Pourquoi les Franco-Ontariens ont-ils une place à la fête nationale du Québec?

23edb66bd197927565b1b02a58353e30

C'est le retour d'une forme de solidarité canadienne-française


Les francophones de l’Ontario sont invités au défilé de la fête nationale du Québec à Montréal cette année. C’est une invitation historique selon l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) puisqu’il est rare que toute une délégation hors-québec soit présente.




Si les Ontariens auront une place de choix dans ce défilé, c’est en raison du climat politique des derniers mois.


Le premier décembre 2018, des milliers de francophones se sont rassemblés en Ontario pour dénoncer les coupes dans les services en français proposés par le gouvernement de Doug Ford.



Ce mouvement de solidarité surnommée La Résistance a eu ses échos jusqu’au Québec.



C’est ce qui a poussé la Société Saint-Jean-Baptiste à inviter une délégation franco-ontarienne aux célébrations du 24 juin à Montréal.


Les récents affronts dirigés contre le fait français en Ontario ont nettement ravivé dans nos cœurs cette solidarité fraternelle, cette solidarité intemporelle qui lie par nature le destin du Québec et de l’Ontario français, a déclaré Maxime Laporte, président général de la Société Saint-Jean-Baptiste.


Maxime Laporte estime qu'un élan de sympathie a soufflé au Québec à la suite des compressions du gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford.


La délégation franco-ontarienne sera donc de la fête. Environ 150 personnes en costumes d’époque ou simplement habillées de vert et de blanc participeront à la marche, sous la direction artistique de Félix Saint-Denis.



On va présenter 8 tableaux, des moments historiques importants pour la communauté franco-ontarienne et il y aura des artistes bien connus qui chanteront le Notre Place.


Félix Saint-Denis, directeur artistique de l’Écho d’un peuple.


L’avocat et ardent défenseur de la cause francophone, Ronald Caza, fera parti du groupe dans le rôle de l’avocat Napoléon-Antoine Belcourt qui a fondé l’ACFÉO, qui deviendra l’Assemblée de la Francophonie de l’Ontario.