée nationale dénonce sans nuance, de façon claire et unanime, les propos inacceptables à l'égard des communautés ethniques, et en particulier, à l'égard de la communauté juive tenus par Yves Michaud à l'occasion des audiences des États généraux sur le français à Montréal le 13 décembre 2000.»
Cette motion avait été présentée conjointement par le député libéral Lawrence Bergman et le péquiste André Boulerice. Le premier ministre était Lucien Bouchard et le chef de l'opposition officielle, Jean Charest.
(*** Pour comprendre ce qui s'est vraiment, vraiment passé, il faut absolument lire [«L'Affaire Michaud. Chronique d'une exécution parlementaire»->31201] de Gaston Deschênes, historien et ancien chef de la recherche à l'Assemblée nationale. Éditions Septentrion.)
Or, de ces 51 députés, aucun n'est libéral. Et ce, même si M. Bégin l'est a contactés par écrit dans un geste tout à fait non partisan.
Paul Bégin cherche aussi à convaincre les députés, toutes formations confondues, de modifier les règles de l'Assemblée nationale pour qu'un tel geste ne soit plus jamais posé par les parlementaires en de pareilles circonstances.
Car cette motion du 14 décembre 2000, elle fut votée à l'unanimité par 109 députés, à l'aveugle, en pleine session intensive, alors qu'aucun n'avait vu ces présumés propos inacceptables de M. Michaud.
Pis encore, dans les jours qui ont suivi, malgré les protestations fondées d'Yves Michaud, on en remettait allègrement sans savoir. Gaston Deschênes rapporte comment, entre autres, le député péquiste Sylvain Simard parlait d'un «vieux relent d'antisémitisme» et avait traité M. Michaud de «crackpot». Bernard Landry, quant à lui, l'accusait d'avoir commis «une erreur historique monstrueuse en banalisant l'Holocauste»... Ce que M. Michaud n'avait jamais fait...
****
Ce qui fut dit
Dans l'ouvrage de Gaston Deschênes, vous trouverez les transcriptions de ce qu'Yves Michaud a dit à ces fameux États généraux, le 13 décembre 2000.
En voici l'extrait principal:
«Mes
propres concitoyens devraient suivre l'exemple de ce que le chanoine Groulx disait à propos du peuple juif. Le chanoine Groulx disait et nous invitait, et je le cite, «à posséder, comme les juifs, leur âpre volonté de survivance, leur invincible esprit de solidarité, leur impérissable armature morale». Et l'historien donnait alors l'exemple du peuple juif comme modèle à suivre pour que les Québécois affirment leur propre identité nationale et assument, et assument pleinement, l'héritage de leur histoire, ajoutant que l'antisémitisme était «une attitude antichrétienne et que les Chrétiens sont, en un sens, spirituellement des Sémites». (p. 54)
M. Michaud y avait aussi parlé de francisation. «Des immigrants, nous en voulons, oui, le plus possible», dit-il, en parlant aussi de leur «devoir» d'apprendre à comprendre et parler la langue de la société québécoise. Puis, il avance que si tel avait été le cas, les résultats du référendum de 1995 auraient été différents... Disant que chez les francophones, le vote est divisé 60/40, il donne comme exemple le comté de Côté St-Luc où, avance-t-il également, 100% des électeurs inscrits auraient voté «non». Puis y va de son explication: ce n'est ni de l'«hostilité» de leur part, ni de la «haine», mais une incompréhension de ce qu'est le Québec français. Quant aux Anglo-Québécois, il déclare «je monterai aux barricades leur droit à leur langue, leurs écoles, leurs institutions, leurs hôpitaux, parce qu'une qualité de la démocratie se définit comment? Par la qualité qu'une démocratie accorde à ses minorités.»

Ce sont certes là des opinions, et donc discutables par définition. Mais ces propos sont-ils de nature xénophobe? Non.
Quant aux autres propos présumément xénophobes qu'on lui allait lui prêter dans les jours suivants, vous trouverez aussi dans le livre de M. Deschênes, la transcription de l'entrevue que M. Michaud donnait à Paul Arcand le 5 décembre 2000 (pp. 70-...). On parle ici de cette fameuse entrevue où il racontait son échange anecdotique chez le coiffeur avec le sénateur libéral Leo Kolber.
Notons toutefois que la motion du 14 décembre 2000 portait bel et bien sur des propos qu'ils avaient présumément tenus le 13 décembre aux États généraux de la langue.
***
La proposition de Paul Bégin
Mais jugez par vous-mêmes de la démarche de Paul Bégin. Voici le texte qu'il envoyait ce 13 janvier:
«Au
terme d'une démarche que j'ai entreprise il y a environ un mois, je puis aujourd'hui, avec beaucoup de satisfaction, faire le constat devant vous que 51 députés siégeant en décembre 2000 ont exprimé à monsieur Michaud, sous forme de regret, d'excuses ou autrement, que les choses auraient dû se passer autrement le 14 décembre 2000. Et, devant un tel témoignage, je crois qu'il est temps que l'on envisage sérieusement d'apporter des changements au règlement de l'Assemblée nationale.
Au début de décembre 2010, j'ai soudainement pris conscience que tant et aussi longtemps que les parlementaires qui avaient voté la motion Bergman-Boulerice ne déclareraient pas qu'ils s'étaient trompés ce jour-là et qu'ils ne s'en excuseraient pas, toutes les tentatives de monsieur Michaud pour faire modifier le règlement de l'Assemblée nationale, afin que jamais plus aucun autre citoyen n'ait à vivre ce qui lui était arrivé, seraient vouées à l'échec.
J'ai alors décidé d'écrire au plus grand nombre possible de parlementaires ayant voté en faveur de cette motion, sans me préoccuper de leur appartenance politique et avec un texte sans partisanerie. Je voulais rejoindre les hommes et les femmes, non les partis politiques, et ce, sans égard aux idéologies. Le souci de la vérité et le sens de la justice étant, ou devant être, les mêmes pour tous.
Par ma démarche, je voulais également susciter la réflexion sur l'adoption de telles motions impliquant des citoyens et non pas les parlementaires eux-mêmes.
Je leur demandais donc de reconnaître dans un premier temps qu'ils s'étaient trompés en votant en faveur de la motion Bergman-Boulerice et qu'en conséquence, ils s'en excusaient auprès de monsieur Michaud, selon les termes suggérés dans mon document.
Au moment d'écrire à mes ex-collègues parlementaires, quelques-uns d'entre eux, à ma connaissance, avaient déjà, d'une manière ou d'une autre, fait connaître privément à monsieur Michaud ou publiquement qu'ils considéraient s'être trompés ou s'étaient excusés. Ils étaient dix à l'avoir fait (Louise Beaudoin, Yves Beaumier, Jean-Pierre Charbonneau, Solange Charest, Claude Cousineau, Joseph Facal, François Gendron, Claude Lachance, Bernard Landry et Pauline Marois).
Donc, au moment où je vous parle nous sommes 51 députés à avoir exprimé des excuses à Monsieur Michaud pour avoir voté la motion Bergman-Boulerice, dont les dix députés mentionnés plus tôt. Tous sont péquistes, ce qui représente 77% des députés péquistes de l'époque.
Seule ombre au tableau, aucun parlementaire libéral n'a signé mon document.
Je crois que si autant de députés qui ont voté la motion Bergman-Boulerice pensent qu'ils se sont trompés à l'époque, en bonne partie en raison des faiblesses du règlement de l'Assemblée nationale, les parlementaires actuels, de quelque parti qu'ils soient, devraient maintenant conclure que ce règlement doit être modifié.
Il ne devrait plus être possible d'adopter une telle motion sans un avis de 48 heures, sans que les propos reprochés n'aient été mis par écrit et remis aux parlementaires 24 heures avant l'étude et le vote de la motion, et surtout, sans que la personne à qui l'on reproche les propos n'ait été officiellement invitée à se rendre en commission parlementaire, avec droit de parole et de dépôt de documents et ce, dans un délai raisonnable.
J'invite donc les parlementaires actuels à entreprendre les démarches requises pour que le règlement de l'Assemblée nationale soit modifié dans le sens que j'ai indiqué plus haut. Au moins 7 d'entre eux, Pascal Bérubé, Amir Khadir, Lisette Lapointe, Pauline Marois, Sylvain Pagé, Carole Poirier et Denis Trottier, ont déjà exprimé leur intention de mettre leurs concitoyens à l'abri de tels dérapages en prônant une telle modification du règlement.
Pour la rédaction d'un texte d'amendement adéquat, pourquoi le président de l'Assemblée nationale ne formerait-il pas un petit groupe de travail composé d'anciens présidents/tes de l'Assemblée, provenant autant du Parti libéral que du Parti Québécois?»

FIN DU TEXTE DE M. BÉGIN.
***
Lucien Bouchard démissionne
Mais pourquoi, direz-vous, Lucien Bouchard s'en est ainsi pris à Yves Michaud? Quelle mouche l'avait donc piqué?
Dans les jours précédant la fameuse motion, M. Michaud avait déclaré son intention de se présenter à l'investiture du comté de Mercier comme candidat du PQ. Ceci était une «intention» et donc, il n'avait pas encore son bulletin de candidature. (Le chef du PQ doit signer ces bulletins pour autoriser une candidature à une investiture).
Mais s'il venait à passer de l'intention à l'action, le jour viendrait où Lucien Bouchard allait devoir signer le bulletin de candidature de M. Michaud. Ce que le premier ministre, ne voulant pas d'Yves Michaud comme éventuel membre de son caucus, aurait probablement préféré ne pas faire. Du moins, c'est ce qu'on peut en déduire par la suite des événements.
Mais il savait aussi sûrement que s'il refusait de le signer, de nombreux militants lui en voudraient terriblement.
Et donc, par un concours de circonstances proprement surréaliste - voir encore une fois le livre de Gaston Deschênes -, incluant un communiqué de presse providentiel du B'Nai Brith implorant M. Bouchard d'empêcher ce «dinosaure nationaliste» de se présenter dans Mercier -, la motion de blâme du 14 décembre 2000 ferait parfaitement l'affaire...
Après tout, quoi de mieux que de faire passer un homme ou une femme pour xénophobe lorsqu'on veut s'assurer de ne pas l'avoir comme candidat?
Ce que la motion allait en effet réussir à faire.
Yves Michaud ne n'est jamais présenté dans Mercier...
Et là, Noël 2000 passe. Le jour de l'An 2001 passe.... Le premier ministre réfléchit à son avenir dans l'intimité de sa famille.
Puis, c'est le coup de tonnerre! Le 10 janvier au soir, la rumeur de la démission de Lucien Bouchard se confirme.
C'est l'onde de choc. Le leader charismatique, le grand sauveur a décidé de se sauver.
Le lendemain, 11 janvier 2001, par hasard le jour de la fête de Jean Chrétien, devant ses députés et ministres, dont certains sont en larmes, M. Bouchard lit son discours de démission. L'atmosphère est lourde. Le drame se joue en direct devant les téléspectateurs.
Disant retourner auprès de sa jeune famille, il fait état de ses cinq années au pouvoir qui ont suivi un référendum perdu par un vote serré et la démission de Jacques Parizeau.
Il parle des espoirs «déçus» sur le front de la souveraineté et dit assumer «toute la part de responsabilité qui m'échoit pour n'avoir pas réussi à raviver la flamme et à sensibiliser nos concitoyens à la gravité de la situation».
Puis, disant tout à coup souhaiter un «débat de fond» au PQ sur les questions d'«ouverture à tous et toutes, sans égard à leur origine ethnique et culturelle», ce sera presque le tiers de son discours qu'il consacrera à cette Affaire Michaud «sans qu'il s'agisse», précise-t-il, «d'une cause de mon départ». Et ce, sans jamais nommer directement Yves Michaud. Il l'appelle simplement l'initiateur de la controverse...
Et voilà ce qu'il en dit dans son discours de démission:
«On me permettra d'ajouter, sans qu'il s'agisse d'une cause de mon départ, que je n'ai pas le goût de poursuivre quelque discussion que ce soit sur l'Holocauste et sur le vote des communautés ethniques et culturelles. Je ne parviens toujours pas à comprendre comment le débat linguistique en est venu à dévier vers la quantification comparée des souffrances du peuple juif et l'intolérance que manifesteraient des citoyens québécois en ne votant pas pour la souveraineté.
Comme il fallait s'y attendre, les déclarations en ce sens ont fait du tort à la réputation du Québec à l'étranger. Ici même, elles n'auront certes pas amélioré la capacité des souverainistes de convaincre ceux et celles qui sont visés. On peut aussi penser qu'elles outragent des membres des communautés concernées qui ont déjà manifesté de l'ouverture, voire une adhésion à la réussite du projet souverainiste, et j'ai la conviction que, sans l'intervention de l'Assemblée nationale, le dommage eut été beaucoup plus lourd.
C'est pourquoi j'ai été surpris par les protestations qu'a suscité l'adoption de la résolution unanime de cette Assemblée sur le caractère inacceptable des propos qui ont lancé cet étrange et dangereux débat. Plusieurs dizaines de personnalités ont signé une comdamnation publique de la résolution à l'Assemblée nationale, d'autres ont endossé leur intervention. Certains parlent de négociation. Nous sommes ici bien au-delà de la gestion de ces difficultés épisodiques qu'un chef de parti doit savoir résoudre par la flexibilité et la recherche du moyen terme. Dès lors que les enjeux campent sur le champ des principes, il n'y a pas de place pour la négociation. Nous voici sans conteste au coeur de l'essentiel.
J'affirme, premièrement, que les citoyens québécois, sans distinction quelconque, peuvent exercer leur droit de vote comme ils l'entendent sans encourir de reproches d'intolérance; et deuxièmement, que l'Holocauste est le crime suprême, l'entreprise systématique de l'élimination d'un peuple, une négation de la conscience et de la dignité humaine. On ne peut reprocher aux Juifs d'en être traumatisés. Cette tragédie innommable ne peut souffrir de comparaison. On pardonnera peut-être à un acteur politique essentiellement endurci de s'être laissé atteindre personnellement en entendant qualifier de duplessistes et de mesquins les motifs qui ont inspiré son appui à la résolution de l'Assemblée nationale.
Au-delà de l'émotion, je persiste à penser que les membres de l'Assemblée nationale, forum démocratique par excellence, n'ont fait qu'exercer leur droit de libre expression le plus élémentaire en se dissociant des propos concernés et en les déclarant inacceptables. C'est bien à tort qu'on y a vu un acte de censure. Les parlementaires ont agi dans la plus stricte légitimité en prenant leur distance par rapport à des propos qui, de façon irresponsable, mettent en cause des valeurs fondamentales en démocratie, et la députation ministérielle devait d'autant plus prendre position que c'est à elle que cherche à se joindre l'initiateur de la controverse.
Je comprends mal que certains puissent reconnaître le caractère inacceptable de tels propos pour un candidat déclaré du Parti québécois et du même souffle déplorer la résolution de l'Assemblée nationale. Si les déclarations concernées ne sont pas acceptables pour les membres du Parti québécois, elles ne pouvaient pas l'être davantage pour les parlementaires de l'Assemblée nationale. Je ne doute pas que, si leur auteur devait donner suite à ses intentions, les militantes et les militants du Parti québécois fermeront la porte à sa candidature dans Mercier.»

***
Des propos déformés
Bref, lorsqu'on connaît la véritable teneur des propos reprochés à Yves Michaud, on mesure à quel point M. Bouchard les aura dénaturés et déformés. Que ce soit volontairement ou non.
À tel point d'ailleurs que dans le VOIR du 1er mars 2001, l'ex-chef du Parti égalité, Robert Libman, déclarait ceci: «Depuis le déclenchement des événements, la parole de monsieur Michaud a été déformée de façon incroyable. Les gens l'accusent de minimiser l'Holocauste, alors qu'il n'a jamais fait ça. On l'accuse aussi d'être antisémite. Moi, je pense qu'il ne l'est pas.»
Cherchez l'erreur...
***
La suite des choses
En avril 2001, le nouveau premier ministre m'invitait à se joindre à son bureau comme conseillère spéciale. Un de mes premiers dossiers fut l'Affaire Michaud. Je le dis par souci de transparence et parce que ce fut un dossier majeur et d'intérêt public. Ce qu'il demeure aujourd'hui.
Par contre, depuis mon retour définitif au journalisme dès janvier 2003, j'ai observé un devoir de réserve sur la teneur précise de mes dossiers. C'est un choix que j'ai fait par respect pour l'institution. De surcroît, à l'instar de la plupart de mes collègues chroniqueurs politiques qui ont déjà travaillé dans des cabinets politiques, à Québec ou à Ottawa, je n'ai ni intention, ni ambition de refaire un jour une quelconque activité politique.
Et ce devoir de réserve, j'entends continuer à le respecter.
Par conséquent, je me contenterai seulement d'ajouter ces quelques morceaux au casse-tête qu'est devenue cette Affaire Michaud parce qu'ils aident à mieux la comprendre, qu'ils jettent un éclairage plus complet sur les événements actuels et que ces observations, dans les faits, participent aussi de mon travail d'analyste.
Donc, à l'époque, plus tard en 2001, plusieurs approches furent tentées, de manière intensive, pour «résoudre» l'Affaire Michaud de manière à ce que ce dernier ait droit à une justice élémentaire.
L'objectif était également de trouver une manière, comme le fait Paul Bégin, d'amender les règlements de l'Assemblée nationale de manière à ce qu'aucun autre citoyen à l'avenir n'ait à subir un pareil sort sur un vote aveugle et sourd d'un parlement.
Or, sans nommer qui que ce soit ou révéler la teneur des échanges, disons seulement que les blocages furent nombreux et tenaces des deux côtés de la Chambre. Au gouvernement, certains, peu nombreux mais déterminés, confondaient leur opinion personnelle défavorable à Yves Michaud avec la teneur réelle de ses propos et les principes en cause. D'autres craignaient que tout geste de réparation soit vu comme un désaveu de M. Bouchard.
Du côté de l'opposition officielle, la logique de la politique partisane s'appliquait de manière prévisible. Par conséquent, on refusait d'aider le gouvernement à résoudre une crise dont elle profitait politiquement en faisant perdurer l'image d'un mouvement souverainiste où il existerait des relents de nationalisme ethnique ou de xénophobie au point de provoquer la réprobation du parlement.
(En décembre 2010 Amir Khadir présentait une motion pour «débattre» celle du 14 décembre 2000. Le leader du gouvernement disant alors vouloir en profiter pour parler de «nationalisme ethnique», il semble bien aussi qu'il n'y ait eu aucun mouvement quant à la stratégie libérale de l'époque.)
En 2001, certains se refusaient aussi à modifier cet aspect du règlement de l'Assemblée nationale sans l'appui des Libéraux. La coutume voulant en effet que les règlements du parlement soit modifiés avec le consentement de toute la Chambre. Certains craignaient donc de ne pas respecter cette coutume et de créer un précédent aux conséquences imprévisibles.
Mais aujourd'hui, dix ans plus tard, maintenant que la teneur réelle des propos reprochés à M. Michaud sont amplement connus et même reproduits dans le livre récent de Gaston Deschênes, Paul Bégin argue ceci: la nécessité d'un vote unanime de la Chambre pour changer cette règle, et cette règle seulement, ne tient plus vraiment la route.
Car si en 2001, plusieurs députés craignaient aussi qu'un tel changement limite LEUR liberté d'expression et LEURS prérogatives d'élus, aujourd'hui, dix ans plus tard, monsieur Bégin soulève un argument majeur: «ce sont les droits des citoyens qui doivent être protégés contre l'arbitraire du parlement», et non pas ceux des parlementaires entre eux.
M. Bégin a donc raison d'avancer que dans des circonstances devenues aussi claires et touchant un principe aussi fondamental que la protection des citoyens et de leur liberté d'expression contre l'arbitraire du parlement, un vote majoritaire de l'Assemblée devrait suffire dorénavant pour en assurer le respect et modifier cette règle de la procédure parlementaire.
En d'autres termes, considérant le blocage du PLQ dans ce dossier pour ses propres raisons, il reviendrait alors au Parti québécois, le jour où il reprendrait le pouvoir, de corriger cette erreur du 14 décembre 2000 en empêchant qu'elle se reproduise à l'avenir et ce, en y appliquant cette fois-ci un vote majoritaire de la Chambre, et non plus nécessairement unanime.
Évidemment, si, d'ici là, les élus libéraux en viennent aussi à voir l'importance de le faire au nom de la démocratie et de son exercice sage et avisé, ce serait encore mieux. Nettement mieux, voire souhaitable. Le message à la population n'en serait que plus puissant encore. Comme le dit Paul Bégin, «le sens de la justice devrait être le même pour tous».
Mais entre-temps, Paul Bégin avance que «les députés qui ont voté cette motion ont la clé de la boîte de sardine!». En effet.
Toutefois, dans les faits, un parlement ne devrait pas avoir le pouvoir de sanctionner, par une motion votée en Chambre, les paroles ou les écrits d'un citoyen. Les élus ont toutes les tribunes souhaitées pour exprimer leurs désaccords avec qui que ce soit ou quoi que ce soit.
De plus, comme le soulignait également Paul Bégin, si des propos véritablement haineux sont prononcés quelque part, il existe ici des lois et des tribunaux pour s'en occuper.
Quant aux parlements, ils ne sont pas des tribunaux de la pensée des citoyens.
Leur rôle est d'être leur voix, et non pas l'outil de leur silence.
***
Ma chronique sur le sujet parue aujourd'hui dans The Gazette


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé