Nouvelles divisions dans le camp souverainiste

09b05ca6a98d69da0b198a3dcc5c165c

QS veut être reconnu comme le 2e parti d'opposition


Le Parti québécois (PQ) refuse de laisser aller son statut de deuxième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale avec Catherine Fournier.


Québec solidaire (QS) a rapidement revendiqué le statut de deuxième groupe d’opposition lundi, après le départ de l’élue de Marie-Victorin. « Les principes du parlementarisme sont clairs : c’est le nombre de députés qui classe l’ordre des partis », a fait valoir le leader parlementaire solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, fort d’un député de plus que le PQ. QS compte dix députés, le PQ neuf.


Les élus solidaires « connaissent bien mal les règles parlementaires », a rétorqué M. Bérubé, pointant l’« Entente relative au fonctionnement de l’Assemblée pour la durée de la 42e législature ». « [Les partis] conviennent, sur la base de ces résultats [du 1er octobre dernier], de reconnaître, pour la durée de la 42e législature, le Parti québécois comme deuxième groupe parlementaire d’opposition et Québec solidaire comme troisième groupe parlementaire d’opposition », stipule l’accord conclu entre les partis politiques en novembre 2018.



« Dans la mesure où un parti peut perdre ou gagner des députés, n’est-ce pas antidémocratique que le PQ soit installé dans la deuxième opposition et QS dans la troisième opposition jusqu’au scrutin de 2022 ? » a demandé Le Devoir au chef péquiste. « C’est comme ça », a répondu M. Bérubé, tout en soulignant que « chacun [des représentants des partis] a signé en son âme et conscience » l’entente l’automne dernier.


Mais QS refuse d’en rester là. Le parti politique demande à la direction de l’Assemblée nationale de trancher.


Un parti « perdant »


Après près de huit années de militantisme au PQ, Catherine Fournier a tourné le dos au parti politique fondé par René Lévesque il y a 50 ans, qui, selon elle, « à force de perdre […] est devenu perdant ».


La députée de Marie-Victorin siégera désormais comme « élue souverainiste indépendante » à l’Assemblée nationale. « Ce n’est pas un coup de tête. C’est une décision mûrement réfléchie », a-t-elle souligné lors d’un point de presse dans le Vieux-Longueuil lundi avant-midi.


Malgré ses dizaines de milliers de membres aux quatre coins du Québec, le PQ a « cessé d’attirer et de se renouveler », selon Mme Fournier. L’élection d’un nouveau chef — elle, par exemple — ne changerait pas la donne, croit-elle. « Il ne sert à rien de vouloir désespérément sauver le tronc ou les branches d’un arbre en train de dépérir. L’important, c’est d’en sauver les racines », a-t-elle soutenu lundi matin.


Dans cet esprit, Catherine Fournier compte participer à la création d’une « coalition » capable de « regrouper les souverainistes de tous les horizons autour d’un plan crédible, concret et réalisable pour réussir à faire du Québec un pays », et ce, « en terrain neutre des chicanes partisanes contre-productives ».



La vérité, c’est que le Parti québécois a cessé d’attirer et de se renouveler. Trop de Québécois ne l’écoutent plus.




Pour l’instant, Catherine Fournier n’entend pas créer un nouveau parti politique. « La dernière chose [dont] le mouvement souverainiste a besoin à l’heure actuelle, c’est un parti politique qui vienne s’ajouter à l’offre de partis politiques actuelle », a-t-elle fait valoir, avant d’ajouter : « Bien sûr, il va falloir trouver un canal politique pour arriver à porter nos idées, puis bien sûr à faire une place sur la scène politique québécoise pour arriver au pouvoir et réaliser le projet de pays. On n’est pas du tout là. » Pourtant, des individus préparent le terrain, y compris un compagnon de route de Jean-Martin Aussant qui a récemment réservé le nom d’« Option Québec » auprès d’Élections Québec. Mme Fournier s’est abstenue de dire lundi si elle est associée de près ou de loin à cette initiative. « Je ne parlerai pas pour monsieur Aussant », s’est-elle contentée de dire.


Légitimité égratignée ?


M. Bérubé s’interroge sur la légitimité de Mme Fournier, qui a brigué les suffrages sous la bannière du PQ il y a seulement cinq mois. Elle doit sa victoire du 1er octobre dernier dans Marie-Victorin aux « gens qui ont voté pour le Parti québécois », selon lui. Doit-elle mettre son siège en jeu ? « C’est une question qui se pose », a-t-il répondu. « Il y a une question de légitimité. »


Sophie Stanké, qui avait elle aussi brigué l’investiture du PQ dans Marie-Victorin après la démission de Bernard Drainville il y a deux ans et des poussières, juge « regrettable », « décevant » le départ précipité de Mme Fournier de la famille péquiste. « Si ç’avait été moi, je serais restée », a-t-elle assuré au Devoir, notant par ailleurs avoir reçu « beaucoup de messages » d’électeurs de Marie-Victorin depuis la conférence de presse de Mme Fournier, lundi avant-midi.


Catherine Fournier ne croit « trahi[r] en aucun cas le mandat » donné par les électeurs de Marie-Victorin le 1er octobre dernier, puisque l’indépendance demeure « la raison fondamentale de [son] engagement politique ».


Par ailleurs, elle disait avoir l’intention de participer comme prévu à un panel sur l’avenir du PQ — ou « Comment faire renaître nos espérances » — le 31 mars prochain au restaurant La Croisée des chemins de Chambly. La directrice générale du PQ, Carole Poirier, l’invite poliment à reconsidérer sa décision. « Ce serait très étrange qu’elle vienne », a-t-elle affirmé au Devoir lundi soir.


« [Catherine Fournier] s’est donnée une indépendance, elle n’a pas fait avancer l’indépendance », a poursuivi M. Bérubé.


L’ex-députée de Vachon, Martine Ouellet, n’en est pas certaine. « Quand on parle d’indépendance, tous les véhicules sont bons. Le jour où ce sera le temps de se décider, tout cela s’additionnera. Je suis pas inquiète », a-t-elle dit en marge du lancement de son magazine, Oui je le veux !. « Si elle veut contribuer au magazine, si elle veut contribuer au Mouvement Québec indépendant, la porte est grande ouverte », a-t-elle lancé.



La  «bonne nouvelle indépendantiste» sur 32 pages glacées


Après un an de travail bénévole, l’éditrice (ex-députée péquiste et chef bloquiste) Martine Ouellet et la rédactrice en chef (ex-chef intérimaire d’Option nationale) Nathaly Dufour ont lancé, lundi soir à Montréal, Oui je le veux, un magazine « 100 % indépendantiste ». « Ce n’est pas un tract politique », a insisté Martine Ouellet, invitant tout indépendantiste à proposer un texte à cette nouvelle publication. « L’indépendance est au-delà des partis. L’indépendance est au-delà des ego des individus. »








LE COURRIER DE LA COLLINE


Nouvelle infolettre


Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.