Sarko

Nous avons combien de joues?

Tribune libre

Nous avons combien de joues?
Encore une autre gifle! Quel est le nombre de gifles devons-nous recevoir avant de réagir collectivement? Un grand personnage a supposément dit un jour qu'après avoir été frappé il faut tendre l'autre joue. Les curés nous ont jamais enseigné qu'il fallait avoir des joues tout autour de la tête pour pouvoir être heurté à répétition!
La cérémonie (quel mot pompeux pour ce que ça décrit) de la remise de la « décoration » française à Jean Charest est le summum du grotesque. Sous l'oeil vigilant du Grand Requin, ce petit personnage qui représente tout de même un grand pays, dégrade une « décoration » qui a été instituée pour souligner des états de service de personnages méritants, exceptionnels. Cette caricature de cérémonie est pour la France dégradante et pour le Québec, honteuse. Qu'a fait Jean Charest de méritant et d'exceptionnel?...nous vendre à la pièce à l'establishment?...faire en sorte que nous prenions « notre trou » en tant que peuple? Ce petit personnage n'a, évidemment, d'aucune manière un rayonnement international. En fait, Sarkosy et Charest ont démontré tous deux leur asservissement au Grand R....Paul Desmarais. Tout a fait pitoyable. La France devrait avoir honte d'avoir un tel zigoto à sa tête; il faut dire aussi que nous sommes dans la même situation.
Je lisais, il y a quelques minutes, qu' Henri Bourassa, en 1910, à l’église Notre-Dame de Montréal monte spontanément en chaire pour rabrouer, dans un discours cinglant et mémorable, l’évêque Bourne qui vient d’affirmer qu’en Amérique, le catholicisme ne s’épanouira qu’en anglais. ( dans Vigile, voir le texte de Rodrigue Larose: « Sarkozy, porte-parole du financier Desmarais »). Essayez d'imaginer Jean Charest faire la même chose! Il y aurait une production personnelle dans son pantalon avant de commencer. Aucune comparaison. L'élection chez notre voisin du sud récemment a fait ressortir la petitesse microscopique de nos politiciens. On ne pouvait que comparer des envergures aux antipodes.
Certains éteignoirs voudraient que l'on utilise que des mots, des expressions un peu moins cassantes, plus polies, moins efficaces, plus édulcorées. À une gifle particulièrement douloureuse devrait-on dire: « Pardonnez-moi mon cher monsieur mais les phalanges garnies de bagues à l'extrémité de votre main droite viennent tout juste de heurter une partie visible de mon visage, me causant un traumatisme physique autant que moral. Elles me donne envie de vous dire gentiment de vous évanouir dans la nature et de ne plus offenser la vision que j'ai de mon environnement. » ou bien doit-on dire, comme le zigoto français, président de ce pays: « Casse-toi pauvre con! »?
C'est sûr qu'un minimum de décorum ne nuit pas mais quelquefois il faut utiliser des mots un peu plus « virils » pour faire connaître en profondeur notre pensée. C'est sûr que les indécrottables de la parole mièvre et de l'indécision ne seront pas d'accord et vont ruer dans de doux brancards, chers à tous ceux qui ne veulent pas que sa bouge trop vite, et aux adeptes de l'étapisme mortifère et au statu quo. Il y a pourtant un dicton qui nous enseigne que ce qui ne bouge pas, en fait, recule. N'est-ce pas ce que nous sommes en trains de vivre ici au Québec?...Vu?
Ivan Parent

Featured a3e971571ab3c25a01e01d56d6b9d9d3

Ivan Parent403 articles

  • 348 517

Pianiste pendant une trentaine d'années, j'ai commencé
à temps partiel d'abord à faire du film industriel, de la vidéo et j'ai
fondé ma compagnie "Les Productions du LOTUS" Les détails seront visibles sur mon site web.
Site web : prolotus.net





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    5 février 2009

    Monsieur Parent, nous avons malgré tout des motifs de nous réjouir et en voici quelques-uns:
    1) L'argent du grand financier Desmarais n'a produit que de la médiocrité crasse, comme en font foi ses pantins. Ainsi, même avec beaucoup d'argent, on peut parfois échouer.
    2) Le discours du président qui ne mérite pas la majuscule lui a été manifestement soufflé par son maître. Or, cela signifie que notre existence dérange grandement ce dernier. C'est bon signe. Car cet homme très occupé n'a pas de temps à consacrer aux choses insignifiantes. C'est donc que nous ne sommes pas insignifiants et que nous l'inquiétons.
    3) Le trio infernal va bientôt se retrouver encombré de l'ineptie du petit président.
    Même à travers les mauvaises nouvelles, il faut voir les raisons de demeurer confiant.

  • Archives de Vigile Répondre

    5 février 2009

    Sarkozy pratique la politique d'Israel qui consiste à faire la morale contre le sectarisme, les nationalismes, les identitaires ethniques, pendant qu'Israel se réserve toutes ces choses pour elle. Cette même politique, la diaspora israélienne l'impose aux États occidentaux, tels le fédéral canadian mais aussi l'État québécois, par ses lobbies bien financés.
    Cette stratégie idéologique tire sa force et son succès de la culpabilité institutionalisée envers les peuples de l'occident par le mythe de l'holocauste.
    C'est de cette même culpabilité dont souffre le peuple Québécois et qui le retient de se lever debout pour ses droits et sa liberté. Elle est imbriquée dans toute la propagande de "tolérance" du fédéral et maintenant au coeur de la réforme du Ministère de l'Éducation du Québec dont le piveau central est le cours imposé d'Éthique et Culture Religieuse.
    Ce conditionnement de culpabilité est plus puissant que la plus forte des armées, de tout parti politique ou mouvement social.
    La liberté est derrière ce mythe. Tant que l'on ne se lève pas pour aller toucher soi-même ce mur qu'on nous fait croire est impénétrable et mortel au touché, nous demeurons leurs esclaves.

  • Archives de Vigile Répondre

    5 février 2009

    « Et tout ce qui traîne se salit.»
    Aux armes citoyens rejetés, méprisés par le chef de la mère-patrie! Tous au parc des champs de bataille en septembre prochain.
    Marie Mance V
    Une de ces imbéciles...