Pour en finir avec l’idiocratie

B70244ccc53408c0f8b8225131da2ba7

L’éthique n’est pas soluble dans le wokisme


Puisque Trudeau a forcé des élections inutiles, sinon que pour satisfaire sa soif irrépressible de pouvoir, un récapitulatif succinct de ses « accomplissements » s’impose.


Éthique


Il faut dire que Justin Trudeau a maintes fois prouvé sa vacuité intellectuelle et son incommensurable manque d’éthique.   


Et ce n’est que la pointe de l’iceberg !  


Rappelons qu’en 2015, Trudeau signait son Plan pour un gouvernement ouvert et responsable stipulant que les ministres « doivent agir avec honnêteté et respecter les normes d’éthique les plus élevées », et qu’ils « doivent éviter tout conflit d’intérêts, toute apparence de conflit d’intérêts et toute situation pouvant donner lieu à un conflit d’intérêts ». 


Justin n’a rien respecté, mais il a néanmoins l’outrecuidance de solliciter un autre mandat. S’il avait un iota de dignité et de probité, il aurait plutôt démissionné.  


Idiocratie


Mais n’imaginons pas qu’ainsi va la politique.  


Au contraire, les électeurs peuvent envoyer un message clair à Trudeau et à toute l’élite politique voulant que les engagements doivent être respectés, que l’éthique, même en politique, n’est pas un mot creux, et que la sagesse et la raison doivent l’emporter sur le wokisme radical. 


Trudeau donne aux Canadiens l’opportunité inespérée d’en finir avec son idiocratie décomplexée plus tôt que prévu. La saisiront-ils ?











Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé