Rassemblement de la gauche - Le premier Forum social québécois a mobilisé 5000 participants

Forum social québécois

Ce sont finalement quelque 5000 personnes venues de plusieurs régions du Québec qui ont pris part au cours des derniers jours au premier Forum social de la province, où plus d'une trentaine de propositions pour construire cet «autre monde» souhaité par les participants ont été adoptées hier, en guise d'épilogue.
L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador a ainsi lancé une invitation à faire circuler une résolution d'appui à ses démarches afin que le gouvernement du Canada «change sa position et vote en faveur du projet de Déclaration sur les droits des peuples autochtones, qui est présentement débattue devant l'ONU».
Les participants du Forum social québécois (FSQ) ont également appuyé le lancement d'une campagne intitulée Couvrir les besoins et sortir de la pauvreté, cet automne, par le Collectif pour un Québec sans pauvreté. Les détails de cette campagne devraient être connus au cours des prochaines semaines. Ils ont aussi annoncé une journée de mobilisation «contre la guerre en Afghanistan et pour le retrait des troupes», journée qui se tiendra le 27 octobre et qui est organisée par le Collectif échec à la guerre et l'Alliance canadienne pour la paix.
L'Association pour une solidarité syndicale étudiante a quant elle réitéré son appel aux mouvements sociaux pour qu'ils se joignent à la lutte pour la gratuité scolaire et aux actions à venir cet automne.
Les participants ont en outre convenu d'une semaine de mobilisation dans tout le Québec en janvier, qui culminera par une journée d'action le 26, dans le cadre de la Journée mondiale d'action du Forum social mondial et «à laquelle participeront des milliers d'organisations à travers le monde». Ici, des actions seraient prévues dans plusieurs régions de la province.
Bilan positif
Hier, les organisateurs ont dressé un bilan plus que positif du FSQ. «Il s'agissait du plus gros rassemblement de la gauche dans l'histoire du Québec, a soutenu Nathalie Guay, responsable des communications. Les mouvements communautaires, syndicaux, féministes, écologistes, étudiants, autochtones et autres militants de tous les horizons ont travaillé à affirmer leur solidarité et leur volonté de poursuivre des actions en commun.»
Mme Guay, a également expliqué que les personnes réunies hier matin en assemblée ont noté la nécessité de mettre en oeuvre des actions «plus radicales» pour faire valoir leurs revendications sociales, mais toujours en respectant des principes de la «non-violence».
Selon la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Michèle Asselin, le «succès» de ce premier forum social québécois est la preuve que «les forces progressistes» sont bien présentes dans la province.
En plus des 300 ateliers de discussion tenus vendredi et samedi, une centaine d'artistes engagés ont participé bénévolement à la programmation culturelle de l'événement, au cours de 150 performances et expositions.
Près de 2000 personnes, selon les évaluations du comité organisateur, ont fréquenté quotidiennement la place Émilie-Gamelin durant le FSQ. En collaboration avec Moisson Montréal et Poubelle anonyme, on y a servi gratuitement 1500 repas par jour à partir de denrées récupérées.
Par ailleurs, il est trop tôt pour dire si un deuxième Forum social québécois sera organisé. Les organisateurs devraient réfléchir à la suite des choses cet automne.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé