Port des signes religieux: finissons-en!

07b4298cb64b37a4de156cb409fb43fc

Clause dérogatoire et indépendance : les deux solutions pour sortir du multiculturalisme


J’imagine que je ne suis pas la seule à avoir roulé les yeux devant cette nouvelle dispute autour du port du voile dans les corps de police. Encore une fois, personne ne veut prendre la balle. Tout le monde se pointe pour identifier le responsable, mais, nous le savons tous, la responsabilité revient au gouvernement qui depuis quatre ans refuse de prendre ses responsabilités.


Se cacher derrière une charte


Il est plus facile pour les membres du gouvernement de se cacher derrière la Charte que de prendre le taureau par les cornes. Plus facile, comme l’affirmait mon collègue Antoine Robitaille, de pelleter le tout dans la cour de la mairesse Plante que de faire face à ses responsabilités.


Cela fait maintenant 10 ans que la commission Bouchard-Taylor a rendu son rapport. Autant de temps que cette question est débattue à l’Assemblée nationale, sans toutefois parvenir à un consensus, sinon que personne ne s’entend. Certes, monsieur Taylor a renié certaines de ses conclusions, mais il appartient à nos élus de trancher.


Période électorale


Il est grand temps que nos politiciens cessent de mettre des bûches dans le foyer et se penchent sur cette nouvelle réalité. Encore cette semaine, le nouveau venu chez QS et le premier ministre lançaient des accusations sur la fameuse « dérive identitaire ». J’aimerais bien qu’ils me la définissent, leur vision de l’identité québécoise, ce n’est pas simple.


Si la période électorale qui vient est certainement une période qui ajoutera de l’huile sur le feu avec les attaques de part et d’autre, elle peut aussi permettre de mettre en place le début d’un scénario commun. Du moins, j’ose l’espérer. Parce qu’on va se le dire, débattre encore de ce sujet dans 10 ans ne fera rien pour aider au cynisme politique et encore moins à la laïcité de l’État.