Opération antiterroriste en Égypte: 28 jihadistes tués, 126 arrestations

47cc685958e2c8ec64cdef34f457c44c

Le régime Al-Sisi ne tergiverse pas avec les islamistes


 Vingt-huit jihadistes ont été tués et 126 autres arrêtés dans le nord et le centre de la péninsule égyptienne du Sinaï (nord-est) depuis le lancement vendredi d'une vaste opération antiterroriste, a annoncé l'armée lundi.


Baptisée «Sinaï 2018», cette campagne militaire lancée à un mois et demi de l'élection présidentielle mobilise notamment l'aviation et la marine, dans et autour du Sinaï, région où la branche locale du groupe État islamique (EI) mène régulièrement des attaques meurtrières.


Les régions du delta du Nil (nord) et du désert occidental frontalier de la Libye sont également concernées.


L'opération a abouti à «l'élimination de douze éléments takfiristes armés lors d'un échanges de tirs avec les forces qui menaient un raid», a indiqué dans un communiqué le porte-parole de l'armée Tamer el-Refaï.


Ce bilan s'ajoute aux 16 morts annoncés la veille.


Au total, 126 jihadistes ont également été arrêtés et un nombre identique de leurs «repaires» détruits, selon les deux communiqués transmis jusque-là par l'armée.


Plusieurs véhicules et entrepôts ont par ailleurs été visés.


Fin novembre, le président Abdel Fattah al-Sissi, seul candidat sérieux à l'élection du 26 mars, avait donné trois mois à son chef d'état-major et son ministre de l'Intérieur pour rétablir la sécurité et la stabilité au Sinaï.


Cette injonction avait été lancée quelques jours après une attaque contre une mosquée dans le nord de la péninsule qui avait fait plus de 300 morts. Cet attentat, le plus meurtrier de l'histoire récente de l'Égypte, n'a pas été revendiqué.