Pas de retrait américain en Syrie, 50 à 100 soldats redéployés

22fba31c6a30e3bacbb4d6fac9a6d996

Trump laisse la place à Erdogan


La décision de Donald Trump de retirer les soldats américains stationnés en Syrie près de la frontière turque ne concerne que 50 à 100 membres des forces spéciales qui seront «redéployés vers d’autres bases» à l’intérieur du pays, a déclaré lundi un haut responsable américain.


«Il ne s’agit pas d’un retrait de Syrie», a-t-il assuré à des journalistes, ajoutant que ce redéploiement ne représentait en aucun cas «un feu vert» à une offensive militaire turque contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. 


• À lire aussi: Syrie: les troupes américaines vont s’éloigner de la frontière en vue d’une opération turque


Selon ce responsable, lorsque le président des États-Unis a compris, lors d’un appel téléphonique dimanche avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, que ce dernier avait l’intention d’aller de l’avant avec son projet «d’invasion potentielle» du nord-est de la Syrie, il a donné la priorité à la «protection» des soldats américains. 


Il y a «un petit nombre, 50 à 100 membres des forces spéciales, dans cette région, et ils ne doivent pas courir le risque d’être blessés, tués ou capturés si les Turcs passent la frontière et engagent des combats avec les forces kurdes locales», a expliqué ce haut responsable du gouvernement Trump qui a requis l’anonymat. 


«Ils vont être redéployés vers des zones plus sûres dans les prochains jours», a-t-il ajouté, évoquant ensuite à plusieurs reprises le nombre de 50 soldats. 


«Le fait qu’on les déplace ne constitue pas un feu vert», «il n’y a pas de feu vert», a-t-il insisté. 


Il a toutefois confirmé que les États-Unis ne s’opposeraient pas militairement à la Turquie en Syrie. 


• À lire aussi: Trump se met le camp républicain à dos sur la Syrie


L’annonce dimanche soir par la Maison-Blanche du retrait des soldats américains du côté syrien de la frontière avec la Turquie a été largement interprétée comme un feu vert à une offensive imminente d’Ankara contre les forces kurdes, pourtant alliées des États-Unis dans la lutte antijihadiste. 


Cette décision a suscité une vive réprobation jusque dans les rangs républicains du président Trump.