Projet de loi 92

« Rebâtir la confiance »

Entrefilet – Le retour des belles-mères

E846c4f37bf4aabdd857d7585b714f96

Tribune libre

 




Nonobstant le fait que le mouvement #Moi Aussi a contribué grandement aux dénonciations de violences sexuelles par les victimes, force est de constater que le processus judiciaire à travers lequel lesdites victimes sont confrontées demeure parsemé d’embûches auxquelles elles sont encore aujourd’hui confrontées.

Dans cette foulée, nous ne pouvons qu’applaudir au dépôt du projet de loi 92 sur la création d’un tribunal spécialisé en matière de violence sexuelle et conjugale par le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, pour donner suite au rapport de 190 recommandations « Rebâtir la confiance » et dévoilé en décembre 2020.

Je m’en voudrais de ne pas mentionner un article du projet de loi qui, selon moi, est crucial pour « rebâtir la confiance » envers le système de justice eu égard aux violences sexuelles et conjugales, à savoir que tous les nouveaux juges devront suivre une formation en matière de violence conjugale et sexuelle, de même que ceux qui siègent déjà.  

Autre apport important, des mesures de sécurité seront prises afin que les victimes n’aient pas de contacts avec leurs agresseurs. En ce sens, les partis pourraient témoigner via visioconférence, dans des salles séparées, ou des paravents spéciaux pourraient être installés dans les salles d’audience. 

Les victimes de violence sexuelle et conjugale ont trop longtemps été laissées à elles-mêmes dans les méandres du processus judiciaire. Le projet de loi 92 vient remettre les pendules à l’air, à savoir que les victimes bénéficieront de juges et d’avocats formés pour ce type de cause, et par conséquent, plus attentifs et plus empathiques aux doléances des victimes.

Entrefilet

Le retour des belles-mères

Il fut un temps pas si lointain où Jacques Parizeau s’était mérité le sobriquet de « belle-mère », en s’octroyant le droit de mettre son grain de sel dans les campagnes électorales provinciales quand ce n’était pas du sable dans l’engrenage lorsqu’il qualifia le Parti québécois de « vaste champ de ruines » en 2015.

Eh bien ceux qui croyaient que ce temps était révolu constate aujourd’hui que le retour des belles-mères, incarnées par Jean Chrétien et Brian Mulroney, a refait surface à quelques jours de la fin de la campagne électorale fédérale.

Ces deux sorties publiques d’anciens premiers ministres du Canada en campagne électorale favoriseront-elles les conservateurs et/ou les libéraux? Je n’en suis pas certain. Mm Chrétien et Mulroney auront beau avoir marqué la scène politique canadienne, ils n’arriveront pas à influencer le vote pour Erin O’Toole ni Justin Trudeau qui n’ont tout simplement pas la prestance ni le charisme des deux ex-premiers ministres. De toute évidence, dans le cas présent, le passé n’est pas garant de l’avenir!



Henri Marineau, Québec


 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1647 articles

  • 1 150 724

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé