Quo vadis PLQ ?

Be08e0f9c817b03a1955314226d2b6a0

Le PLQ ne reviendra pas à l'ère Bourassa, le Québec n'est plus celui des années 1980


Où s’en va le Parti libéral du Québec ? Pour l’aider à reconquérir sa part de l’électorat francophone séduite par la CAQ de François Legault, de toutes parts, on lui conseille de revenir au « nationalisme » de feu Robert Bourassa. Dominique Anglade, candidate à la chefferie, le souhaite aussi ouvertement.


Or, est-ce même vraiment possible de le faire ? Je ne le crois pas. Les libéraux auront beau invoquer l’esprit de M. Bourassa sur une planche Ouija, la réalité toute nue est que le PLQ d’aujourd’hui doit apprendre à surnager dans un tout autre contexte politique que celui de l’ère Bourassa. 


Terrain occupé


Primo, du temps de M. Bourassa, le PQ était l’unique compétiteur du PLQ pour le pouvoir. Alors que le PQ était souverainiste, la CAQ ratisse beaucoup plus large puisqu’elle occupe la quasi-entièreté du terrain nationaliste. Y compris auprès d’électeurs francophones fédéralistes ou souverainistes.


Deuxio, l’époque Bourassa 2e mouture était celle des négos constitutionnelles visant à reconnaître la distinction nationale québécoise. Or, depuis leur échec et la défaite subséquente du Oui en 1995, le « magasin général » des négos Québec-Canada, pour reprendre l’expression brutale de Jean Chrétien, est fermé à quadruple tour. Plus moyen pour le PLQ de revendiquer quoi que ce soit sans l’absolue certitude de frapper un mur. 


Formule magique


Tertio, côté « nationalisme », le PLQ ne pourra jamais surpasser la CAQ et sa manière unique de s’en réclamer sans brasser pour autant le pommier fédéral. À preuve, même si elle est contestée, la loi sur la laïcité est chose faite. François Legault promet de renforcer la protection du français. Ses réformes en immigration se multiplient. Etc. 


Ce qui, au fil du temps, ne laissera que des miettes aux partis d’opposition. Les libéraux doivent reconnecter avec la majorité francophone, c’est certain. Pour le faire, ils devront toutefois trouver autre chose que la « recette » Bourassa, devenue inapplicable dans la réalité des choses.